in

Des bandits ouvrent le feu sur des commerçants du marché de Benue, en tuent un, en blessent 13

Des bandits ouvrent le feu sur des commerçants du marché de Benue, en tuent un, en blessent 13

Actuexpress Le 2021-03-26 06:24:35, Des bandits ouvrent le feu sur des commerçants du marché de Benue, en tuent un, en blessent 13

Bandits… Parents à el-Rufai: Négocier avec les bandits avant qu’ils ne tuent nos enfants

Les troupes tuent deux, récupèrent le fusil AK-47

… Les bandits tuent 9 à Birnin-Gwari, les LGA de Giwa à Kaduna

… Les OSC s’opposent au paiement d’une rançon aux bandits, aux ravisseurs

Par Peter Duru,

Gabriel Ewepu et Ibrahim Hassan

Hier, les parents des 39 étudiants enlevés du Collège fédéral de mécanisation forestière de la zone de gouvernement local de Mando Igabi de l’État de Kaduna ont appelé le gouverneur de l’État, Nasir el-Rufai, à négocier avec les bandits et à obtenir la libération de leurs quartiers.

Le gouverneur avait toujours insisté sur le fait que son gouvernement ne négocierait pas avec les bandits, insistant sur le fait qu’ils devaient être complètement mis en déroute par les agents de sécurité.

L’appel des parents des étudiants kidnappés est venu alors que des bandits, soupçonnés d’être des membres de gangs de feu Terwase Agwaza, alias Gana, ont ouvert le feu mercredi soir sur des commerçants à Abaji dans la zone de gouvernement local de Katsina-Ala de l’État de Benue, tuant un et blessant. 13 autres.

Cependant, deux des bandits ont été tués par les troupes de l’opération militaire conjointe, baptisée Opération Whirl Stroke, OPWS, qui auraient répondu rapidement aux appels de détresse.

De la même manière, des bandits aux premières heures d’hier ont tué neuf personnes lors d’attaques séparées dans les zones de gouvernement local de Birnin Gwari et Giwa, dans l’État de Kaduna.

C’est alors même que certaines organisations de la société civile, des OSC, hier, se sont opposées au paiement présumé d’une rançon par les gouvernements aux bandits et aux ravisseurs pour libérer les victimes.

Élèves enlevés toujours en captivité, 2 semaines après

S’exprimant hier dans l’émission de petit-déjeuner de Channels Television, Sunrise Daily, un membre du personnel du collège et représentant des parents, Sani Friday, a exprimé sa grave préoccupation que deux semaines après l’enlèvement des étudiants par des hommes armés, ils n’avaient pas encore été libérés.

On se souviendra que des bandits ont attaqué l’école le 12 mars et kidnappé 23 étudiantes, 16 étudiants de sexe masculin et ont ensuite exigé une rançon de 500 millions de nairas pour la libérer.

Il a dit que les parents craignaient que les bandits ne tuent leurs enfants si le gouvernement utilisait la force.

Vendredi, dont les deux filles faisaient partie des étudiants en captivité, a appelé le gouverneur de l’État, Nasir El-Rufai, à ajuster sa position de non-paiement de rançon pour faciliter la libération des étudiants.

Il a déclaré: «C’est ce gouverneur de l’État qui, il y a parfois, a dit à tout l’État de Kaduna que s’il lui en coûte de payer des bandits pour arrêter de tuer des citoyens de l’État de Kaduna, il les paiera.

«Maintenant, le gouvernement de l’État a déclaré, avant même l’enlèvement de nos étudiants du Collège fédéral des forêts, qu’il était mal de négocier avec des bandits et qu’il n’allait pas négocier.

