in

Le Nigéria manque de dirigeants sincères – Ighodalo

Le Nigéria manque de dirigeants sincères - Ighodalo

Actuexpress Le 2021-04-11 21:01:40, Le Nigéria manque de dirigeants sincères – Ighodalo


Ituah Ighodalo

… Le leader dont le Nigéria a besoin en 2023

Par Sebastine Obasi

Ituah Olajide Ighodalo, 60 ans, pasteur, commentateur sur les questions nationales et fondateur de Trinity House est passionné par le Nigéria.

Ighodalo, qui a célébré son 60e anniversaire, estime hier que le Nigéria peut atteindre la grandeur grâce à un leadership compétent, passionné, véridique et sincère. Dans une interview avec Vanguard, il a parlé de l’état de la nation, affirmant entre autres que le Nigéria peut être transformé par la restructuration des politiques, le repositionnement des idées et l’économie de marché libre.

Félicitations pour votre 60e anniversaire. Comment vous sentez-vous en atteignant 60 ans?

Pour être honnête, physiquement, vous ne vous sentez pas vraiment différent. J’ai juste l’impression que la vie continue. J’ai l’impression d’avoir 35 ans en termes de sang-froid. Quand on y réfléchit profondément, on sait qu’à 60 ans, on est mature. À 60 ans, vous n’êtes plus un petit enfant.

À 60 ans, vous avez vu la fleur de l’âge de votre jeunesse. A 60 ans, vous êtes arrivé à l’âge de la consolidation, l’âge du conseil, l’âge de la parole, un âge où il faut très bien se comporter, avec dignité et respect.

Comment est-ce que tu grandis?

J’ai grandi dans un beau Nigeria. Mes parents étaient des fonctionnaires. Ma mère travaillait dans la fonction publique de la région de l’Ouest. Elle est devenue la première femme secrétaire permanente au Nigéria. Mon père a commencé avec la Western Nigeria Development Corporation. Tout d’abord, avec Nigerian Breweries puis Western Nigeria Development Corporation. Il s’est retrouvé à la Mid-Western Nigeria Development Corporation, puis à l’Université d’Ibadan, où il est devenu à la fois économe adjoint et intérimaire.

Vous êtes un pasteur bien connu. Soudain, vous êtes devenu un activiste. Quelle est la motivation?

La vérité est que j’étais un activiste avant de devenir pasteur. Depuis les années 70, pour être honnête, même pendant mes années d’école secondaire, j’ai toujours été préoccupé par le Nigéria. J’ai été préoccupé par le développement du Nigéria.

Quand je suis rentré d’Angleterre en 1982 et que j’ai vu l’état dans lequel se trouvait le Nigéria, j’avais un article régulier dans The Guardian, Thisweek, Vanguard et Punch de temps en temps. Je ne me qualifierais pas de militant. Je suis quelqu’un qui s’intéresse profondément au développement de l’humanité, tout d’abord au Nigéria, en Afrique et dans le monde entier.

Le Nigéria serait à la croisée des chemins. Comment voyez-vous l’état de la nation?

Je pense que le Nigéria aurait pu faire beaucoup mieux. Je suis même surpris qu’il y ait ce niveau de développement au Nigéria. Je sais qu’il pourrait y en avoir beaucoup plus parce que nous avons d’abondantes ressources dans ce pays. Nous avons toute la puissance intellectuelle. Nous avons tout le monde. Nous avons tous les paramètres qui font qu’une nation est grande. Ce que nous n’avons pas eu la chance d’avoir, ce sont des dirigeants exceptionnels, honnêtes, passionnés et sincères.

Récemment, vous avez dit: «Nous connaissons les gardiens de la porte. Nous connaissons ceux qui tiennent le Nigéria par la jugulaire. Pouvez-vous ombrer plus de lumière à ce sujet?

Ce n’est pas le temps, l’espace et le forum pour nommer et être précis. Ce que j’ai décidé de faire avec certains de mes amis, c’est d’aller voir chacune de ces personnes, une par une, et d’avoir une conversation avec elles. Nous voulons voir comment nous pouvons, ensemble, restructurer et remodeler le Nigéria.

Ce ne sera pas bien de commencer à citer des noms dans un espace public, mais nous connaissons tous ceux qui ont été impliqués dans le développement du Nigéria au cours des 60 dernières années, ceux qui sont encore en vie. Nous connaissons les gens qui ont été impliqués dans le jeu du pouvoir au Nigéria. Certains d’entre eux servent. Certains autres ne servent pas, mais ils sont très influents. Tout ce que nous voulons faire, c’est avoir une conversation et dire à ces personnes, utilisons nos influences de manière positive pour la croissance du Nigéria et moins pour nos avantages personnels.

Vous avez également dit que l’un des problèmes du Nigéria est que nous ne nous disons pas la vérité. Quelle est la vérité?

