in

Drame en tant qu’APC, les représentants du PDP s’affrontent sur les commentaires sur les «  péchés  » de Buhari, le plan de défection des législateurs d’APC vers le PDP

Des représentants veulent que des Nigérians de 18 ans, d'autres portent des armes

Actuexpress.net Le 2021-05-06 21:00:42, Drame en tant qu’APC, les représentants du PDP s’affrontent sur les commentaires sur les «  péchés  » de Buhari, le plan de défection des législateurs d’APC vers le PDP

zones de libre-échange

… Dit que la minorité du Sénat devrait être incarcérée, semblable à une prison, le sénateur Ndume-Wase

… L’homme dont il est question est mon sénateur, il y a une décision judiciaire sur l’affaire Kanu-Abonta contre Wase

Par Levinus Nwabughiogu-Abuja

Le vice-président de la Chambre des représentants, Ahmed Idris Wase a détourné un débat sur les informations faisant état d’une défection imminente de nombreux législateurs du Congrès au pouvoir, tous les progressistes, APC lors de la séance plénière de jeudi et a déclenché des attaques contre le leader de la minorité au Sénat, le sénateur Enyinnaya Abaribe.

Wase a déclaré qu’Abaribe devrait être en prison, tout comme le sénateur Ali Ndume représentant Borno South pour ne pas avoir présenté le chef des peuples autochtones du Biafra, IPOB, Nnamdi Kalu au tribunal.

Des problèmes ont éclaté lorsque l’hon. Sada Soli, de l’État de Katsina, a soulevé un rappel au Règlement, affirmant que son privilège avait été violé par les déclarations du leader de la minorité parlementaire, Ndudi Elumelu qui avait, lors du récent Comité exécutif national, le NEC du principal parti d’opposition démocratique populaire, le PDP a laissé entendre que de nombreux Les législateurs de la plateforme d’APC ont manifesté leur intérêt à les rejoindre avant les élections générales de 2023.

«Je suis heureux d’annoncer au NEC qu’étant donné nos efforts incessants, nombre de nos collègues de l’APC ont vu des raisons de s’associer à nous et ils ont exprimé leur volonté de passer à notre parti pour la tâche patriotique à venir», a déclaré Elumelu. mentionné.

Soli a fait des trous dans la déclaration d’Elumelu, affirmant qu’il allait faire pression pour dire que les membres du parti au pouvoir avaient conclu des plans de transfert vers le PDP avaient suscité un barrage de demandes de renseignements de la part de personnes qui voulaient savoir s’il était l’un d’entre eux.

En réponse, le Président Femi Gbajabiamila a «noté» le privilège et s’est prononcé sur la question.

Gbajabiamila a déclaré que les gens étaient libres de bouger, rappelant que de nombreux membres du parti d’opposition ont montré qu’ils étaient ouverts sur le parquet de la Chambre.

Mais notez l’absence d’Elumelu à la plénière, le chef adjoint de la minorité, l’hon. Toby Okechukwu a soulevé une autre question de privilège.

Reconnu pour parler, Okechukwu, originaire de l’État d’Enugu, a déclaré que le privilège de Soli n’avait en aucun cas été violé.

Il a dit qu’à aucun moment Soli ne s’était adressé à Elumelu ou au chef de la minorité en se référant à son commentaire comme étant la résolution de la Chambre.

«Il n’y a pas eu de violation de privilège. Il n’a pas dit que Sada était venu vers lui. Il n’a pas dit que c’était la résolution de la Chambre. Il a dit que certaines personnes sont venues le voir. Et il est clair que Sada sillonne dans cette salle. Si d’autres membres sont intéressés à passer à PDP, je ne vois pas comment cela l’affecte. Comme l’orateur l’a dit à juste titre, n’importe qui a la liberté.

Dans sa réponse, le Président a déclaré: «Vous devez être suffisamment raisonnable pour mesurer vos paroles. NEC est un forum majeur du parti ».

À peu près au moment où il avait presque statué sur la question de la poursuite des délibérations en plénière, le vice-président, Wase, a indiqué qu’il souhaitait prendre la parole.

Quand la parole lui a été criée, Wase a pris Elumelu, rappelant qu’il avait abandonné la session exécutive de la Chambre pour rejoindre Abaribe en solidarité dans une conférence de presse où ils ont énuméré les «péchés» du président Muhammadu Buhari et menacé de destitution.

Vanguard n’a pas pu déterminer si Elumelu avait fait des commentaires lors de la conférence de presse conjointe avec Abaribe, mais Wase l’a accusé d’avoir fait certaines révélations.

Wase a insisté sur le fait que son privilège avait été violé.

À ce stade, de nombreux législateurs voulaient le lien que la question sur le terrain avait avec Abaribe.

Le vice-président a déclaré qu’à l’instar de Ndume qui était à l’époque emprisonné pour avoir renfloué l’ancien président du groupe de travail sur les réformes des retraites, Abdurasheed Mains et ne l’avait pas présenté au tribunal, Abaribe devrait également être envoyé en prison pour ne pas avoir produit Nnamdi Kalu.

Il a déclaré: «Pour lui, même aller faire un rapport, c’était une affaire confidentielle. C’était une session exécutive. Il y a une sorte de faux… que je vois parce que, après cette réunion, le caucus PDP des deux chambres est allé et a eu une autre discussion.

