in

Biafra: Ohanaeze supplie Clark de l’explosion d’IPOB

Actuexpress.net Le 2021-07-25 04:30:38, Biafra: Ohanaeze supplie Clark de l’explosion d’IPOB

Par Innocent Duru et Okodili Ndidi, Abuja

Le groupe socioculturel faîtier Igbo, l’Ohanaeze Ndigbo, a présenté samedi ses excuses à la direction du Pan Niger Delta Forum (PANDEF) pour l’explosion du peuple autochtone proscrit du Biafra (IPOB) contre son chef national, le chef Edwin Clark.

Le groupe séparatiste avait fustigé vendredi Clark pour avoir déclaré que le delta du Niger devait être exclu du Biafra.

La porte-parole du groupe, Emma Powerful, dans la remarque controversée, a rejeté Clark comme un général sans fantassins et qui manquait d’autorité pour parler au nom des habitants de la zone.

Alarmé par le commentaire contre son chef, le PANDEF a qualifié hier la remarque d’IPOB d’« idiote », demandant aux dirigeants de la nation Igbo de dénoncer la déclaration d’IPOB, et de « présenter des excuses publiques à l’homme d’État le plus âgé, et, en fait, à l’ensemble du Niger. Peuple du Delta, dans l’intérêt de relations saines entre les zones Sud-Est et Sud-Sud.

Répondant à la demande du PANDEF dans une interview avec l’un de nos correspondants hier, le secrétaire national de la publicité d’Ohanaeze, l’hon. Alex Ogbonnia a dénoncé la déclaration de l’IPOB, affirmant qu’elle ne bénéficiait pas du soutien des dirigeants et des anciens Igbo.

Ogbonnia a déclaré : « Partout dans le monde, il existe une différence fondamentale entre les jeunes et les personnes âgées. Les jeunes se caractérisent parfois par un certain degré d’impétuosité et d’exubérance. Ce sont les caractéristiques des jeunes partout dans le monde. Il n’est pas limité à l’Igbo.

« Quant aux personnes âgées, notre rôle est de continuer à les conditionner, les conseiller, les guider et par la grâce de Dieu, parfois elles écoutent.

« Pour en venir à la remarque de l’IPOB à notre ancien homme d’État d’ailleurs, cela ne nécessite pas le soutien de la famille âgée des Igbo.

« Ohanaeze n’est pas en faveur de telles remarques. Nous condamnons avec véhémence de telles remarques, et nous demandons au chef Clark de pardonner, de comprendre que nous le considérons toujours comme notre leader dans le Forum de la ceinture sud et moyenne.

«Notre respect et notre estime pour lui sont très, très intacts. Nous ajoutons également qu’assez juste, il a des jeunes dans le Sud-Sud qui ne peuvent pas non plus être exemptés de l’exubérance juvénile de l’IPOB.

«Nous exhortons l’IPOB et nos frères Igbo que la lutte dans laquelle nous sommes actuellement en est une qui nécessite des relations et une collaboration interethniques.

« Dans cette mesure, vous avez besoin d’autres groupes ethniques pour poursuivre l’agitation que nous avons. Commencer à salir les dirigeants d’autres groupes ethniques ou d’anciens hommes d’État n’est de toute façon pas vraiment dans l’intérêt des Igbo. »

Il a ensuite souligné la nécessité pour les Ndigbo d’avoir des relations mutuelles avec d’autres groupes ethniques. « Que ce soit le Biafra ou pas du Biafra, les Igbo doivent toujours avoir des relations avec le sud-sud et d’autres parties du Nigeria. L’emplacement de l’Igbo est constant en ce qui concerne ce monde.

«Nous sommes déjà situés dans un endroit et notre emplacement exige que nous nous entendions très bien avec Akwa Ibom, Cross River, Benue, Ijaw, Igala et toutes les régions du Nigeria.