L’un des défis du Nigéria est que les gens n’aiment pas être critiqués. Les gens ne veulent pas vous entendre lorsque vous essayez de faire un commentaire sincère. Les gens prennent les choses personnellement tout le temps. Je tiens à assurer à tous que mes commentaires ne sont pas personnels.

Mes commentaires visent à faire du Nigéria un pays formidable et exceptionnel. Si quelqu’un est votre ami et que vous lui dites que ce que vous faites n’est pas bon, il le prend personnellement. Si cette personne a du pouvoir ou de l’influence, elle utilise cette influence contre vous pour se protéger. C’est devenu un problème. Cependant, l’un des grands attributs d’un bon leader est sa capacité à écouter son peuple, à savoir ce qu’il ressent, à accepter les critiques, bonnes ou mauvaises.

Il y a de la pauvreté dans le pays. Le Nigéria est désormais la capitale mondiale de la pauvreté. Quelle est la sortie?

Il n’est pas nécessaire que le Nigéria soit pauvre. Le Nigéria a plus que suffisamment de ressources pour répondre aux besoins de ses citoyens. Nous avons environ 33 types de minéraux différents au Nigeria, tels que le bitume, l’or, le manganèse, le diamant, la colombite, le charbon, la bauxite, sans parler de l’agriculture, de la pêche, de la volaille, de la porcherie, du palmiste, des noix de cajou, du soja, des graines de sésame , etc. Le problème du Nigéria est la production. Nous ne produisons pas. Nous ne récoltons pas. Le problème du Nigéria est celui de l’environnement.

L’environnement des affaires est hostile. Il ne soutient pas les gens d’affaires. Toute personne qui garde la porte, censée rendre les affaires possibles pour vous, est soit avide, soit corrompue et insiste sur ce qu’elle obtiendra de vous avant de faire son travail. Si vous ne succombez pas à sa demande, il ne laissera pas passer ce qui est un bon projet qui devrait profiter à la population. C’est le problème que nous avons dans ce pays. L’environnement est hostile et ne permet pas la libre entreprise. Les gens devraient être autorisés à fabriquer, à récolter ce qui est dans le sol. Il y a suffisamment de capacités intellectuelles dans ce pays pour s’assurer que les choses sont bien faites.

Avec la façon dont les choses vont, pensez-vous qu’il y aura des élections en 2023?

Je ne vois pas la raison pour laquelle il ne devrait pas y avoir d’élections en 2023. Nous attendons avec impatience les élections en 2023. J’espère que la Commission électorale nationale indépendante, INEC, enregistrera autant de personnes que désireuses et capables de voter aux prochaines élections . L’inscription des électeurs devrait commencer maintenant. L’enregistrement ne doit pas être altéré pour favoriser une partie quelconque du pays. Si l’INEC joue très bien son rôle, il n’y a aucune raison qu’il n’y ait pas d’élections en 2023.

On réclame un transfert de pouvoir vers le Sud en 2023. Que pensez-vous de cela?

Ma seule préoccupation est que nous voulons qu’une bonne personne gouverne le Nigéria. Cette question du transfert de pouvoir est une autre quête de partage des ressources naturelles. Pourquoi le pouvoir devrait-il passer au Nord ou au Sud? Ce que nous voulons, c’est un bon Nigérian qui aime le Nigéria pour diriger le Nigéria. La personne peut venir de n’importe où, à condition qu’elle soit un Nigérian compétent et soit capable d’aimer et de bien gouverner le Nigéria au profit des Nigérians. Si les gens disent qu’ils veulent que le pouvoir passe à une partie du Nigéria, cela signifie qu’ils se plaignent qu’il semble que lorsqu’il y a du pouvoir dans une région particulière, la plupart des ressources vont à cette région. La plupart des gens qui bénéficient de ce gouvernement sont des gens de cette région.

Ceci est un commentaire sur le népotisme au Nigéria. Si vous avez un bon dirigeant, qui est juste envers chaque partie du pays et qui veille à ce que chaque partie du pays soit en mesure de développer ses propres ressources, à son propre rythme, peu m’importe qui est le président du Nigéria. Je veux juste une personne bonne et compétente. Nous avons besoin d’un leader qui aime chaque partie du Nigéria. Avez-vous entendu aux États-Unis que le pouvoir passe de la Californie à la Floride ou au Texas? Le Nigéria a besoin d’un leader compétent, travailleur, véridique et craignant Dieu.

Quelle est votre opinion sur la question de l’insécurité dans le pays?