«Après cette déclaration, cet incident s’est produit et c’est sur la base de cette déclaration que le gouvernement déclare qu’il ne négociera pas. Mais il (El-Rufai) a fait une déclaration avant qu’il puisse faire n’importe quoi pour que les bandits arrêtent de tuer, alors nous voulons qu’il fasse quelque chose.  »

Des hommes armés ouvrent le feu sur des commerçants du marché de Benue

De même, deux bandits armés vêtus d’un camouflage militaire, qui seraient des loyalistes du défunt chef de la milice, Terwase Agwaza, alias Gana, auraient été tués mercredi dans une fusillade avec les troupes de l’opération militaire conjointe baptisée Opération Whirl Stroke, OPWS. , à Abaji, dans la région de l’administration locale de Katsina-Ala, dans l’État de Benue, quelques heures après avoir ouvert le feu sur des commerçants du marché d’Abaji, tuant une personne et en blessant 13 autres.

Vanguard a compris que les troupes de l’OPWS avaient répondu à un appel de détresse du marché au moment de l’attaque.

Une source a déclaré qu’en arrivant sur les lieux, les assaillants, tout en battant une retraite, ont engagé les soldats dans une fusillade.

«Tout a commencé mercredi vers 16 h 30 à 17 h 00, lorsque nous avons entendu des coups de feu sporadiques au marché d’Abaji et que les gens ont couru pour sauver leur vie.

«Nous avons rapidement alerté les troupes de l’OPWS qui ont réagi rapidement et sont venus repousser les bandits. Dans la fusillade qui a suivi, les soldats ont tué deux des bandits et récupéré leur fusil AK47 et de nombreuses balles réelles, mais d’autres se sont échappés blessés par balle.

«Il a été découvert plus tard que l’un des commerçants avait été tué par les bandits, tandis que 13 autres avaient été blessés par balle, mais ils avaient tous été transportés d’urgence dans les hôpitaux de Katsina-Ala», a déclaré la source.

Contacté, le président de la LGA de Katsina-Ala, M. Alfred Atera, qui a confirmé l’attaque et le nombre de victimes, a blâmé les fidèles de feu Gana qui exigeaient des revenus sur les marchés de la LGA de Katsina-Ala.

«Ce sont les hommes de Gana, ils ne veulent pas de marché pour fonctionner à Katsina-Ala parce que, selon eux, les anciens présidents des conseils locaux leur payaient des revenus et que quand je suis entré, j’ai arrêté de leur donner des revenus, c’est le problème.

«Ce n’est que récemment qu’ils ont également attaqué Tor Donga, et maintenant ils ont attaqué Abaji. Ils sont prêts à attaquer les marchés.

«Lors de cette attaque au marché d’Abaji, ils ont abattu 14 personnes et une est morte hier, tandis que 13 autres se trouvent dans des hôpitaux. Mais les militaires les ont poursuivis et ont abattu deux d’entre eux et ont récupéré un fusil AK47 et des balles réelles.

«Je dois saluer les efforts de l’armée et de la police. Ils font de leur mieux et nous continuerons d’aider de toutes les manières possibles et finalement Katsina-Ala sera complètement à l’abri des activités de ces bandits », a déclaré le président du LG.

Confirmant l’attaque, l’officier des relations publiques de la police, surintendant adjoint du DSP, Catherine Anene, a déclaré que le cadavre des morts avait été déposé au centre de soins de santé primaires d’Abaji, tandis que les blessés étaient soignés à l’hôpital général de Katsina-Ala.

«D’autres équipes de patrouilles ont été immédiatement enrôlées sur les lieux pour aider les officiers sur le terrain. L’opération de cordon et de recherche est également en cours », a-t-elle ajouté.

9 tués dans deux attaques à Kaduna

Dans une attaque connexe, des bandits ont tué neuf personnes dans deux zones du gouvernement local de l’État de Kaduna, Birnin-Gwari et Giwa, tôt hier.

Le commissaire à la sécurité intérieure et aux affaires intérieures, Samuel Aruwan, qui l’a confirmé, a déclaré que des bandits avaient barricadé la route Dogon Dawa-Kuyello, après le village d’Ungwan Gajere de Birnin Gwari LGA, et abattu six personnes.

