in

COVID-19 : La lenteur du déploiement du vaccin au Nigeria peut-elle être attribuée à la méfiance politique ?

COVID-19 : La lenteur du déploiement du vaccin au Nigeria peut-elle être attribuée à la méfiance politique ?

Actuexpress Le 2021-08-08 05:04:29, COVID-19 : La lenteur du déploiement du vaccin au Nigeria peut-elle être attribuée à la méfiance politique ?

Ministre de la Santé, Dr Osagie Ehanire

Vanessa Obioha écrit que l’absence de pays africains sur la piste de course COVID-19 expose le manque de préparation et l’inadéquation du continent à une pandémie

Les dernières perspectives économiques mondiales du Fonds monétaire international indiquent que la pandémie de COVID-19 ralentit toujours la croissance économique de nombreux pays, les faibles taux de vaccination dans les économies émergentes entraînant une reprise mondiale déséquilibrée.

Au fil des jours, l’inégalité des vaccins entre les nations riches et pauvres devient de plus en plus flagrante. Les pays développés qui abritaient des sociétés pharmaceutiques fabriquant les vaccins étaient et sont toujours en tête du taux de vaccination.

Des données récentes de Our World in Data ont montré que les 20 pays les moins vaccinés se trouvaient principalement en Afrique, avec seulement 1,1 % des habitants des pays à faible revenu recevant au moins une dose. Seuls quatre pays, l’Érythrée, le Burundi, la Tanzanie et la Corée du Nord, n’ont pas encore commencé les vaccinations.

Il y avait une lueur d’espoir lorsque les vaccins contre le coronavirus mortel qui a fermé le monde l’année dernière ont commencé à être déployés.

La Grande-Bretagne a été le premier pays à autoriser officiellement le début des vaccinations à grande échelle, en injectant à Margaret Keenan, 90 ans, une dose du vaccin Pfizer-BioNTech en décembre dernier. Les États-Unis emboîteraient le pas six jours plus tard et le 26 décembre, l’UE a commencé ses propres vaccinations.

Au Nigeria, le déploiement a commencé en mars, mais seulement 0,7% de la population a été complètement vacciné selon les données recueillies à partir des rapports mondiaux sur la pandémie. Les statistiques montrent que sur les plus de 200 millions de Nigérians, seulement 1,4 million sont complètement vaccinés, avec seulement 3,94 millions de doses administrées au moment du dépôt de ce rapport. Lagos est l’état avec le plus grand nombre de vaccinations dans le pays.

Jusqu’à présent, le Nigéria n’a enregistré que 175 264 cas confirmés de COVID-19 avec 2 163 décès selon les données de l’Organisation mondiale de la santé le 5 août.

Il était largement admis que la formation de COVAX – la facilité d’accès mondial aux vaccins COVID-19 – favoriserait la distribution mondiale des vaccins COVID-19, mais les mois suivants ont montré que les pays ayant une endurance financière prendront toujours les devants. La lutte pour le pouvoir du vaccin COVID-19 pourrait être attribuée à l’ancien président américain, Donald Trump, qui a apporté un soutien financier à l’invention des vaccins malgré sa position antérieure de rejeter la menace de la pandémie qui a fait de nombreux décès en Amérique. D’autres pays ont emboîté le pas et les vaccins, destinés à sauver les citoyens infectés, sont devenus une course aux dirigeants puissants. C’était comme un tableau de bord de leurs performances dans lequel ils étaient tous impatients d’avoir de bonnes notes, avec de l’argent bien sûr !

Derrière la course pour obtenir les vaccins en premier, il y avait un autre problème – le racisme alors que les pays édictaient des règles de voyage basées sur le vaccin qu’ils considéraient comme supérieur.

L’absence de pays africains sur la piste de course du vaccin COVID-19 a révélé le manque de préparation et l’inadéquation du continent à une pandémie. S’appuyant principalement sur la générosité de COVAX et des pays développés, le déploiement du vaccin dans la plupart des régions du continent n’a pas été aussi impressionnant que souhaité.

