in

Le gouvernement de la Fed déclare une loi terroriste sur les attaques contre les biens publics

Rédaction Le 2021-06-08 05:49:13, Le gouvernement de la Fed déclare une loi terroriste sur les attaques contre les biens publics

Par Vincent Ikuomola, et Moses Emorinken, Abuja

La destruction de biens et d’installations publics sera désormais traitée comme un acte terroriste, a déclaré le gouvernement.

De telles infractions entraîneront des sanctions sévères, y compris une éventuelle condamnation à mort, a ajouté le gouvernement.

Cette position a été rendue publique lundi lors d’une assemblée publique – le 19 par le gouvernement fédéral – à Abuja. Son thème était la protection des infrastructures publiques.

Le ministre de l’Information et de la Culture, Lai Mohammed, a été rejoint à la réunion par le ministre des Travaux publics et du Logement Babatunde Fashola, le ministre des Transports Chibuike Amaechi, le ministre du Territoire de la capitale fédérale Mohammed Bello et le ministre de l’Aviation Hadi Sirika.

Le ministre de l’Information a énuméré les biens détruits sans motif comme des postes de police et du matériel ; l’incendie des bureaux et des installations de la Commission électorale nationale indépendante (INEC) ; suppression des voies ferrées, des rambardes des ponts et des infrastructures aéronautiques.

Le ministre a promis des actions fermes contre les personnes impliquées dans les activités « alarmantes » qui menacent la sécurité nationale.

Mohammed a déclaré : « La réunion publique d’aujourd’hui est à la fois urgente et importante car elle touche à une question qui est au cœur même de la croissance économique et du développement national, à savoir les infrastructures publiques.

« Lorsque des infrastructures publiques sont ciblées pour être détruites par certains Nigérians antipatriotiques, cela appelle une grande inquiétude et une action immédiate, d’où notre décision d’organiser cette assemblée publique »

Le ministre a déploré que malgré les efforts du gouvernement pour fournir de nouvelles infrastructures, en plus de reconstruire et de réhabiliter celles qui existent déjà, les efforts sont contrecarrés par certains citoyens antipatriotiques.

« En privant ainsi l’ensemble des citoyens – au profit desquels ces projets et services sont fournis – d’en profiter ».

« Les voies ferrées sont détruites, les balustrades des ponts sont retirées, les plaques d’égout sont pillées, les lampadaires et autres infrastructures électriques, les oléoducs, les installations de télécommunications et les infrastructures aéronautiques critiques sont endommagés ou volés. En plus de mettre en danger la vie de concitoyens innocents, de tels actes antipatriotiques ont un impact négatif sur les revenus limités du gouvernement, alors qu’il cherche à remplacer, réhabiliter ou reconstruire totalement ces infrastructures détruites.

« À un autre niveau, il y a les attaques incessantes contre des installations publiques critiques telles que les postes de police et les bureaux de l’INEC. En effet, la destruction d’infrastructures et d’installations publiques n’est pas seulement du vandalisme, c’est une forme de terrorisme.

« L’enlèvement de voies ferrées peut provoquer un déraillement de train, avec des conséquences mortelles. La falsification des infrastructures aéronautiques met en danger la vie des passagers aériens.

« Les attaques contre les commissariats ont fait de nombreux morts parmi les policiers. Ce sont tous des actes de terreur. »

Bello a déclaré que les lois étaient là pour traiter les délinquants mais qu’elles devaient être appliquées.

Le ministre a déclaré que « la criminalité se développe sous une forme modulaire » et qu’en tant que telle, elle doit être traitée à temps.

Bello a déclaré que plus de 400 plaques d’égout avaient été détruites dans le FCT, créant ainsi un espace pour l’érosion et les inondations.

Fashola a déclaré que des sanctions doubles seraient appliquées contre toute personne surprise en train de détruire ou de vandaliser des biens publics.

Les sanctions seront le paiement des réparations de l’installation endommagée et, par la suite, la poursuite du suspect.

Fashola a déclaré que le coût combiné des réparations de certains ponts endommagés et vandalisés s’élevait à plus de 3 milliards de nairas. Il a mentionné les ponts Otedola, Kara et Toyota/Airport Road à Lagos et Tamburawa à Kano comme certains dans lesquels une plus grande partie du milliard de nairas est entrée.