Il a identifié les victimes comme étant Nura Rufai, Sanusi Gajere, Yakubu Labbo, Usman Dangiwa, Alhaji Abdulhamid et Janaidu Tsalhatu.

Le commissaire a déclaré que les bandits avaient également tué deux personnes, identifiées comme Haruna Dotu et Hamisu Mohammed, à Ungwan Maje, également de Birnin Gwari LGA.

Selon lui, en personne, Nasiru Rufai, a été tué par les bandits dans le village de Kwama dans la LGA de Giwa, après avoir résisté à leurs tentatives de kidnapper.

Réagissant à la vague d’enlèvements commis par des bandits dans le pays hier, certaines organisations de la société civile, les OSC, ont déclaré leur opposition au paiement d’une rançon aux bandits par les gouvernements à tous les niveaux.

Ils ont fait valoir que de telles rançons seraient utilisées pour acquérir des armes plus meurtrières par les bandits.

Le paiement d’une rançon est une récompense pour la criminalité – Yiaga Africa

Dans sa réaction, le directeur de programme, Elections, Yiaga Africa, Paul James, a déclaré: «Le paiement d’une rançon crée un mauvais précédent car cela signifie que les gouvernements récompensent les criminels pour leurs activités odieuses.

«Comme nous l’avons peut-être tous vu ces derniers temps, le paiement d’une rançon, que ce soit par un individu ou par le gouvernement, a seulement permis aux bandits et aux terroristes de mener des activités plus odieuses.

«Le paiement d’une rançon n’a jamais été une bonne stratégie car les ravisseurs n’utiliseront ces recettes que pour se procurer plus d’armes afin de continuer à attaquer des Nigérians innocents. Ainsi, le pays continuera à devenir dangereux, en particulier pour les citoyens innocents.

«L’implication est une indication que les agences de sécurité habilitées à sécuriser des vies et des propriétés peuvent dire indirectement aux Nigérians qu’ils ne sont pas capables de protéger les citoyens qu’ils ont juré de protéger. Cela engendrera encore plus de criminels et submergera même les agences de sécurité.

«Nos chefs de la sécurité ne sont pas là pour leur lune de miel. Ils font partie du système depuis des décennies, on s’attend donc à ce qu’ils soient sur le terrain. L’enlèvement incessant, en particulier dans les écoles, n’est pas un bon signe car les Nigérians attendaient tant des nouveaux chefs de service.

«Nous devons commencer à poser les bonnes questions sur la responsabilité et le budget de l’architecture de sécurité nigériane. Les Nigérians doivent commencer à fixer des objectifs pour leurs agences de sécurité et le fait de ne pas les atteindre devrait avoir des conséquences.

«Intensifiez la collecte de renseignements des citoyens et établissez une relation cordiale entre la sécurité et les citoyens respectueux des lois. Nous devons également déployer des dispositifs technologiques pour traquer les terroristes et poursuivre en conséquence. Le Nigéria doit commencer à donner l’exemple en poursuivant les bandits et leurs sponsors pour éviter une insécurité incessante.

Le paiement d’une rançon rend le banditisme lucratif et attractif – CN

Dans sa réaction, l’organisateur, les Nigérians concernés, le camarade Deju Adeyanju, a déclaré: «Les gouvernements ne font vraiment rien contre les enlèvements et cela est devenu un facilitateur de tout ce qui se passe dans le pays parce qu’ils négocient avec les bandits. Le gouvernement leur verse une rançon, comme l’ont allégué plusieurs personnes.

«L’implication de l’insécurité actuelle dans le pays est qu’elle détournera l’attention des investisseurs, qu’elle affectera la production alimentaire, qu’elle conduira à l’inflation et qu’il y a une crise alimentaire imminente avec laquelle nous pourrions bientôt être aux prises dans le pays.