La position inquiétante des pays africains pour sortir leurs économies des gossamers de la pandémie a été l’un des points de discussion du directeur général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), le Dr Ngozi Okonjo-Iweala lors de la Commission des Nigérians de la diaspora (NIDCOM) célébration de la Journée nationale de la diaspora. L’économiste cérébral a déploré le faible taux de vaccination contre le COVID-19 sur le continent, déclarant que même si le volume de production de vaccins avait augmenté, « la mauvaise nouvelle est que la plupart de ces doses se sont retrouvées dans les pays développés et que l’iniquité des vaccins continue ». Elle a cependant révélé que des discussions sont en cours pour voir comment améliorer la production de vaccins en Afrique.

« Comment pouvons-nous même déplacer la production vers les pays africains ? L’OMC a pour mission de surveiller les restrictions à l’exportation et les mesures de facilitation du commerce, et ce que j’essaie de faire, c’est de tirer parti de cela, de travailler réellement avec les entreprises; pour les persuader que « si nous travaillons avec vous pour surveiller les chaînes d’approvisionnement, supprimer les restrictions à l’exportation, investirez-vous dans notre pays ? »

Okonjo-Iweala a également révélé que COVAX a déjà envoyé 130 millions de doses aux pays en développement « mais il était censé en avoir fait environ 500 millions à ce jour. Ce que nous essayons de faire, c’est de dire qu’il ne faut pas dépendre des autres tout le temps. Nous ne pouvons pas, en tant que continent, continuer à importer 99 % de nos vaccins et 90 % de nos produits pharmaceutiques. Ce que nous demandons maintenant, c’est qu’ils développent cette industrie en Afrique. »

Elle a ajouté que le président Muhammadu Buhari a mis en place un groupe de travail dirigé par le ministre de la Santé pour examiner la question de savoir comment le Nigeria peut fabriquer ses propres vaccins.

Ses inquiétudes faisaient écho aux pensées du directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghrebeyesus, qui a récemment déclaré qu' »un déséquilibre choquant persiste dans la distribution mondiale des vaccins Covid-19… Les nantis s’ouvrent, tandis que les démunis se verrouillent ».

Au Nigeria cependant, le verrouillage n’est pas encore à plein régime, même si la variante Delta menace les pays à taux de vaccination élevés. Mercredi 4 août, la base de données du New York Times a observé que le total des infections à coronavirus dans le monde a dépassé les 200 millions.

Les États-Unis, qui avaient presque la normalité à leur portée, le sentent s’éloigner de l’augmentation des cas d’infections, de sorte que l’administration du président Joe Biden a déployé ces derniers jours des directives obligatoires pour freiner une propagation incontrôlable. La France a rendu obligatoire la vaccination des citoyens pour accéder aux lieux publics malgré de nombreuses protestations contre la décision.

La Grande-Bretagne, quant à elle, a connu une baisse des infections et a récemment ouvert ses frontières aux personnes entièrement vaccinées des États-Unis et de l’Europe. Il a également commencé à faire don de millions de doses de vaccin contre le coronavirus dans le monde, y compris dans les pays du Commonwealth, suite à son engagement de fournir 100 millions de vaccins dans le monde d’ici juin prochain.

Alors qu’à première vue, l’accès aux vaccins COVID-19 semble être un obstacle à la vaccination complète des gens au Nigeria, il y a un problème plus profond en dessous : les conspirations COVID-19 persistantes propagées par les anti-vaccins. Ce n’est pas particulier au Nigeria car il existe des anti-vaccins dans d’autres parties du monde, y compris dans les pays leaders dans le déploiement des vaccinations. La lenteur du Nigeria peut être attribuée à un mélange de croyances religieuses et de méfiance politique.

