in

Asseyez-vous, Sultan, Ortom, d’autres disent à FG, des bandits pourraient s’emparer de Villa, prévient le gouvernement

Sultan of Sokoto 2.fw

Actuexpress.net Le 2021-08-27 03:42:05, Asseyez-vous, Sultan, Ortom, d’autres disent à FG, des bandits pourraient s’emparer de Villa, prévient le gouvernement

Vendredi Olokor, John Charles, Dennis Naku et Raphael Ede

Publié 27 août 2021

D’éminents Nigérians, dont le sultan de Sokoto et le président général du Conseil suprême nigérian pour les affaires islamiques, Alhaji Sa’ad Abubakar III, ont conseillé jeudi au gouvernement fédéral de se lever et de lutter d’urgence contre l’insécurité croissante dans le pays.

Alors que le sultan s’exprimait à Abuja lors de la troisième réunion trimestrielle du Conseil interreligieux du Nigeria, le gouverneur de l’État de Benue, Samuel Ortom, a donné un avertissement similaire dans une déclaration de son collaborateur aux médias, Terver Akase.

L’avertissement du monarque et du gouverneur est intervenu deux jours après que des hommes armés ont attaqué l’Académie nigériane de défense et enlevé un officier militaire après en avoir tué deux autres.

Ortom, tout en réagissant à une attaque contre lui par la présidence, a averti qu’avec le taux d’insécurité croissant dans le pays, les bandits et les bergers tueurs pourraient un jour s’emparer de la villa Aso Rock sans aucune résistance.

Le gouverneur a averti que le danger se profilait avec la façon dont le président, le général de division Muhammadu Buhari (à la retraite), gérait la situation sécuritaire dans le pays.

Ortom avait, dans une interview accordée à Channels Television il y a quelques jours, accusé le président d’avoir tenté de « fulaniser » le pays.

Il a dit cela en réagissant à l’approbation par Buhari des recommandations d’un comité visant à examiner 368 réserves de pâturage dans 25 États du pays.

Mais l’assistant spécial principal du président sur les médias et la publicité, Garba Shehu, dans une déclaration mercredi, a accusé Ortom d’utiliser un langage sectaire similaire à celui qui a causé le génocide rwandais.

Jeudi, le gouverneur, par l’intermédiaire de son assistant médiatique, Akase, a déclaré que les Nigérians pourraient se réveiller un jour pour découvrir que des bergers armés, des bandits et d’autres terroristes avaient pris le contrôle d’Aso Rock Villa sans aucune résistance et que les occupants actuels fuiraient le pays.

Ortom a qualifié la déclaration de la présidence à son encontre de reflet de la qualité de sa réflexion.

« Le ton de ladite déclaration montre la qualité de la présidence que le Nigeria a actuellement. Ils ont abandonné le message et sont allés chercher le messager », a déclaré le gouverneur.

Il a déclaré que la présidence devrait se concentrer sur la fin du meurtre de Nigérians innocents, réparer l’économie comme elle l’a promis et arrêter la corruption puante sous sa surveillance.

Le communiqué disait : « Ils ne peuvent pas fuir leur responsabilité. Ils ont été portés au pouvoir pour servir le pays et non pour opprimer le peuple et supprimer sa liberté d’expression.

«Ils sont connus pour avoir promis publiquement au cours de leurs campagnes avant les élections de 2015 qu’ils respecteraient les droits et libertés des Nigérians s’ils étaient élus. Malheureusement, ce que les gens de ce pays ont obtenu du gouvernement actuel est le contraire de cette promesse.

« L’agenda de l’administration actuelle est d’islamiser et de peuliser la nation, comme l’ont dit à juste titre l’ancien président Olusegun Obasanjo, le professeur Kunle Olawunmi et d’autres patriotes nigérians.

« Le gouverneur Ortom exhorte les braves gens de ce pays à mettre en garde la présidence avant qu’elle ne détruise le Nigeria. Si rien n’est fait rapidement pour éviter le désastre imminent, des bergers armés, des bandits et d’autres terroristes prendront un jour le contrôle d’Aso Rock Villa et ceux qui occupent actuellement la Villa se rendront volontairement devant eux et fuiront le pays.

« Aucun jour ne passe sans que des bergers et d’autres terroristes tuent des Nigérians sans défense dans certaines parties du pays. Le nombre de personnes déplacées a atteint des millions, pourtant, la présidence veut que tout le monde garde le silence pendant que le pays brûle.

