in

C’est la guerre haoussa-peul, Zamfara retrace l’origine des hostilités

Le PDP se lance contre un complot présumé visant à déclarer l'état d'urgence à Zamfara -

Rédaction Le 2021-04-03 10:31:39, C’est la guerre haoussa-peul, Zamfara retrace l’origine des hostilités

No-Fly Zone à Zamfara: les intrigues et les subtilités* Depuis l’assassinat du chef peul en 2013, les Peuls ont lancé une agression contre Housa

* En 8 ans, des bandits ont collecté 970 millions de nairas à titre de rançon, tué 2619, déplacé 100000, kidnappé 1190, volé 14378 animaux

* Il y a maintenant 100 camps avec pas moins de 300 bandits dans chaque camp avec des armes sophistiquées

Par Ibrahim Hassan Wuyo

Les archives de l’État de Zamfara montrent que plus de 100000 personnes ont été déplacées de leurs maisons ancestrales tandis que 2619 personnes ont été tuées par des bandits entre 2011 et 2019 dans l’État,

a déclaré le commissaire à l’information de l’État de Zamfara, l’honorable Ibrahim Magaji Dosara.

«Cela s’ajoute aux mille cent quatre-vingt-dix personnes kidnappées par les bandits», a-t-il ajouté.

S’exprimant lors d’une conférence de presse à Kaduna vendredi, Dosara a déclaré

les archives ont également montré que la somme de 970 000 000 millions de nairas a été payée en rançon tandis que quatorze mille trois cent soixante-dix-huit animaux ont été volés au cours de cette période.

Il a cependant expliqué qu’avec la venue du gouverneur Bello Matawalle Maradun, des mesures drastiques ont été mises en place pour contrôler la situation, affirmant que le processus de paix et de réconciliation entrepris par le gouvernement avait donné des résultats positifs.

Selon lui, «le gouvernement de Son Excellence l’hon. Bello Mohammed, MON Matawallen Maradun a deux ans en tant que gouverneur exécutif de l’État de Zamfara, le 29 mai 2021. Je suis heureux de vous informer que depuis le jour où Son Excellence a pris la direction de l’État de Zamfara, le gouverneur Matawalle a été actif pour faire avancer Zamfara et ses habitants.

«Le plus grand défi auquel était confrontée l’administration du gouverneur Bello Matawalle était les problèmes de sécurité persistants hérités de l’ancien gouvernement de son prédécesseur, le gouverneur Abdulaziz Yari Abubakar.»

«Avant l’arrivée de l’actuelle administration de Son Excellence le Dr Bello Mohammed Matawallen Maradun, les habitants de Zamfara étaient dans un état de dilemme dévastateur et de peur de l’inconnu en raison du banditisme rural. Les meurtres, mutilations, enlèvements, viols, vandalisme et attaques effrénés sont devenus à l’ordre du jour. »

Il a déclaré que la genèse du conflit à Zamfara avait commencé avec le meurtre du chef peul le plus populaire et le plus respecté de tous les États voisins de Zamfara, Sokoto et Kebbi, un Alhaji Ishe, du village de Chilin dans le district de Kuyambana de l’émirat de Dansadau à Maru. Zone de gouvernement local de l’état le 11 avril 2013.

«Depuis lors, les Peuls des trois États se sont montrés lésés et agressifs contre les communautés haoussa d’où venaient les Yansakai qui ont commis le meurtre.»

«La crise a commencé à s’aggraver de jour en jour par des vagues d’attaques les unes contre les autres et une série de vengeances s’est poursuivie sans relâche. Avec les hostilités entre les Peuls et les Yansakai, chacun a décidé de former un groupe et une structure redoutables, les Peuls en bandits et les Hausa en Yansakai, conduisant à tracer une ligne de bataille entre eux avec des vagues croissantes d’attaques et de contre-attaques, tuant des scores. de personnes innocentes, destruction d’objets de valeur et incendies de maisons et de denrées alimentaires. « 

«Pour aggraver encore la situation, les bandits peuls ont commencé à établir des camps et à recruter des informateurs et de nouveaux membres dans le banditisme même parmi les Haoussa, ainsi qu’à leur donner une formation et des armes.»

«En raison d’une attention intempestive et d’une mauvaise intervention nécessaire, la situation s’est encore aggravée avec les conséquences du chaos qui s’est déchaîné sur des innocents à travers l’État. Par conséquent, les bandits ont pu établir un réseau de 24 routes à travers les 14 zones de gouvernement local de l’État, avec deux cent trente-deux (232) dirigeants et un grand nombre de suiveurs de quatre mille huit cent vingt-cinq bandits à travers l’État,  » il a dit.

Il a dit en conséquence, il y avait la perte quotidienne de vies, les enlèvements de personnes, le vol de bétail par milliers et d’autres formes de criminalité.

«Les gens étaient traumatisés. Les agriculteurs ont été empêchés de se rendre dans leurs fermes pour cultiver les cultures vivrières et commerciales habituelles pour leurs besoins quotidiens. Il y avait une insécurité alimentaire générale dans l’État en particulier et dans la région en général. »

«L’économie de l’État a été dévastée par la crise. Cela s’ajoute à la prolifération des armes légères et lourdes, avec un afflux important de bandits en provenance des pays voisins, sans solution en vue. La crise a défié toutes les formes de solution. « 

«Cela s’ajoute à un grand nombre de camps de bandits à travers l’État et au-delà. Au moins, il y a près de cent (100) camps de bandits différents avec pas moins de 300 bandits dans chacun de ces camps ayant des armes sophistiquées avec eux. « 

«Couplé à la pénurie de main-d’œuvre dans le secteur de la sécurité et à un réseau de renseignement très pauvre. Pourtant, le gouverneur doit assurer la protection de la vie et des biens de la population. »

«Maintenant, dites-moi, quelle est la meilleure option pour le gouverneur? Croiser les bras pour voir son peuple se faire tuer ou aller dialoguer et continuer à utiliser les bandits repentants pour convaincre les bandits récalcitrants de sauver la vie des gouvernés? Il a demandé.

Vanguard News Nigeria

What do you think?

20 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
4.5 quake 1 Apr 3:33 pm (GMT +1)

Tremblement de terre de magnitude 4,5 près de Guelma, Algérie / Volcan

Les affrontements de Carteron avec les clubs algériens ... ont réalisé un couronnement à leurs dépens

Les affrontements de Carteron avec les clubs algériens … ont réalisé un couronnement à leurs dépens