Le PANDEF, dans un communiqué publié hier par son président national et ancien whip en chef adjoint du Sénat, le sénateur Emmanuel Ibok Essien, a qualifié d’« idiote » et de « téméraire » la déclaration attribuée au porte-parole du groupe interdit, Emma Powerful, contre le chef Edwin Clark.

Essien a déclaré: «Les expressions absurdes dans ledit article ne pouvaient émaner que d’esprits illusionnés et déments, et sont tout à fait indicatives de la bêtise de l’administration de l’IPOB.

« C’est dommage qu’ils ne puissent pas faire la différence entre les faits et la fantaisie. Cette bêtise éroderait toute sympathie qu’ils avaient jusque-là reçue de la zone géopolitique Sud-Sud.

« Rappelons, sans aucune équivoque, que la région du delta du Niger ne fait pas partie du Biafra, et qu’aucun centimètre de la zone géopolitique sud-sud ne fera partie d’une quelconque « République » imaginaire.

« Il est plutôt puéril pour l’IPOB ou tout autre groupe de considérer que la région du delta du Niger ferait partie de n’importe quel engin arbitraire.

« S’il devient nécessaire que les habitants du delta du Niger se retirent de ce pays, nous le ferons selon nos conditions. »

L’armée et l’IPOB en guerre verbale au sujet d’une allégation de bombardement

L’armée nigériane et les peuples indigènes du Biafra (IPOB) hors-la-loi se sont livrés à une guerre des mots hier, ces derniers accusant l’armée d’attaques non provoquées contre les membres de l’Eastern Security Network (ESN), la branche militante de l’IPOB, à Enugu.

L’IPOB a allégué qu’une équipe combinée de soldats et d’agents de sécurité avait déclenché, le vendredi 23 juillet 2021, une attaque contre des agents innocents de l’ESN dans les forêts d’Akpofu Nkanu dans l’État d’Enugu.

L’armée nigériane a à son tour accusé l’IPOB d’avoir diffusé une fausse vidéo montrant des soldats détruisant des récoltes sur des terres agricoles, la décrivant comme une tentative de dénigrer l’armée et exhortant le public à ne pas tenir compte de la vidéo virale.

L’IPOB, dans un communiqué publié par sa porte-parole, Emma Powerful, avait qualifié l’attaque contre ESN d’injustifiée, soulignant que ses agents n’avaient rien fait pour mériter « l’attaque non provoquée ».

Il a déclaré que l’ESN avait seulement défendu les communautés de la région contre les attaques incessantes et la destruction de leurs fermes par les bergers peuls tueurs.

La déclaration se lit en partie : « Les hypocrites agents de sécurité nigérians n’ont pas réussi à protéger les Biafrais contre les incursions des djihadistes peuls.

« Pourtant, au lieu de permettre à ESN de défendre notre terre ancestrale contre l’invasion terroriste, l’armée nigériane et d’autres agences de sécurité se sont déchaînées contre des équipes de sécurité bénévoles innocentes protégeant la vie des Biafrais.

« C’est le comble de la méchanceté. Le NIGERIA aide et réprime le terrorisme. Le gouvernement fédéral contrôlé par les Peuls apporte un soutien tacite aux terroristes mais écrase les agitateurs pacifiques. C’est la méchanceté et l’hypocrisie que Dieu doit juger.

« Les mêmes terroristes FULANI se faisant passer pour des bergers kidnappent, violent et tuent depuis des années des habitants de Nkanu et d’autres communautés du Biafra jusqu’en décembre 2020, date à laquelle ESN a été mis en place pour les chasser de nos forêts.

« Maintenant, leurs vrais sponsors sont venus les défendre contre ESN en ratissant les forêts à la recherche d’agents d’ESN au lieu des terroristes.

« Depuis que les bergers peuls ont commencé leur tuerie sur le territoire du Biafra, l’un d’entre eux a-t-il été arrêté et encore moins poursuivi par une agence de sécurité ? Pourtant, tous les deux jours, l’armée et d’autres agences de sécurité chassent l’ESN comme des animaux sauvages.