Tout cela fait partie des mêmes problèmes. Nous ne sommes pas du tout sincères. Nous demandons la question. Certaines personnes font de la politique avec. Il n’y a aucune raison pour que l’insécurité règne au Nigéria. Nous avons de bonnes forces armées qui devraient être bien équipées, qui devraient nous conduire dans le domaine de la sécurité. Les gens font de la politique avec toutes ces choses. Certaines personnes gagnent de l’argent grâce à la confusion et c’est donc dans leur propre intérêt qu’il devrait y avoir de l’insécurité.

Comment allez-vous vivre après la mort de votre femme?

Nous remercions Dieu pour sa grâce. Ça a été dur pour moi. C’est comme si la moitié de mon corps avait littéralement disparu, mais Dieu m’a fait grâce. J’ai reçu de l’aide et du soutien de différents types de personnes. Je prends la vie, une à la fois.

Vous étiez pasteur régional dans l’Église rachetée de Dieu avant votre départ. Quelle est votre relation avec le pasteur Adeboye, comme le surveillant général?

J’étais un pasteur senior et bien reconnu dans l’église, ainsi que chef du protocole et des voyages internationaux. Jusqu’à présent, nous sommes très proches. Hier encore, il m’a appelé, pour me souhaiter bonne chance pour mon anniversaire. Il est mon ami. Nous nous entendons très bien. Nous parlons de problèmes nationaux. Il n’y a pas eu de temps où j’ai eu besoin de son soutien qu’il ne l’a pas fourni. Je n’ai pas eu le temps de ressentir le besoin de lui dire quelque chose, qu’il ne m’ouvrait pas ses portes. Je n’ai aucun problème avec lui. Je n’ai pas pris ce qui m’est arrivé personnellement. Je l’ai pris comme la volonté de Dieu.

Où voulez-vous voir le Nigéria dans les 10 à 20 prochaines années?

Je pense que si nous permettons au Nigéria de se développer, avec le bon type de leadership, avec sincérité, beaucoup plus de gens compétents, dans 20 ans, le Nigéria peut être meilleur que Dubaï. Il a fallu à Dubaï environ 40 ans pour en arriver là où ils sont, avec très peu de ressources, juste du cerveau et de l’intelligence. Le Nigéria a des gens dotés de cerveaux, d’intelligence et de ressources phénoménales. Nous pouvons sauter et arriver là où nous devrions être, en particulier avec les jeunes qui réussissent très bien dans l’informatique, en particulier avec l’ère numérique. Avec sincérité, restructuration des politiques, repositionnement des idées, libération de l’économie, développement de ce que nous avons, le Nigéria peut être véritablement transformé.

Enfin, au début de cet entretien, vous avez dit à 60 ans, vous vous sentez mature. Quelles sont ces choses que vous faisiez quand vous étiez jeune, que vous ne pouvez pas faire maintenant?

Il y a deux choses que je vais dire ici. Quand j’étais jeune, le Nigéria était très sûr et libre. Je pouvais aller de Lagos au Bénin, Port Harcourt ou Ibadan, à tout moment de la journée. Maintenant, même pour vous déplacer dans Lagos, si vous n’avez pas une sorte d’escorte, vous aurez peur. Personnellement, je m’ennuie de cette liberté dont nous jouissions autrefois au Nigéria.

Quand j’étais plus jeune, j’allais beaucoup à des fêtes. J’avais l’habitude d’organiser beaucoup de fêtes. J’étais le toast de la ville, la discothèque ici et là. Je l’ai fait régulièrement jusqu’à mes 30 ans. À 31 ans, je suis né de nouveau. Ce n’est même pas le fait de vieillir qui m’a obligé à changer. Rencontrer Jésus-Christ et naître de nouveau a changé ma vie. J’ai soudain réalisé que l’on peut avoir une vie sociale mais pas une vie sociale irresponsable. Dans le christianisme, j’ai toujours une vie sociale, mais pas une vie sociale irresponsable comme la philandrie, la poursuite des femmes, sans égard ni respect pour personne.

On peut toujours avoir des engagements sociaux, aller à des dîners, aller à des occasions sociales, mais vous vous comportez bien. N’exagérez rien. Cependant, en vieillissant, il y a un niveau de comportement qui va avec. Je suis toujours un homme libre. Je vais au marché, je vais à l’arrêt de bus. Je vais à Ajegunle, Iyana Ipaja. Je vais dans n’importe quelle partie du Nigéria. Je me mêle aux gens. Beaucoup de garçons de la région sont mes amis. Si je vais à Campos maintenant, vous les voyez me saluer. Je mange avec eux, je discute avec eux.

Vanguard News Nigeria

What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
En Tunisie, la difficile promotion de l'allaitement maternel

En Tunisie, la difficile promotion de l’allaitement maternel

L'Algérie accélère la «route de la soie». L'influence de la France et de l'Europe va-t-elle décliner?

L’Algérie accélère la «route de la soie». L’influence de la France et de l’Europe va-t-elle décliner?