in

Ignorer le jugement de la Cour suprême, dit Omo-Agege à APC

Ovie Omo-Agege

Actuexpress Le 2021-07-30 19:43:30, Ignorer le jugement de la Cour suprême, dit Omo-Agege à APC

Le vice-président du Sénat, le sénateur Ovie Omo-Agege, a demandé au Congrès All Progressives au pouvoir d’aller de l’avant avec ses congrès de quartier prévus samedi, malgré la confusion causée par le jugement de la Cour suprême sur l’élection du gouverneur à Ondo. État.

Omo-Agege, dans une déclaration publiée vendredi et intitulée « Pourquoi rien n’arrête les congrès de quartier APC prévus le samedi 31 juillet 2021 », a rappelé avoir exprimé son avis juridique sur le sens de la décision de la Cour suprême concernant L’appel d’Eyitayo Jegede contre l’élection du gouverneur Rotimi Akeredolu et « l’interprétation erronée dudit jugement de la part de certains » ainsi que la portée de l’article 183 de la Constitution de 1999 en ce qui concerne les congrès de l’APC.

Le législateur a déclaré: « J’ai cependant pris le temps de digérer et de juxtaposer de manière critique les points de vue divergents sur la question et je me suis rendu compte que les fauteurs de troubles propageant la confusion visant à induire notre parti en erreur dans un état de désarroi, n’ont pas étudié la pétition déposée par Jegede au tribunal inférieur.

« Il convient de noter qu’une décision de justice n’est qu’une autorité pour ce qu’elle décide et rien de plus. Cela a été clairement indiqué par la Cour suprême dans l’affaire SKYE BANK & ANOR V. AKINPELU (2010) LPELR-3073 (SC), Pp. 48-49, par. EB, comme suit :

« Il faut toujours garder à l’esprit que chaque cas doit être considéré selon ses propres faits ou circonstances particuliers ou particuliers. Aucun cas n’est identique à l’autre ou à un autre. Ils peuvent être similaires, mais jamais identiques.

« Particulièrement important est le fait que la pétition dans l’État d’Ondo n’a pas contesté la légalité ou la compétence du Comité intérimaire de l’APC/Convention extraordinaire, mais a plutôt contesté la lettre datée du 27 juillet 2020, transmettant le nom du gouverneur Rotimi Akeredolu. et son colistier à l’INEC en tant que candidats de l’APC, au motif que Mai Buni n’aurait pas dû signer la lettre, lui étant le gouverneur exécutif de l’État de Yobe.

Selon Omo-Agege, la pétition en résumé allait plus loin en déclarant qu’il était erroné pour Buni et le sénateur John J. Akpanudoedehe d’avoir signé respectivement en tant que président national et secrétaire national du parti, et qu’il s’agissait uniquement du comité exécutif national. de l’APC qui peut valablement parrainer un candidat à l’élection au poste de gouverneur de l’État d’Ondo.

Il a ajouté : « D’après le contenu clair du sous-sol de la requête de Jegede devant le tribunal inférieur, je trouve qu’il est très difficile de comprendre en quoi cela se rapporte à la compétence du Comité intérimaire/Convention extraordinaire constitué par le NEC de l’APC.

« Dans d’autres esprits crédules délibérément induits en erreur, l’un des partisans de l’annulation des congrès de quartier a fait allusion au fait que si l’APC procédait aux congrès, l’opposition attendrait simplement les primaires présidentielles de l’APC en 2023 pour disqualifier notre candidat et détruire la fête. Ce raisonnement, avec tout le respect que je vous dois, est non seulement ténu en droit, mais aussi étrange.

« Il est de connaissance élémentaire que les plaintes concernant la nomination ou l’élection des dirigeants d’un parti politique ou les questions d’adhésion à un parti politique relèvent exclusivement des affaires internes d’un parti politique et ne sont pas justiciables.

« Comment le processus d’élection des dirigeants ou des cadres de l’APC le samedi 31 juillet 2021 peut être invoqué par le PDP ou tout autre parti d’opposition, pour disqualifier nos candidats en 2023, c’est ce qui bat mon imagination.

« En supposant, mais sans l’admettre, que les griefs (le cas échéant) découlant des congrès, constitueraient ou seraient qualifiés de différend pré-électoral, et en supposant que le PDP ou tout autre parti d’opposition a le droit de contester le résultat des congrès, tel un droit d’action ne durera pas éternellement. D’ici 2023, la période statutaire de 14 jours prévue à l’article 285 (9) de la Constitution de la République fédérale du Nigéria, 1999 (quatrième modification, n° 21) de la loi de 2017 aurait expiré.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
«L

« La Tunisie doit gagner la bataille de l’éducation »

Il a causé la mort de patients.. une crise d'oxygène en Algérie en raison du nombre élevé d'infections corona

Il a causé la mort de patients.. une crise d’oxygène en Algérie en raison du nombre élevé d’infections corona