in

Falana fustige le DSS pour « coup d’Etat nocturne »

pjimage (55)

Rédaction Le 2021-07-05 21:21:27, Falana fustige le DSS pour « coup d’Etat nocturne »

L’avocat des droits humains Femi Falana, SAN, a fustigé lundi le Département des services d’État pour ce qu’il a qualifié de « coup d’État nocturne » perpétré jeudi dernier dans la résidence d’Ibadan du militant yoruba, Sunday Adeyemo, également connu sous le nom de Sunday Igboho.

« Il n’y a aucune loi au Nigeria qui vous permet d’arrêter quelqu’un en pleine nuit lorsque vous ne planifiez pas un coup d’État et que vous n’êtes pas un voleur à main armée », a déclaré Falana lors de l’émission « Politics Today » de Channels Television surveillée par The PUNCH.

Le PUNCH avait précédemment rapporté que le DSS jeudi matin vers 1 heure du matin avait envahi la résidence d’Igboho dans le style de la Gestapo. Bien qu’Igboho ait échappé au raid, sa maison et ses voitures étaient criblées de balles tandis que des taches de sang éclaboussaient le sol de la maison. Le DSS a également déclaré avoir tué deux de ses associés dans un duel avec des armes à feu. Treize des gardes d’Igboho et de ses proches ont ensuite défilé à Abuja jeudi soir.

La police secrète avait depuis déclaré Igboho recherché. Le militant est accusé d’avoir stocké des armes dans le but de déstabiliser le pays sous prétexte d’agitation pour la nation yoruba, mais il a depuis nié l’allégation, affirmant qu’il se protège avec des charmes et non des armes.

S’exprimant lors de l’émission télévisée, Falana a décrit comme tardive la décision des gouverneurs du sud de l’État de Lagos lundi selon laquelle les agences de sécurité doivent les informer en tant que chef de la sécurité de leurs États avant de mener toute opération dans leur domaine.

« C’est une décision qui arrive assez tard. Les gouverneurs sont les principaux responsables de la sécurité de leurs États, conformément à la constitution. Chaque État a un conseil de sécurité et le gouverneur en est le président », a-t-il déclaré.

Poursuivant, l’avocat principal a déclaré: «Vous ne pouvez pas avoir une situation où des arrestations nocturnes sont effectuées dans un État comme si vous planifiiez un coup d’État. Prenez Ibadan par exemple, l’invasion de la maison d’Igboho s’est produite dans la nuit et pendant toute la journée, tout le monde se demandait qui l’avait fait et que sept personnes avaient été tuées. Des gens ont été arrêtés et enlevés à 2 heures du matin, le gouverneur de l’État n’était pas au courant. Donc, tout le monde essayait de le savoir, en appelant les agences de sécurité, seulement pour que le service de sécurité de l’État publie une déclaration très provocatrice après près de 12 heures pour dire : « Nous l’avons fait, nous avons tué deux personnes, nous avons fait une descente dans une maison ». Quelqu’un a tenté d’échapper à l’arrestation et vous avez tué deux personnes ? Le gouverneur de l’État n’était pas au courant ?

« En ces jours d’enlèvements, n’importe qui peut venir chez vous la nuit et vous arrêter. Et ce sont des gars qui ne portent pas d’uniforme.

« Il n’y a aucune disposition, à moins qu’un crime ne soit commis dans la nuit ; vous ne pouvez pas y aller et arrêter. Dans ce cas, la loi vous oblige à présenter un mandat de perquisition. Dans ce cas, il n’y a pas eu de mandat de perquisition, personne n’a fait d’inventaire.

« Maintenant, Sunday Adeyemo a dit que je n’avais aucune arme à feu chez moi. Pourtant, les SSS ont fait parade d’armes et d’autres munitions. Toutes les controverses auraient été inutiles si le SSS s’était comporté comme une agence moderne et civilisée.

« Ce sont des héritages très dangereux de la dictature militaire dans notre pays », a-t-il déclaré.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Depuis le 26 juin, 49 cadavres de migrants ont été repêchés au large de la Tunisie.

21 cadavres de migrants repêchés au grand de Sfax

Un casse-tête... environ 200 personnes ont été empoisonnées sur une plage en Algérie

Un casse-tête… environ 200 personnes ont été empoisonnées sur une plage en Algérie