in

FLASHBACK: Comment Boko Haram a choisi Buhari pour modérer les discussions avec le gouvernement nigérian

FLASHBACK: Comment Boko Haram a choisi Buhari pour modérer les discussions avec le gouvernement nigérian

Rédaction Le 2021-04-23 15:51:59, FLASHBACK: Comment Boko Haram a choisi Buhari pour modérer les discussions avec le gouvernement nigérian

La direction de Jama’atul Ahlis Sunnah Lidda’awati Wal Jihad, également appelée Boko Haram, a nommé en 2012 le candidat à la présidence du Congrès pour le changement progressif (PCC), Muhammadu Buhari et cinq autres habitants du Nord, pour servir d’intermédiaire entre le groupe et le Gouvernement nigérian.

Le groupe a également proposé l’Arabie saoudite pour les pourparlers, ce que le gouvernement avait depuis longtemps suggéré pour vérifier les griefs de la secte.

D’autres, il a suggéré comme médiateurs étaient le Dr Shettima Ali Monguno, le sénateur Bukar Abba Ibrahim, l’ambassadeur Gaji Galtimari, Mme Aisha Alkali Wakil, populairement connue sous le nom de Mama Boko Haram et son mari Alkali Wakil.

Boko Haram a nommé Abu Mohammed Ibn Abdulaziz, qui serait le prochain aux commandes de son chef, Abubakar Shekau, comme chef de son équipe aux pourparlers. Il devait être rejoint par Abu Abbas, Sheik Ibrahim Yusuf, Sheik Sani, Kantagora et le détenu Mamman Nur.

Ibn Abdulaziz, qui s’est exprimé lors d’une téléconférence avec des journalistes à Maiduguri, dans l’État de Borno, a également appelé à l’arrestation de l’ancien gouverneur Ali Modu shérif, mais n’a donné aucune raison à cette demande.

Il a également demandé une indemnisation pour les familles des membres tués de Boko Haram et la libération des personnes en détention.

Ibn Abdulaziz a déclaré: «Nous ne contestons pas réellement l’État, comme les gens le disent, mais les forces de sécurité qui tuent nos membres, nos enfants et nos femmes.»

«Nous sommes très offensés mais si ce gouvernement est sincère, tout (les attaques) prendra fin. Nous voulons dialoguer, mais le gouvernement doit faire preuve de sincérité dans sa gestion de la situation.

Boko Haram et sa ramification, la province de l’État islamique en Afrique de l’Ouest, ont tué des milliers de personnes et déplacé des millions de personnes dans le nord-est du Nigéria au cours des 12 dernières années.

L’armée nigériane a affirmé à plusieurs reprises que l’insurrection avait été largement vaincue et qu’elle sous-estimait fréquemment les pertes.

Au cours des derniers mois, les soldats ont été pris pour cible par les insurgés.

Des milliers de soldats et d’officiers auraient été tués depuis 2009.

En février 2020, une vingtaine de soldats ont également été tués à Malari, dans l’État de Borno, par les insurgés.

SaharaReporters a compris que les soldats étaient en patrouille pour nettoyer certains éléments de Boko Haram dans la région à la suite de renseignements crédibles lorsqu’ils ont été pris en embuscade par le groupe.

What do you think?

24 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
MISE À JOUR 1-Sundance réclame 8,8 milliards de dollars de dommages-intérêts pour un projet de minerai de fer au Congo

La Sonatrach algérienne déclare avoir résilié le contrat d’Ain Tsila

وزير الخارجية التونسي يعرب عن ارتياحه لمستوى العلاقات مع مصر

Le ministre tunisien des Affaires étrangères exprime sa satisfaction quant au niveau des relations avec l’Égypte