Tout en promettant qu’il continuerait à parler, l’assistant du gouverneur a déclaré : « Qu’il soit enregistré que pendant que la présidence détruisait délibérément le Nigeria, quelqu’un s’est prononcé contre le mal.

« Le gouverneur Ortom s’en tient à ses paroles selon lesquelles ce n’est pas la première fois qu’un Peul est président du Nigéria, et aussi que c’est la première fois que le pays est divisé sur des lignes ethniques avec des nominations déséquilibrées dans la promotion et la célébration du népotisme, de la marginalisation et répugnance ouverte des autres Nigérians.

« A aucun moment dans l’histoire de ce pays, l’impunité, le mépris flagrant des lois, les différences sectaires et ethniques n’ont été alimentés par le gouvernement, comme nous le voyons maintenant. »

Il a déclaré que la présidence l’avait qualifié de « sans distinction » malgré sa carrière aux niveaux étatique et national, montrait que la pièce avait été écrite sous l’influence de certaines substances négatives.

« Pour l’information de Garba Shehu et de ses acolytes, le gouverneur Ortom est devenu président du gouvernement local, secrétaire d’État à la publicité du National Center Party of Nigeria ; trésorier d’État du Parti de tout le peuple; secrétaire d’État et vice-président d’État du Parti démocratique des peuples ; Auditeur National du PDP ; ministre de la République fédérale et désormais gouverneur pour deux mandats », ajoute le communiqué.

Les agences de sécurité ne sont pas proactives – Sultane

Le sultan de Sokoto, pour sa part, a appelé le gouvernement fédéral à identifier et à traiter avec détermination ceux qui incitent des individus et des groupes à s’opposer à la paix et à la sécurité du pays.

Selon lui, lorsque les commentaires des dirigeants constituent une menace imminente pour la sécurité des vies et des biens, ces personnes doivent être arrêtées et poursuivies.

Il a lancé l’avertissement sur fond de vidéo virale d’un religieux islamique populaire de Zaria, qui a juré qu’il y aurait des représailles suite au récent meurtre de 22 voyageurs à Jos, dans l’État du Plateau, selon des critères ethniques et religieux.

« Que font nos agences de sécurité pour ne pas inviter ceux qui font ces vidéos et disent des choses méchantes et mauvaises qui augmentent les tensions ? » Personne ne devrait être au-dessus des lois, que vous soyez chrétien ou musulman. Vous ne pouvez pas inciter les gens à tuer des innocents », a déclaré le monarque.

Tout en déplorant le niveau d’insécurité dans le pays, Abubakar a déclaré qu’il était devenu préoccupant que les agences de sécurité soient incapables de démystifier les soi-disant « tireurs inconnus », qui effectuent des raids dans les communautés et les institutions, tuent des citoyens non armés et enlèvent des dizaines de personnes sans être contestés. .

Il a dit : « Comment les gens qui font ces choses peuvent-ils être inconnus ? Où sont nos agences de renseignement ? N’avons-nous pas une agence de renseignement proactive qui anticipe les bandits ?

« Rien qu’à l’est de Sokoto, il y a eu un jour où nous avons enterré 76 personnes, qui ont été tuées de sang-froid par des criminels venus de ‘nulle part’. Il y a eu un autre jour où nous avons enterré 48 personnes dans le même Sokoto, mais vous n’en avez pas entendu parler.

« Toutes les personnes qui commettent de telles atrocités doivent être identifiées. Les agences de sécurité doivent améliorer leur jeu, les trouver et prendre des mesures contre ce genre de carnage. Si nous commençons à le faire, tout ce carnage que nous voyons dans ce pays s’arrêtera. »

Le Sultan a appelé le Président à convoquer et à présider un dialogue national sur les défis auxquels le pays est confronté en vue de concevoir des moyens durables de les résoudre.

Il a déclaré : « Qu’y a-t-il de si difficile à la présidence de mener un dialogue national ? Pourquoi avons-nous peur de nous parler dans un dialogue ? Ce que le dialogue ne peut résoudre, la violence ne peut pas non plus le résoudre.

« Donc, je pense qu’il est grand temps de mettre de côté les sentiments ethniques et religieux et de nous dire la vérité que ce qui se passe dans ce pays n’est pas juste. C’est la voie à suivre si nous voulons vraiment avoir un pays. Le président devrait montrer la voie à cet égard.

Le président de l’Association chrétienne du Nigéria, Samson Ayokunle, a condamné les violences dans l’État du Plateau, affirmant qu’une situation où les crimes étaient peints de couleurs religieuses, ethniques ou politiques plutôt que de condamnation était une source de préoccupation pour de nombreux Nigérians.