Il a déclaré : « Aucune nation ne se développe au-delà de la capacité de son infrastructure. Ensuite, pour chacun de ceux que nous avons, nous devons l’optimiser.

« Certains ponts à travers le pays ont subi une forme ou une autre de dommages. Par exemple, le pont Otedola à Lagos ; les éléments du pont ont été endommagés par un incendie causé par des pétroliers chargés d’essence. Un autre est le pont de Kara à Lagos endommagé par des pétroliers.

« En outre, le pont Tamburawa à Kano, endommagé par des activités minières illégales qui ont exposé toutes les parties supportant le poids du pont.

« Dans tout cela, le gouvernement a dû réagir. Le premier, le coût de la réparation était de N203 millions. Le second était N605 million-plus. Le pont de Tamburawa a coûté 1,8 milliard de nairas à réparer ; un pont que nous avions déjà construit.

Fashola a également averti ceux qui violaient l’emprise fédérale tout en érigeant des structures et en créant des bosses sur les autoroutes de noter qu’ils se livraient à l’illégalité.

Il a déclaré : « L’emprise de nos autoroutes fédérales est à 45,75 m de la ligne médiane des deux côtés. Si vous êtes au centre d’une autoroute fédérale, si vous regardez à gauche, 45,75 m à gauche sont notre terrain et la même chose à droite. Par conséquent, si vous construisez n’importe où près de là, vous êtes en train d’empiéter sur notre terrain.

« D’autres personnes construisent et peignent leurs propres ralentisseurs sur les autoroutes. Ce n’est pas seulement illégal et criminel sur condamnation, c’est aussi un danger pour les autres usagers de la route car ce n’est pas une route municipale où on peut mettre des dos d’âne, c’est une autoroute fédérale.

« Nous voulons expulser tous les camions, véhicules de sous les ponts. C’est notre décision et c’est la bonne chose à faire parce que tout cela est illégal. »

Peine de mort probable pour les vandales ferroviaires

Le ministre des Transports Chibuike Amaechi a déclaré hier lors de l’assemblée publique que le vandalisme sur les voies ferrées est un délit capital et que ses conséquences doivent être traitées comme telles.

« Je ne quantifie pas le coût du matériel ; ce que je quantifie, ce sont les vies qui seront perdues.

« Imaginez qu’un conducteur de voie ferrée conduise et heurte soudainement une voie qui a été sectionnée, que se passe-t-il ? Cela va dérailler.

« Chaque autocar au Nigeria transporte environ 85 passagers ; parfois nous transportons 14 autocars, parfois 20.

« Alors, imaginez que vous transportez un train de 14 ou 20 voitures avec 85 passagers dans chaque voiture, s’il déraille, pouvez-vous quantifier le nombre de passagers qui seraient morts au cours d’un homme pensant gagner de l’argent.

« Donc, il ne s’agit pas du coût mais des vies qui auraient été perdues à cause de peu d’intérêts.

« Certaines personnes ont recommandé que, puisque ces personnes tuent des gens, si un accident se produit, des gens mourront, nous devrions donc retourner à l’Assemblée nationale et adopter une loi qui criminalise non seulement l’action mais les conséquences devraient être la mort », a-t-il déclaré.

Amaechi a félicité les résidents le long de la voie ferrée Lagos-Ibadan car aucun incident de vandalisme n’avait été enregistré le long de la route.

« Lagos et le district ouest ont enregistré un incident de vandalisme, le nord-ouest 31, le district nord 10, le nord-est 43, l’est 36 et le centre nord 50.

« Abuja-Kaduna en a 13, Warri-Itakpe 2 et Lagos-Ibadan nul. »

What do you think?

17 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Algérie - Mauritanie en direct - 3 juin 2021

Algérie – Mali en direct – 6 juin 2021

Président Tebboune : Le mouvement béni et original a sauvé l'Algérie du désastre |  L'actualité de l'Algérie

Président Tebboune : Le mouvement béni et original a sauvé l’Algérie du désastre | L’actualité de l’Algérie