in

Des bandits ont demandé 100 millions de naira supplémentaires après avoir collecté une rançon de 60 millions de nairas – Parents d’étudiants de l’université de Kaduna kidnappés

Des bandits ont demandé 100 millions de naira supplémentaires après avoir collecté une rançon de 60 millions de nairas - Parents d'étudiants de l'université de Kaduna kidnappés

Actuexpress Le 2021-05-15 01:53:12, Des bandits ont demandé 100 millions de naira supplémentaires après avoir collecté une rançon de 60 millions de nairas – Parents d’étudiants de l’université de Kaduna kidnappés

Les parents des derniers étudiants kidnappés de l’Université de Greenfield, Kaduna en captivité des bandits, ont supplié le gouvernement fédéral de sauver leurs enfants, affirmant que les bandits avaient refusé de libérer les étudiants après avoir payé une rançon de 60 millions de nairas.

Ils ont affirmé qu’ils ne pouvaient plus répondre à la dernière demande de rançon cumulée N160m par les bandits.

Les étudiants enlevés par les bandits le 20 avril 2021 à l’école située le long de l’autoroute Kaduna-Abuja ont passé au moins 24 jours en captivité.

Quelques jours après leur enlèvement, les bandits ont tué cinq des 23 étudiants pour ne pas avoir payé 800 millions de nairas qu’ils réclamaient en rançon.

En outre, le chef des bandits, Sani Jalingo, dans une interview sur le service haoussa de la voix de l’Amérique, a promis de tuer les étudiants restants si les parents ne parviennent pas à apporter 100m N et 10 motos.

Mais les bandits ont annulé leur menace suite à l’intervention du religieux islamique controversé, Sheikh Ahmad Gumi.

S’exprimant au nom des autres parents de Kaduna jeudi, le président des parents lésés, Marcus Zarmai, a supplié le président, le général de division Muhammadu Buhari (ret.), D’utiliser ses bons offices pour assurer le retour en toute sécurité de leurs enfants des ravisseurs. tanière.

Selon lui, les bandits réclament maintenant une rançon de 160 millions de nairas, chacun des parents devant contribuer à 10 millions de nairas pour les 16 élèves restants.

Cela, a-t-il dit, était après que les parents aient contribué plus de 60 millions de nairas aux bandits pour la libération de leurs enfants sans résultat.

«Nous, les parents, faisons appel au gouvernement fédéral pour qu’il nous aide à payer la rançon demandée ou à trouver tout autre moyen d’assurer le retour en toute sécurité de nos enfants.

«La même stratégie qui a été adoptée pour secourir les étudiants kidnappés à Jangebe, dans l’État de Zamfara, à Kankara dans l’État de Katsina, à Kagara dans l’État du Niger et à Afaka dans l’État de Kaduna devrait être adoptée par le gouvernement fédéral pour secourir nos enfants, car ils sont également Nigérians,  » il ajouta.

Easter Chukwuemeka, dont la mère faisait partie des personnes kidnappées par les bandits, a également appelé le gouvernement fédéral à intervenir de toute urgence car l’absence de leurs enfants avait eu un impact négatif sur eux.

Parmi les 16 personnes restantes dans la fosse aux bandits, il y a 13 étudiants et trois travailleuses de l’université.

Un avion de la NAF écrase les repaires de bandits et tue des dizaines de personnes dans les forêts de Kaduna – Officiel

La composante de l’armée de l’air nigériane de l’opération Thunder Strike a bombardé les repaires de bandits à différents endroits dans quatre zones du gouvernement local à Kaduna, notamment Chikun, Kajuru, Kachia et Birnin Gwari, tuant des dizaines de bandits.

Le commissaire d’État à la sécurité intérieure et aux affaires intérieures, M. Samuel Aruwan, qui l’a confirmé, n’a toutefois pas mentionné le jour où les opérations ont été menées.

Il a déclaré que les opérations étaient telles que rapportées au gouvernement de l’État par la NAF.

Selon Aruwan, une reconnaissance armée a été menée sur Erena, Kusasu, Kuduru, Kulefe, Kusherki et Shiroro dans l’État voisin du Niger, ainsi que sur Chikun et ses environs dans la LGA de Chikun.

Il a déclaré: «Des bandits ont été vus fuyant la partie de l’État de Kaduna de Kusasu (dans la LGA de Chikun) à moto. Ils ont été suivis par l’équipage puis neutralisés.

«Suite à cela, une reconnaissance armée a été menée le long de l’autoroute Kaduna-Abuja, des fermes d’Olam, de Rugu, d’Akilbu, de Polewire Rijana, de Katari, de Jere et des colonies avoisinantes.

«Des activités humaines normales et une circulation fluide ont été observées le long de la route et de la voie ferrée. Tous les lieux scannés ont été signalés calmes sans qu’aucune menace n’ait été observée. »

En outre, le commissaire a noté que des avions d’attaque avaient mené des opérations au-dessus de Jan Birni, Birnin Gwari LGA, qui, selon lui, avait été observée comme active avec des bandits, notant que certains bandits avaient été enlevés et que le camp avait été incendié et détruit.

Aruwan a ajouté que les opérations aériennes, y compris l’interdiction aérienne, la reconnaissance armée et les patrouilles, seraient maintenues dans les prochains jours au-dessus de la métropole de Kaduna et d’autres zones d’intérêt de l’État.

«Les principales autoroutes seront également couvertes, notamment les routes Kaduna-Birnin Gwari, Kaduna-Abuja, Kaduna-Zaria, Kaduna-Kachia et Kaduna-Afaka. Recevant les commentaires, le gouverneur Nasir el-Rufai a félicité les équipages pour le succès des missions et les a remerciés pour leurs opérations proactives », a-t-il déclaré.

Copyright PUNCH.

Tous les droits sont réservés. Ce matériel et tout autre contenu numérique de ce site Web ne peuvent être reproduits, publiés, diffusés, réécrits ou redistribués en tout ou en partie sans l’autorisation écrite expresse préalable de PUNCH.

Contacter: [email protected]

What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
A des conditions "très strictes" ... l'Algérie rouvre les frontières

A des conditions « très strictes » … l’Algérie rouvre les frontières

Avantage Wydad Casablanca après avoir détenu le Mouloudia en Algérie

Avantage Wydad Casablanca après avoir détenu le Mouloudia en Algérie