in

Des représentants veulent que des Nigérians de 18 ans, d’autres portent des armes

Des représentants veulent que des Nigérians de 18 ans, d'autres portent des armes

Insécurité: les représentants veulent 18 ans, d'autres portent des armes

Par Tordue Salem – Abuja

La Chambre des représentants pourrait bientôt adopter un projet de loi permettant aux Nigérians âgés de 18 ans et plus de porter les armes en état de légitime défense.

La Chambre des représentants pourrait bientôt adopter un projet de loi permettant aux Nigérians âgés de 18 ans et plus de porter les armes en état de légitime défense.

Cela contredit l’ordre du président Muhammadu Buhari aux services de sécurité de tirer sur tout civil portant des armes.

Un projet de loi à cet effet, intitulé: « Firearms Amendment Bill », a été obtenu exclusivement par VANGUARD au cours du week-end.

Le projet de loi parrainé par le député Adejoro Adeogun établit à l’article 2, paragraphe 3, que «Sans préjudice des dispositions du paragraphe (1), une personne a le droit d’accorder une licence ou un permis en vertu de la présente loi si, au moment de la demande , la personne: au moins dix-huit ans ». et «a un certificat d’évaluation psychologique d’un hôpital public pour une période maximale de six mois, a un certificat de qualité visuelle d’un hôpital gouvernemental pour une période maximale de six mois, a un certificat de police pour une période maximale de douze mois, est membre d’un club de carabine depuis au moins six mois et certificat d’aptitude aux armes à feu délivré par le club et numéro d’identification national ».

Le projet de loi exige également que le porteur « ait un numéro d’identification national (NIN) délivré par la Commission nationale de gestion de l’identité (NIMC) », ajoutant que « l’inspecteur général de la police doit tenir un manuel et un enregistrement électronique desdits permis en vigueur ». .

Le projet de loi dispose également que << L'inspecteur général de la police, avec le consentement du gouverneur de l'État, peut accorder un permis à toute personne pour exercer l'activité de fabrication et de réparation des armes à feu mentionnées dans la partie III. Du programme de la présente loi >> .

Le projet de loi réclame une peine d’emprisonnement d’au moins 2 ans pour des crimes contre la loi.

« L’article 35 (2) de la loi principale est modifié en remplaçant les mots, mille nairas ou deux ans de prison, les mots soixante-quinze mille ou emprisonnement d’au moins deux ans. »

Nouvelles de pointe au Nigeria

What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Une manifestation à Alger le 26 février dernier.

le gouvernement menace France 24 de retrait d’accréditation

La prochaine élection législative, un rendez vous crucial pour l’avenir de l’Algérie

La prochaine élection législative, un rendez vous crucial pour l’avenir de l’Algérie