Ayokunle, qui copréside le NIREC avec le sultan, a souligné que les criminels avaient trouvé plus facile de se protéger avec une couverture ethnique et religieuse pour s’échapper ou s’enhardir à commettre plus de crimes.

« Les Nigérians s’inquiètent de l’état dans lequel nous nous trouvons. C’est extrêmement effrayant. Il est temps pour nous de condamner à l’unanimité cette criminalité sans aucun sentiment », a-t-il souligné.

Le gouverneur de l’État du Plateau, Simon Lalong, a déclaré que ceux qui ont diffusé des messages d’incitation, qui ont attisé les idées toxiques qui ont déclenché la récente crise à Jos et ses environs, étaient des personnes extérieures à l’État.

« Les dernières semaines au Plateau ont été très difficiles car nous avons assisté à une résurgence d’attaques contre des citoyens innocents, entraînant la perte de nombreuses vies et la destruction de propriétés », a-t-il déclaré.

Ohanaeze condamne l’attaque de la présidence contre Ortom

Pendant ce temps, l’organisation socioculturelle faîtière des Igbo, Ohanaeze Ndigbo, a condamné jeudi l’attaque d’Ortom par la présidence.

Le porte-parole du groupe, le chef Alex Ogbonnia, qui s’est entretenu avec l’un de nos correspondants au téléphone, a déclaré qu’Ohanaeze Ndigbo ne croyait pas que Buhari avait autorisé la remarque de son assistant spécial principal sur les médias, Garba Shehu.

Il a déclaré : « La position d’Ohanaeze est que chaque religion reconnaît la règle d’or, qui est de faire aux autres ce que vous souhaitez que les autres vous fassent. Il est difficile de voir votre peuple mourir au quotidien comme ce qui se passe dans les États de la Bénoué et du Plateau sans réaction et sans réponse comme le fait Ortom.

« Il n’y a pas de gouverneur qui verra son peuple mourir en masse et qui sera heureux. Donc, en fait, je sympathise avec Ortom, Simon Lalong et d’autres gouverneurs d’États qui sont confrontés à cette violence d’acteurs non étatiques. C’est très douloureux. »

Ogbonnia a déclaré qu’il était regrettable que les vies au Nigéria soient devenues si bon marché sous le régime actuel, ajoutant : « Nous ne tenons plus compte du nombre de Nigérians tués quotidiennement. Ainsi, le gouvernement devrait s’asseoir et faire quelque chose avant qu’il ne soit trop tard. Ce qui se passe au Nigeria est le signe d’un État défaillant.

Attaque de la présidence contre Ortom, sans vergogne, chasse à l’ombre, selon le PANDEF

En outre, le Pan Niger Delta Forum a déclaré que l’attaque contre le gouverneur de l’État de Benue par la présidence était éhontée et constituait une tradition de chasse aux ombres.

Le secrétaire national de la publicité du PANDEF, Ken Robinson, l’a déclaré jeudi lors d’un entretien téléphonique avec l’un de nos correspondants.

Robinson a déclaré qu’Ortom doit être félicité pour son courage et pour avoir toujours défendu la vérité malgré les intimidations évidentes des pouvoirs en place, décrivant ceux qui sont contre lui comme sans vergogne.

« C’est la tradition de la Présidence. C’est leur style pour laisser la substance et chasser les ombres. C’est pourquoi nous sommes là où nous sommes en tant que pays, où des hommes armés entreront dans une formation militaire et enlèveront et tueront des officiers militaires, qui servent cette nation », a ajouté le porte-parole du PANDEF. ,,

Copyright PUNCH.

Tous les droits sont réservés. Ce matériel et tout autre contenu numérique de ce site Web ne peuvent être reproduits, publiés, diffusés, réécrits ou redistribués en tout ou en partie sans l’autorisation écrite expresse préalable de PUNCH.

Contact: [email protected]

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Ministre mauritanien des Affaires étrangères : Nous sommes peinés par ce qui se passe entre l'Algérie et le Maroc

Ministre mauritanien des Affaires étrangères : Nous sommes peinés par ce qui se passe entre l’Algérie et le Maroc

MAROC/ALGERIE : Malgré les querelles de Rabat et d'Alger, les pourparlers "de la dernière chance" sur le gazoduc MEG se poursuivent - Africa Intelligence

MAROC/ALGERIE : Malgré les querelles de Rabat et d’Alger, les pourparlers « de la dernière chance » sur le gazoduc MEG se poursuivent – Africa Intelligence