«Sur la question des nouveaux chefs de service, je ne pense pas qu’ils apportent quelque chose de nouveau à la table, ils faisaient partie de l’ancien régime des anciens chefs de service. Sur la base de tout ce dont nous avons été témoins jusqu’à présent, je n’ai pas vu de nouvelles idées de leur part.

Le paiement d’une rançon encourage davantage d’enlèvements et de banditisme – OLF

Le fondateur de la One Love Foundation, le chef Patrick Eholor, a déclaré: «Il est triste et honteux que les gouvernements fédéral et des États aient toujours nié le paiement d’une rançon, et pourtant ils le font souvent.

«N’oubliez pas que les écoliers et les bandits impliqués dans l’enlèvement de Kankara ont contredit les dénégations officielles selon lesquelles une rançon avait été payée. Des rapports publiés dans certains trimestres suggèrent que le gouvernement de l’État de Katsina a payé une rançon pour récupérer les écoliers.

«Il est totalement faux pour le gouvernement à tous les niveaux, y compris les individus, de payer une rançon aux criminels.

«Le paiement d’une rançon ne fera qu’encourager le crime d’enlèvements et de banditisme dans le pays et à travers le Sahel, qui devient une entreprise extrêmement lucrative.

«Des pays comme les États-Unis et l’Italie, par principe, ne paient jamais de rançon. Le gouvernement américain avait auparavant menacé de poursuivre les particuliers qui chercheraient à le faire.

«Les chefs de la sécurité ont rencontré une architecture hautement bâtardée et politisée. Il faut leur donner le temps de s’adapter correctement à la restructuration et à la relance du secteur de la sécurité, restaurant ainsi la gloire perdue du secteur de la sécurité.

«Enfin, il ne peut y avoir de sécurité sans financer correctement l’armée et la police. Tout est question de financement et de bien-être des agents.

«Nous avons entendu parler de cas de détournement de fonds destinés à l’achat d’armes pour sécuriser la nation. Aucune nation ne peut être correctement sécurisée dans un environnement très corrompu.

«Par conséquent, nous devons financer l’armée et la police. Augmenter les salaires de nos officiers avec de meilleures assurances et soins de santé, éliminer la corruption du système et régler les problèmes de sentiments religieux et tribaux.

L’argent payé comme rançon doit être utilisé pour l’achat d’armes – Shehu

L’ancien président national de l’Association des mineurs du Nigéria, Sani Shehu, a déclaré: «C’est malheureux, si l’allégation est juste, car un acte aussi odieux va prospérer en tant qu’industrie.

«L’enlèvement est une infraction punissable partout dans le monde et doit être traité comme tel. Punir les ravisseurs servira de dissuasion et peut minimiser les occurrences d’un tel acte dans notre société

«Cela affaiblit les services de sécurité et les rend moins responsables et redevables. La rançon payée aux bandits aurait dû être utilisée pour acquérir des armes et des renseignements supplémentaires pour notre agent de sécurité.

«Les nouveaux chefs de la sécurité ne sont pas des dieux; ils ne peuvent pas changer la situation automatiquement. Ils doivent bien étudier les problèmes et revoir leur stratégie pour être en mesure de tracer une feuille de route qui mettra fin au problème dans un avenir proche.Il est trop tôt pour évaluer leur performance

«Le gouvernement devrait déployer plus de sécurité dans les écoles et les communautés vulnérables. Selon les rumeurs qui circulent, certains VIP sont impliqués dans l’enlèvement et le banditisme devrait faire l’objet d’une enquête.

«Le gouvernement devrait utiliser la technologie pour identifier et détecter les points éclair, et les attaquer à titre préventif pour arrêter les enlèvements et le banditisme au Nigéria.»

Vanguard News Nigeria

What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
منتخب الجزائر - صورة أرشيفية

Un tirage au sort passionnant qui assure la série record de l’Algérie

4.3 quake 25 Mar 3:37 am (GMT +1)

Un séisme modéré de 4,3 frappe près de Jijel, Algérie / Volcan