in

Intoxication alimentaire à Kano: la NAFDAC appréhende les marchands de produits chimiques dangereux

Intoxication alimentaire à Kano: la NAFDAC appréhende les marchands de produits chimiques dangereux

Actuexpress Le 2021-04-12 09:30:02, Intoxication alimentaire à Kano: la NAFDAC appréhende les marchands de produits chimiques dangereux

L’Agence nationale pour l’administration et le contrôle des aliments et des médicaments (NAFDAC) a appréhendé les marchands de produits chimiques dangereux utilisés dans les aliments et les boissons censés améliorer le goût qui ont tué trois personnes à Kano.

Les trois sont morts après avoir consommé des boissons aromatisées frelatées.

Le directeur général de l’agence, le professeur Mojisola Adeyeye, l’a fait savoir dans une déclaration publiée dimanche à Abuja par M. Olusayo Akintola, le consultant média résident de la NAFDAC.

L’Agence de presse du Nigéria (NAN) rapporte que trois personnes sont mortes à Kano en mars après avoir consommé une boisson aromatisée, qui contiendrait des additifs chimiques.

Le chef de la NAFDAC a donc mis en garde contre l’ajout de produits chimiques ou d’additifs aux aliments et aux boissons pour améliorer le goût, soulignant qu’une telle pratique pourrait entraîner des maladies graves et même la mort.

Adeyeye a déclaré que l’agence ne reculerait devant rien pour garantir que seuls des aliments sûrs et d’autres produits réglementés soient disponibles sur le marché pour la consommation et l’utilisation.

Elle a déclaré que le résultat préliminaire de l’enquête de l’agence sur les victimes avait été soumis au gouverneur Abdullahi Ganduje de l’État de Kano lors de sa visite de deux jours dans l’État pour évaluer l’incident.

Elle a noté qu ‘«il était réconfortant que des marchands de produits chimiques et d’additifs mortels aient été appréhendés pendant que l’enquête se poursuivait».

Selon elle, l’importance de la nourriture ne peut être surestimée et que lorsque des éléments étrangers dangereux se retrouvent dans les aliments et l’eau, ils deviennent toxiques plutôt que nutritifs.

Elle a souligné que la contamination et l’empoisonnement des aliments pouvaient survenir en consommant des aliments périmés ou en préparant des aliments avec de l’eau de mauvaise qualité et en mettant des aliments cuits sur l’étagère pendant plusieurs jours ou plusieurs mois.

Elle a déclaré: «Nous sommes très particuliers sur les additifs alimentaires, sur la température à laquelle les aliments peuvent être conservés ou sur la date de péremption des aliments. Si tous ces éléments sont violés, il peut y avoir une intoxication alimentaire.

«Qu’il s’agisse de nourriture ou d’eau, l’ajout de produits chimiques et d’autres substances pour améliorer l’aliment ou changer sa forme peut être dangereux, surtout lorsque nous ne pouvons pas vérifier la source et le contenu de ces additifs.

«La NAFDAC travaille désormais assidûment en partenariat avec le gouvernement de l’État de Kano en vue d’empêcher que l’incident du 11 mars ne se reproduise.»
Adeyeye a ajouté que l’agence travaillerait avec le groupe de travail de l’État de Kano dans le cadre du groupe de travail fédéral sur les contrefaçons et les faux médicaments et les aliments transformés malsains, ainsi qu’avec l’Agence de protection des consommateurs à Kano pour vérifier la menace.

Elle a rappelé que peu de temps après avoir reçu la nouvelle du décès, six directions de l’agence se sont mises en action pour percer le mystère derrière le triste événement et ont constaté que seules deux des cinq boissons aromatisées identifiées dans l’incidence avaient été enregistrées par la NAFDAC.

Elle a dit que les trois autres ne figuraient pas dans la base de données de l’agence.

Elle a déclaré que des échantillons de produits chimiques et d’additifs ajoutés lors de la préparation des boissons aromatisées étaient ensuite collectés et emmenés au laboratoire de la NAFDAC à Kaduna pour des tests et des tests supplémentaires ont été effectués au laboratoire central de l’agence à Lagos pour confirmation.

Selon elle, toute nourriture non enregistrée n’est pas garantie par la NAFDAC et qu’elle peut être malsaine ou fausse ou qu’une telle nourriture est introduite en contrebande dans le pays.

«Nous avons testé tous les échantillons d’aliments et il y avait des bactéries E-Coli dans certains; on se demanderait comment les bactéries E-Coli se transformeraient en poudre. Cela dépend du stockage.

«S’il est stocké dans un état très humide et expiré, l’emballage était probablement compromis, vous pouvez introduire des bactéries dans un milieu sec en poudre, mais normalement cela ne devrait pas se produire», a-t-elle déclaré.

Adeyeye a déclaré que la direction de la pharmacovigilance de l’agence avait envoyé une alerte à tous les 36 bureaux d’État de la NAFDAC et du FCT pour mettre en place une surveillance sur les produits non enregistrés et les éponger.

Selon elle, avant qu’un produit chimique puisse être légalement importé au Nigéria, une autorisation et un permis complets doivent être obtenus auprès de la NAFDAC pour garantir qu’aucun produit chimique dangereux n’est importé.

Elle a noté que «la NAFDAC effectue une surveillance de bout en bout pour tous les produits chimiques et les demandes de distribution et de modèles d’utilisation avant d’accorder aux importateurs des permis d’importer des produits chimiques.»

Elle a déclaré que l’agence surveillait également la personne à laquelle de tels produits chimiques étaient vendus dans le rapport du vendeur, ajoutant que « tout cela doit être clarifié au NAFDAC avant que l’approbation ne soit donnée. »

Elle a souligné que le public avait un rôle essentiel à jouer en informant l’agence sur les produits suspects afin d’éviter d’être victime d’une intoxication alimentaire.

Adeyeye a déclaré qu’en dépit de toutes les mesures mises en place par la NAFDAC pour garantir la salubrité des aliments, des produits chimiques et d’autres produits réglementés, certains ont encore trouvé des moyens de faire passer ces produits en contrebande dans le pays.

Elle a donc averti que «le public devrait savoir qu’il n’est pas obligé d’ajouter des produits chimiques aux aliments, à l’exception du sel de table. Les produits chimiques tuent très rapidement car il n’y a pas de quantité prescrite à utiliser.

«Pour utiliser des produits chimiques pour rendre la nourriture ou la boisson aigre, vous ne saurez peut-être jamais ce que vous ajoutez.

«Les seuls additifs réglementés sont le sucre, la saccharine et les édulcorants; et il y a une quantité prescrite à mettre dans la nourriture.
«Ces produits réglementés se trouvent à l’intérieur de la nourriture et non quelque chose que vous saupoudrez sur la nourriture comme ce qui s’est passé à Kano», a-t-elle ajouté.

Vanguard News Nigeria

What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Un séisme de magnitude 6,0 frappe au large des côtes algériennes, World News

Un séisme de magnitude 6,0 frappe au large des côtes algériennes, World News

ارتفاع سعر اليورو أمام الدينار الجزائري

Prix ​​de l’euro et du dollar en Algérie aujourd’hui, lundi 12 avril 2021