in

Comment mon frère a disparu au poste de police de Kuje il y a 11 ans

Comment mon frère a disparu au poste de police de Kuje il y a 11 ans

Actuexpress Le 2021-03-24 21:34:11, Comment mon frère a disparu au poste de police de Kuje il y a 11 ans

Par Tordue Salem, Abuja

Un témoin à l’IIP-SRAS, Mme Kate Okwor a raconté mercredi devant le panel comment son frère aîné, Jude Onunze, avait disparu au poste de police de Kuje à Abuja après que l’ami de son frère l’ait signalé au poste de police le 1er janvier 2009.

Kate, qui a témoigné en faveur du pétitionnaire, la famille de Jude Onunze, a déclaré au panel que Jude l’avait appelée au téléphone lorsqu’il avait été arrêté et emmené au poste de police et qu’en y arrivant; elle a été informée qu’un certain John, l’ami de son frère, avait porté plainte contre lui pour insulte, ce qui avait conduit à son arrestation et à sa détention.

Poursuivant, elle a déclaré que lorsqu’elle a finalement rencontré les agents responsables du poste de police, il lui a dit de venir le lendemain pour la détention de son frère.

Elle a dit que le 2 janvier 2009, elle est revenue au poste de police avec de la nourriture et qu’il a pu la passer à son frère sur le comptoir après avoir goûté à la fois la nourriture et l’eau comme demandé par la police.

Les témoins ont déclaré qu’avec son mari et président de la communauté Igbo à Kuje, Akpata Justice s’est rendue au poste de police le 4 janvier 2009 où le 5ème répondant, Peter Ageh (IPO), au poste de police de Kuje a déclaré que mon frère avait été ramené à la maison dans un véhicule de patrouille.

En entendant cela, elle a dit qu’ils sont rentrés rapidement et qu’en arrivant chez son frère, il a découvert que la porte était verrouillée et qu’il n’y avait aucun signe indiquant qu’il était là.

Selon le témoin, elle et certains membres de sa famille sont retournés au poste de police pour les informer que son frère n’était pas à la maison et que rien n’est sorti de la visite jusqu’à ce jour.

Elle a déclaré qu’elle avait saisi les tribunaux et l’Assemblée nationale pour la disparition forcée présumée de son frère avant de se présenter devant la Commission nationale des droits de l’homme pour la même affaire.

Lors du contre-interrogatoire par l’avocat de la police nigériane, James Idachaba, la police a souligné que l’affaire pour laquelle le témoin est devant le panel avait été portée devant le tribunal et qu’une décision avait été prise.

En outre, Idachaba a informé le tribunal qu’un appel est en instance devant la Cour d’appel pour la même affaire.

D’autre part, l’avocat du plaignant, Chukwudi Igwe, a déclaré au panel que Jude Onunze était vraisemblablement mort et qu’il ne savait pas que la même affaire était pendante devant la cour d’appel.

Le panel a donc ajourné l’affaire sine die pour permettre aux parties de vérifier l’état d’avancement de l’affaire devant la Haute Cour et la Cour d’appel du FCT et de faire rapport au panel.

Dans un autre cas d’intimidation et de confiscation de propriétés présumées et de désobéissance à l’ordonnance du tribunal par la police, Ayo Omoluope Esq. a témoigné devant le panel qu’il avait été illégalement arrêté et détenu par la police à Maitama, Abuja et à Lagos alors qu’il accompagnait son client, l’hon. Ngozika Ihuoma à Union Bank à Abuja pour le paiement de ses frais juridiques.

Le témoin a déclaré au panel qu’il se trouvait dans les locaux de la banque à Maitama, Abuja lorsque la directrice de la banque, Mme Miriam Atawode, a ordonné aux policiers de l’arrêter lui et son client. «Nous avons ensuite été emmenés au poste de police de Maitama», a-t-il ajouté.

Plus tard, il a déclaré que la police avait fait des efforts pour les transporter immédiatement à Lagos, mais qu’ils n’avaient pas réussi quand ils voulaient qu’il utilise la carte d’embarquement d’une autre personne pour voler, et que lorsqu’il a refusé, ils les ont ramenés au poste de police de Maitama.

Il a déclaré que le lendemain, ils avaient été transportés par avion à Lagos et qu’il avait par la suite été libéré sous caution et il s’est adressé au tribunal pour faire respecter ses droits fondamentaux. Il a déclaré qu’un jugement avait été rendu plus tard en sa faveur et que la police ne s’était pas encore conformée au jugement.

Plus tôt, l’hon. Ihuoma a déclaré que sa voiture était toujours à la banque Union et que lorsqu’il a fait des efforts pour la récupérer, on leur a dit que le tribunal n’était pas un tribunal qui pouvait ordonner la libération de ces propriétés.

Il a également allégué que la banque avait été de connivence avec l’EFCC pour l’accuser de vol devant un tribunal de grande instance.

L’affaire a été ajournée pour défense le 3 mai 2021.

Vanguard News Nigeria

What do you think?

24 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Sami Bouajila, «Un fils» de Tunisie, roi des César

Sami Bouajila, «Un fils» de Tunisie, roi des César

Mode nouvelle génération "Sapeurs" [or La Sape] amour de la vinaigrette élégante des capitales jumelles congolaises de Brazzaville et Kinshasa

Mode nouvelle génération « Sapeurs » [or La Sape] amour de la vinaigrette élégante des capitales jumelles congolaises de Brazzaville et Kinshasa