Pour de nombreux Nigérians, en particulier parmi les roturiers, le coronavirus est un canular joué par des politiciens corrompus. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles cette perception tient. Premièrement, dans les zones résidentielles à faible revenu, où ils résident, les cas d’infections au COVID-19 sont rares malgré le non-respect des consignes de sécurité telles que le port de masques faciaux et le maintien de la distance sociale. Ils indiquent facilement des marchés locaux densément peuplés tels que Iyana-Iba le long de l’autoroute Lagos-Badagry ou le marché Balogun sur l’île de Lagos, où les gens se déplacent et se bousculent sans craindre de contracter le virus. De tels scénarios tumultueux affirment leur conviction que le virus n’existe pas ou est simplement réservé aux élites.

Ce manque d’inquiétude a également été alimenté par les différentes théories COVID-19 en ligne et en chaire, enhardissant les citoyens à renifler à la mention des vaccins ou à prétendre facilement qu’ils sont protégés par les pouvoirs tout-puissants du Suprême.

Il n’est pas rare de les voir se référer au faible nombre de cas émis par le Nigeria Center for Disease Control (NCDC) comme preuve que la maladie est une étrangère au Nigeria. Mais il y a eu une légère hausse ces derniers temps après l’émergence de la variante Delta.

Leur nonchalance n’est pas perdue pour le gouvernement fédéral qui se prépare habilement pour une troisième vague. Le ministre de la Santé Osagie Ehanire a récemment révélé que le pays s’attend à ce que 33,7 millions de doses de vaccins COVID-19 atteignent l’immunité collective. Le gouvernement fédéral a également récemment activé des centres d’isolement à travers le pays. Récemment, les États-Unis ont fait don de quatre millions de vaccins Moderna au Nigeria, les États de Lagos, Akwa Ibom, Oyo et Rivers étant prioritaires.

Cependant, faire croire aux Nigérians à l’existence du coronavirus, sans parler des vaccinations, restera une tâche herculéenne pour le gouvernement en raison d’un manque de confiance dans le leadership. Un bon exemple est l’allégation de mauvaise gestion des fonds d’intervention COVID-19 portée contre le gouverneur de l’État d’Ogun, Dapo Abiodun, par la section de l’État du Parti démocratique du peuple (PDP). Avant l’arrivée des vaccins au Nigeria, le parti d’opposition avait fustigé le parti au pouvoir All Progressives Congress (APC) pour ne pas avoir prévu dans le budget 2021 l’achat de vaccins.

La découverte et le pillage d’entrepôts où le matériel de secours COVID-19 était conservé l’année dernière à travers le pays est un autre indicateur de l’incrédulité croissante.

Plus encore, une poignée de Nigérians ne savent pas où se faire vacciner, bien que le NCDC, à travers ses sites Web et d’autres formes de communication, exprime l’importance de se faire vacciner. Il devra faire plus. Par exemple, certaines personnes ne savent pas où se procurer les vaccins et sont souvent découragées par les protocoles impliqués dans l’obtention du vaccin dans certains établissements de santé sélectionnés.

Jusqu’à présent, l’Agence nationale d’administration et de contrôle des aliments et des médicaments (NAFDAC) a approuvé les vaccins suivants : BioNTech, Pfizer ; Johnson & Johnson, Moderna, Oxford AstraZeneca et Spoutnik V.

Faire vacciner un nombre appréciable de Nigérians et la reprise de l’économie qui devrait suivre ne sera pas une promenade de santé. Cela nécessitera l’engagement sobre des dirigeants nigérians et un sens des responsabilités plus profond que la démonstration de grandeur des politiciens se faisant vacciner, principalement pour faire la une des journaux.

Comme ça:

J’aime le chargement…

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Participation algérienne décevante aux JO de Tokyo |  Sabre Blédi

Participation algérienne décevante aux JO de Tokyo | Sabre Blédi

Le Maroc en tête de la population vaccinée, l'Algérie en queue de peloton

Le Maroc en tête de la population vaccinée, l’Algérie en queue de peloton