«Nous devons être sérieux. Je vois quelqu’un comme Abaribe en tant que chef de file du Sénat qui se fait le champion de cela. Oui, il y a de nombreux défauts. Il a libéré Nnamdi Kanu et pendant le END SARS, nous savions ce qui s’était passé. Kanu était alors celui qui demandait les têtes de Tinubu, détruisez ceci, détruisez cela dans la nation. Mais nous lui avons permis. Il savait ce qui était arrivé à Ndume. Ndume pour avoir libéré Maina a été emmené en prison pour ne pas avoir produit, mais nous avons permis à cet homme de faire partie de l’opposition.

«Que se passe-t-il, monsieur, je pense qu’il est nécessaire pour nous en tant que système de changer nos tactiques. Il ne s’agit pas d’opposition. Si vous voulez faire de l’opposition, faites de l’opposition qui est juste et participez également à la solution des problèmes.

«Je pense que notre privilège a été violé. Il y avait des informations complètement erronées et elles sont délibérées et c’est pourquoi je vois la question de ce que j’ai vu le chef de la minorité au Sénat faire, avec tous assis derrière vous.

«Habituellement, pour ne pas avoir produit Kanu Nnamdi, il devrait être en prison, tout comme Ndume a été emmené en prison.

Immédiatement, Wase a terminé, l’hon. Nkem Abonta, représentant la circonscription fédérale est / ouest d’Ukwa de l’État d’Abia, a soulevé une motion d’ordre.

Autorisé à prendre la parole, Abonta a déclaré que la Chambre s’arrogeait des pouvoirs judiciaires, se demandant pourquoi Wase devrait amener Abaribe dans l’affaire.

Il a rappelé à la Chambre que la situation d’Abaribe et de Ndume n’était pas la même que l’armée aurait été frappée au domicile de Kaun.

«L’homme dont il est question est mon sénateur. Il y a une décision judiciaire à ce sujet. Essayons-nous d’arroger nos pouvoirs judiciaires pour savoir quand nous ne pouvons pas produire quelqu’un que nous avons libéré sous caution?

«Il a été sollicité pour faire appel. Est-ce une infraction de mettre quelqu’un en liberté sous caution? Si vous libérez quelqu’un, vous le produisez sans aucune interférence. Le dernier contact de l’homme en question a eu lieu avec les militaires. Le sénateur qui a libéré l’homme allait régulièrement au tribunal. Le sénateur n’a pas fait défaut. Il a été appelé à montrer la cause et il a montré la cause avec succès. Pourquoi est-ce un point de référence au parlement?

«Sauf que nous essayons de siéger en cour d’appel ou d’interférer avec la justice. L’affaire a suivi tout son cours avec le pouvoir judiciaire. On lui a demandé de montrer la cause et il a montré la cause. Je produisais cet homme quand il n’y avait pas d’interférence. Nous devrions demander aux militaires où l’ont-ils gardé. Donc, pour nous de venir ici et de faire une soumission à cela n’est pas approprié. Nous devrions faire des choses qui nous apporteraient la paix. Notre problème est maintenant la sécurité. Comment pouvons-nous obtenir la sécurité », a déclaré Abonta.

Se prononçant sur la question, le président Gbajabiamila a averti que les dirigeants devraient être guidés pour faire des déclarations susceptibles de provoquer la désunion.

«Le point des vice-présidents n’était pas sur la légalité ou la non-légalité. Il en parlait de la moralité. Si vous vous souvenez, il a également parlé du sénateur Ndume. Et utilisé cela comme exemple. Je pense que ce que nous devons faire valoir et comprendre, c’est que nous travaillons tous ensemble pour bâtir cette nation. L’édification d’une nation est une tâche commune entre nous tous, quel que soit le parti, la tribu, la religion. Nous n’avons qu’un seul pays.

«Ce faisant, nous devons être conscients pendant que nous jouons notre rôle de parti au pouvoir, tandis que nous jouons notre rôle d’opposition. Nous devons nous concentrer sur la non-désintégration ou la chute du pays. Nous devons être conscients de nos discours ou de nos déclarations. C’est la liberté d’expression. Mais la liberté de parole doit également être mesurée.

«Je pense que c’était le point qui était avancé. Le point le plus important est que nous avons eu une session exécutive. Et il est traditionnel au parlement d’avoir des sessions exécutives. Lorsque vous avez des sessions exécutives, vous videz les chambres, vous videz la galerie et tout le monde part parce que nous voulons nous parler en tant que corps. Quoi qu’il en soit lors de la session exécutive, nous le trouvons parfois dans les pages de journaux et nous nous demandons comment il a été divulgué.

«Je pense que le point qu’il faisait valoir est que nous ne devrions pas nous laisser emporter parce que nous sommes dans un caucus de parti et que nous révélons tout ce qui a été discuté. Même sans révéler les noms de qui a dit quoi et qui n’a pas dit quoi. C’est encore une révélation de ce qui s’est passé derrière fermé. Sinon, les membres ne seraient pas en mesure de s’ouvrir et de discuter lorsqu’ils viendraient à la réunion directive.

«Mettons fin à cette question. Travaillons ensemble de chaque côté pour faire avancer le pays et ne laissons pas la politique partisane s’interposer entre nous ou jouer un rôle dans la direction que nous prendrons en tant que pays. Nous avons un sommet sur la sécurité à venir dans quelques jours avec des membres comprenant le PDP, le LABOR, l’APC et c’est l’esprit que nous devons maintenir », a déclaré Gbajabiamila et a statué sur la question.

Vanguard News Nigeria

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
évolution des modalités de quarantaine pour les personnes vaccinées

évolution des modalités de quarantaine pour les personnes vaccinées

Bin Talib est candidat pour Ghazal Associates - Al Shorouk Online

Bin Talib est candidat pour Ghazal Associates – Al Shorouk Online