« Les lâches gouverneurs du Sud-Est et l’élite politique perverse les protégeront toujours. Les policiers n’ont pas été tués par ESN. Les criminels qui ont tué des policiers se sont précipités dans la brousse où se trouvaient les agents de l’ESN.

« Les membres de l’ESN et de l’IPOB n’étaient pas impliqués dans l’attaque contre les agents de sécurité. Le gouvernement nigérian et son groupe de terroristes de l’armée devraient laisser IPOB et ESN tranquilles parce que nous ne faisons rien de mal en protégeant notre peuple des bergers terroristes peuls qui ont traversé les buissons de la communauté d’Akpofu vers l’État d’Ebonyi et d’autres parties du Biafraland.

« Nous demandons au gouverneur de l’État d’Enugu, le chef Ifeanyi Ugwuanyi, d’appeler le commandant de la 82e division Enugu pour savoir que l’ESN et l’IPOB n’ont tué aucun policier.

« L’armée et la police nigériennes ne devraient pas, par haine et par envie, attaquer ESN parce que nous sommes des Igbo. »

L’armée nigériane a exhorté hier le public à ne pas tenir compte de la vidéo virale de soldats détruisant des récoltes dans une terre agricole, la décrivant comme une tentative de dénigrement de l’armée.

Le directeur des relations publiques de l’armée, le général de brigade Onyema Nwachukwu, a affirmé dans un communiqué que la vidéo « falsifiée » était une propagande délibérée de l’Eastern Security Network (ESN) pour présenter le personnel de l’armée nigériane comme l’ennemi du peuple.

Selon la déclaration, « l’attention de l’armée nigériane (AN) a été attirée sur une séquence vidéo falsifiée publiée par des sympathisants sécessionnistes sur YouTube, présentant des images floues de certaines personnes vêtues de camouflage vert détruisant récemment une terre agricole dans un lieu non divulgué.

« Dans une tentative de dénigrer la réputation et l’image de l’AN, les auteurs de la vidéo ont malicieusement attribué l’action des personnes à l’armée en prétendant faussement qu’elles sont des soldats et invariablement des membres du personnel de l’armée nigériane.

Il a ajouté: « Cependant, à la suite d’une enquête sur la vidéo en la soumettant à une image inversée crédible, il a été découvert que la vidéo avait été publiée pour la première fois sur la chaîne YouTube « BIAFRA BOY »

« L’enquête a également révélé que l’image des hommes en tenue de camouflage verte a été délibérément floutée pour dissimuler leur identité aux téléspectateurs.

« De même, les auteurs n’ont pas identifié l’emplacement, la communauté ou la zone de gouvernement local où l’incident s’est produit.

« Compte tenu de ces faits, il est évident que la séquence vidéo est une propagande délibérée d’ESN pour discréditer la réputation et l’image de l’AN en présentant le personnel de l’AN comme des ennemis du peuple.

« Les membres du grand public sont priés de se méfier de ces documents de propagande négative et de les soumettre à un examen approfondi.

«Nous exhortons donc le public à ne pas tenir compte de la vidéo de propagande car il s’agit de la machination de fauteurs de troubles ciblant l’armée nigériane.

« Nous rassurons le grand public sur le fait que l’armée nigériane continuera à opérer de manière professionnelle indépendamment de toute propagande qui divise. Nous assurons tous les Nigérians épris de paix de notre engagement à aider les autorités civiles à contenir les problèmes de sécurité conformément aux dispositions constitutionnelles. »

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
أول تعليق للجزائري نورين بعد رفضه مواجهة إسرائيلي (فيديو)

Le premier commentaire de l’Algérienne Noreen après son refus d’affronter un Israélien (vidéo)

Un athlète algérien refuse de rivaliser avec Israël et quitte les Jeux olympiques - Morocco World News

Un athlète algérien refuse de rivaliser avec Israël et quitte les Jeux olympiques – Morocco World News