in

Igboho : Comment la République du Bénin a demandé l’extradition de l’ex-ministre en 2019

Sunday Igboho

Actuexpress.net Le 2021-07-21 14:44:26, Igboho : Comment la République du Bénin a demandé l’extradition de l’ex-ministre en 2019

Alors que le feu d’artifice diplomatique se poursuit à Cotonou, en République du Bénin, sur la pointe de flèche de la nation Yoruba, Sunday Adeyemo alias Sunday Igboho, des faits sont apparus selon lesquels l’extradition à motivation politique n’est pas nouvelle pour la République du Bénin, voisin du Nigéria dans la sous-région ouest-africaine.

Selon les rapports nationaux 2020 sur les pratiques en matière de droits de l’homme publiés par le Département d’État des États-Unis, le gouvernement de la République du Bénin a tenté en 2019 d’utiliser à mauvais escient les outils internationaux d’application de la loi à des fins politiques contre des individus spécifiques situés à l’extérieur du pays.

Le rapport disait en partie : « En avril 2019, un tribunal espagnol a rejeté la demande du gouvernement d’extradition de l’ancien ministre des Finances Komi Koutche, qui avait été arrêté lors d’une escale à Madrid en 2018 sur la base d’une enquête d’Interpol (International Police Criminal Organisation) Remarquer.

« Le tribunal a cité le manque de preuves pour étayer la demande, la motivation politique potentielle de la demande et l’incapacité du CRIET (Cour de lutte contre les crimes économiques et le terrorisme) à assurer un procès équitable en raison de son manque d’indépendance par rapport au gouvernement.

« Le 4 avril, la CRIET a jugé Komi Koutche par contumace, l’a reconnu coupable de détournement de fonds publics et d’abus de pouvoir alors qu’il était à la tête du Fonds national de microcrédit, et l’a condamné à 20 ans d’emprisonnement. Koutche est resté en exil volontaire à la fin de l’année.

Le PUNCH avait rapporté que l’Organisation internationale de police criminelle à l’aéroport de Cadjèhoun à Cotonou, en République du Bénin, avait arrêté Igboho et son épouse, Ropo, lundi soir alors qu’ils tentaient de prendre un vol pour l’Allemagne.

Igboho a été déclaré recherché par le Département des services d’État du Nigéria après la perquisition de son domicile le 1er juillet 2021. Au moins 12 de ses associés ont été arrêtés tandis que deux autres ont été tués par le DSS lors du raid sanglant. La police secrète a accusé Igboho de stocker des armes pour déstabiliser le Nigeria sous prétexte d’agitation de la nation Yoruba, mais Igboho a nié l’allégation. L’activiste, passé dans la clandestinité, a toutefois été appréhendé par Interpol à l’aéroport de Cadjèhoun lundi soir.

Il a été entendu que le gouvernement nigérian, par l’intermédiaire de son ambassadeur en République du Bénin, le lieutenant-général Tukur Buratai (à la retraite), a joué un rôle déterminant dans l’arrestation d’Igboho et de sa femme. L’ancien chef d’état-major de l’armée a également fait pression pour l’extradition d’Igboho vers Abuja mais l’avocat d’Igboho, Yomi Aliyyu (SAN), a noté que son client ne peut pas être extradé car le traité d’extradition de 1984 entre le Nigeria, le Bénin et deux autres exclus les réfugiés politiques comme Igboho.

Aliyyu, qui a également fait valoir que la femme d’Igboho est citoyenne allemande alors que son mari est un résident allemand, a donc appelé l’ambassade d’Allemagne en République du Bénin à intervenir dans l’affaire et à arrêter l’extradition de son client et de sa femme.

L’avocat a en outre déploré les mauvais traitements infligés à son client et à son épouse dans un centre de détention en République du Bénin.

Selon le rapport américain, les Forces armées béninoises relevant du ministère de la Défense sont responsables de la sécurité extérieure et soutiennent la police républicaine dans le maintien de la sécurité intérieure dans le pays qui compte environ 12 millions d’habitants. Le rapport indiquait que des membres des forces de sécurité avaient commis des violations des droits humains, notamment « des assassinats illégaux ou arbitraires, des conditions de détention difficiles et mettant la vie en danger », entre autres.

« Les conditions de détention étaient dures et mortelles en raison de la surpopulation, de l’insuffisance des soins médicaux, de la nourriture et des conditions sanitaires. Les 11 établissements contenaient environ 9 000 détenus, dépassant de manière significative une capacité de 5 620 détenus… Il y a eu des décès dus au manque de soins médicaux, à la négligence et à une mauvaise ventilation dans des cellules exiguës et surpeuplées », ajoute le rapport.

What do you think?

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Royaume-Uni, Portugal, Tunisie… la vaccination à l’épreuve de la reprise épidémique

La Tunisie enregistre le plus grand nombre de décès quotidiens dus au virus Corona

Quand la crise du Corona virus relance le commerce parallèle de concentrateurs d’oxygène en Tunisie