in

Comment la police nigériane et le FBI ont enfreint le droit du chef de la police en disgrâce, Abba Kyari, avec des actions hâtives – Groupes du Nord

Comment la police nigériane et le FBI ont enfreint le droit du chef de la police en disgrâce, Abba Kyari, avec des actions hâtives - Groupes du Nord

Rédaction Le 2021-08-08 20:57:26, Comment la police nigériane et le FBI ont enfreint le droit du chef de la police en disgrâce, Abba Kyari, avec des actions hâtives – Groupes du Nord

La Coalition of Northern Groups (CNG) et d’autres organisations de la société civile (OSC) d’Arewa ont annoncé que le Federal Bureau of Investigation (FBI) et la police nigériane avaient violé le droit du chef de la police en disgrâce, Abba Kyari, à un procès équitable.

Il a donc demandé aux autorités policières de réexaminer la suspension du commissaire adjoint de police en difficulté et ancien chef de l’équipe de réponse au renseignement (IRT) des forces de police du Nigeria, Kyari.

Le bureau du procureur des États-Unis, district central de Californie, avait émis un mandat d’arrêt contre Kyari pour ses liens présumés avec le fraudeur présumé, Ramon Olorunwa Abbas, alias Hushpuppi, qui est jugé pour diverses infractions, notamment la fraude sur Internet et le blanchiment d’argent.

Hushpuppi a depuis plaidé coupable aux accusations et, s’il est reconnu coupable, risque une peine de 20 ans de prison, une surveillance de trois ans à la fin de sa peine et une restitution monétaire d’un montant de 500 000 $ ou plus.

Des documents judiciaires américains ont décrit un différend entre les membres du complot Hushpuppi, qui l’aurait incité à faire en sorte qu’un individu soit identifié comme « co-conspirateur » Kelly Chibuzo Vincent, emprisonné au Nigeria par le DCP Kyari.

Selon l’affidavit, « Kyari est un commissaire adjoint hautement décoré de la police nigériane qui aurait organisé l’arrestation et l’emprisonnement de Vincent à la demande d’Abbas, puis aurait envoyé à Abbas des photographies de Vincent après son arrestation.

« Kyari aurait également envoyé à Abbas les coordonnées bancaires d’un compte sur lequel Abbas pourrait déposer le paiement de l’arrestation et de l’emprisonnement de Vincent. »

Il a été suspendu par la Commission des services de police dimanche dernier et remplacé en tant que chef de l’équipe d’intervention du renseignement de la force.

Lors de sa réunion de dimanche, la coalition a exigé un transfert immédiat du dossier de Kyari à la Nigeria Intelligence Agency (NIA).

Le communiqué lu aux journalistes à la fin de la réunion dimanche a indiqué que la réunion conjointe du CNG, des OSC et des ONG avait été convoquée en raison de l’inquiétude suscitée par la détérioration de la situation sécuritaire, les menaces contre l’éducation et l’intégrité personnelle et la liberté d’éminents habitants du Nord.

En lisant le communiqué signé par les dirigeants du CNG et de huit autres organisations, le porte-parole du CNG, Abdulazeez Sulieman a déclaré : Cour des États-Unis pour implication dans des accusations portées par le Federal Bureau of Investigations (FBI) contre un fraudeur présumé, Ramon Abbas Hushpuppi.

«La table ronde a spécifiquement noté plusieurs lacunes procédurales proches de violations du protocole international dans la tentative supposée du FBI d’envelopper le DCP Kyari dans l’affaire Hushpuppi, ainsi que la hâte évidente des autorités de la police nigériane de le dépouiller de son poste avec un remplaçant immédiat.

« Que le FBI, une agence de sécurité américaine réputée, ait invariablement enfreint la pratique juridique et diplomatique standard mondiale en négligeant de contacter le haut-commissariat du Nigéria aux États-Unis ou les autorités nigérianes par l’intermédiaire des bureaux de liaison du FBI basés au Nigéria avant d’aller de l’avant avec déposer un acte d’accusation contre un haut responsable de la sécurité nigérian.

« Que le FBI aurait pu enfreindre une autre procédure pénale fondamentale en n’accordant pas à M. Kyari l’avantage d’être entendu avant d’aller de l’avant avec la prétendue inculpation par un tribunal américain aux États-Unis pour une infraction prétendument commise au Nigeria, jugée en vertu des lois nigérianes, par tribunaux nigérians et sur le territoire nigérian.

« Un manquement au décorum et une négligence de procédure ont également pu se produire lorsque le FBI a publié à la hâte le prétendu acte d’accusation en ligne sans en informer au préalable les autorités nigérianes.

« La table ronde a également soulevé des questions sur la précipitation apparente avec laquelle Kyari a été suspendu et un remplaçant substantiel immédiat nommé par les autorités de police nigérianes, une violation flagrante du droit fondamental de M. Kyari à un procès équitable par le FBI et les autorités de police nigérianes en ne permettant pas lui le bénéfice d’être entendu avant les actions précipitées contre lui.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
La victoire et puis la victoire, jusqu'à ce que la Tunisie regagne sonne !

La victoire et puis la victoire, jusqu’à ce que la Tunisie regagne sonne !

جدول ترتيب الدوري الجزائري

Classement de la ligue algérienne. Une manche bombardée en tête de 4 épisodes avant le mot de la fin