in

Le sort de Secondus incertain, la réunion des gouverneurs du PDP dans l’impasse, la NWC, les représentants divisés

Uche Secondus1

Actuexpress Le 2021-08-10 05:17:55, Le sort de Secondus incertain, la réunion des gouverneurs du PDP dans l’impasse, la NWC, les représentants divisés

John Alechenu et Leke Baiyewu

Publié 10 août 2021

Le sort du président du Parti démocratique des peuples, Uche Secondus, est resté incertain lundi alors qu’une réunion des gouverneurs du parti s’est soldée par une impasse.

Le PUNCH a estimé que les gouverneurs, lors de la réunion à Abuja, ne pouvaient pas s’entendre sur la démission ou non de Secondus avant la convention nationale du parti en novembre.

Lundi également, le Comité national de travail du parti était divisé en six membres appelant à la démission immédiate de Secondus.

Les membres du caucus de la Chambre des représentants du parti étaient également en désaccord sur l’appel à la démission du président.

Rappelons qu’une crise a secoué le principal parti d’opposition du pays la semaine dernière lorsque sept membres de son comité exécutif national ont démissionné en raison de leur opposition au style de leadership de Secondus.

Bien que certains d’entre eux aient par la suite retiré leur démission à la suite de l’intervention du conseil d’administration du PDP, qui s’est réuni jeudi, les chefs du parti dirigé par le gouverneur de l’État de Rivers, Nyesom Wike, ont insisté sur la démission de Secondus au motif qu’il préparait son réélection avant le prochain congrès national du parti.

Le BoT lors de sa réunion de jeudi a mis en place un comité des anciens de 35 membres, qui se réunirait mardi (aujourd’hui) pour résoudre la crise.

La réunion des gouverneurs du PDP lundi s’est tenue pour que les gouverneurs se mettent d’accord sur une position avant la réunion d’aujourd’hui des anciens du parti.

Il a été entendu que Wike, qui dirigeait les forces anti-Secondus, a tenté de convaincre ses collègues qui soutenaient le président national assiégé de le larguer.

Il a cependant été appris que les membres pro-Secondus dirigés par le président du Forum des gouverneurs du PDP et gouverneur de l’État de Sokoto, Aminu Tambuwal, sont restés fidèles à leur position, insistant sur le fait que le président national devrait être autorisé à mettre fin à son mandat.

Après la réunion, qui a commencé à 10h00 au Akwa Ibom State Governors Lodge, à Asokoro, et s’est terminée à 16h07, Tambuwal a déclaré aux journalistes que les pourparlers se poursuivraient mardi.

Nous continuerons à nous rencontrer demain, les problèmes seront résolus en famille –Tambouwal

Il a déclaré : « Nous avons longuement discuté des questions du moment concernant notre parti. Et nous avons collectivement décidé de continuer à travailler ensemble dans l’unité. Cette réunion se poursuivra demain avec d’autres intervenants.

« Très bientôt, les Nigérians et en fait vous tous entendrez notre solution, mais nous travaillons à résoudre tous les problèmes, en tant que famille et par la grâce de Dieu, nous allons y parvenir. »

La conférence de presse, cependant, a pris fin brutalement lorsqu’un journaliste a demandé s’il était vrai que les gouverneurs avaient voté un vote de confiance envers la NWC dirigée par Secondus.

Wike, qui se tenait derrière Tambuwal, secoua la tête, indiquant manifestement qu’une telle mesure n’avait pas été prise.

Mais le gouverneur de l’État de Sokoto a dit : « Merci messieurs », et a conduit ses autres collègues dans leurs véhicules d’attente séparés.

Parmi les autres gouverneurs qui ont assisté à la réunion figuraient Oluseyi Makinde (Oyo), ses homologues des États du Delta et d’Edo, respectivement Ifeanyi Okowa et Godwin Obaseki.

D’autres sont Samuel Ortom (Benue) ; Ifeanyi Ugwuanyi, (Enugu); Okezie Ikpeazu, (Abia); Adamu Fintiri (Adamawa); Bala Mohammed, (Bauchi); Udom Emmanuel (Akwa Ibom) et Douye Diri (Bayelsa).

Des manifestants au secrétariat national du PDP demandent la démission de Secondus

Alors que les gouverneurs se réunissaient, un groupe de jeunes membres du parti a pris d’assaut le secrétariat national du parti pour exiger la démission immédiate du président national pour incompétence présumée.

Les membres, sous l’égide de Save PDP Group, étaient au Wadata Plaza, pour exprimer leur mécontentement.

La plupart des manifestants portaient des pancartes avec des inscriptions telles que « Uche Secondus Must Go », « Nous avons perdu confiance en votre présidence », « Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre plus de gouverneurs », entre autres.

S’adressant aux journalistes lors de la manifestation, le chef du groupe, Tamunotonye Inioribo, a accusé Secondus de mener le parti vers la destruction.

Il a déclaré : « Nous ne pouvons pas regarder un seul individu détruire ce que tant de Nigérians ont sacrifié pour construire.

«Sous sa surveillance, tant de nos dirigeants du nord au sud quittent ce parti. Nous avons perdu des gouverneurs, des membres de l’Assemblée nationale, des membres du BoT et des membres ordinaires. Si Secondus reste, nous pourrions ne plus nous retrouver avec personne d’autre d’ici 2023. »

Six membres du NWC exigent la démission du président

Dans un développement connexe, neuf des 19 membres du NWC ont tenu une réunion dimanche soir. Six d’entre eux auraient voté en faveur de l’appel à la démission du président national.

Les personnes présentes à la réunion comprenaient le vice-président national (Nord), le sénateur Suleiman Nazif; Secrétaire national, Umaru Tsauri ; Auditeur national, Mai Adamu Mustapha ; Le secrétaire national aux finances, Abdulahi Maibasira et le leader national de la jeunesse, SKE Udeh-Okoye.

Les autres sont le vice-président national (Sud-Ouest), l’ambassadeur Taofiq Arapaja ; Vice-Président National (Sud-Est) Chef Ali Odefa; Vice-président national (Sud-Sud), chef Dan Orbih; Vice-président national (Centre-Nord), chef Theophilus Dakas.

Ceux qui ont voté en faveur de l’appel à la démission de Secondus étaient Nazif, Mustapher, Udeh-Okoye, Arapaja, Orbih et Odefa. D’autres se sont abstenus.

Ceux qui ont appelé à la démission de Secondus ont déclaré avoir fondé leur action sur la conclusion qu’il avait mal géré le parti.

Celles-ci figuraient dans une déclaration WhatsApp envoyée à certains membres du parti.

Il se lisait en partie: «Les membres du NWC se sont assis et ont décidé qu’une réunion du NWC devrait se tenir le 8 août 2021 à Hilton pour délibérer davantage sur la question qui tourmente le parti, la réunion s’est tenue et a longuement délibéré, neuf membres de le NWC a reconnu que le président national, le prince Uche Secondus, avait grossièrement mal géré le parti, qu’il était hautement incompétent, qu’il avait divisé le parti et qu’il avait perdu la confiance des membres du parti.

« La question de sa démission a été mise aux voix, six membres ont voté en faveur de sa démission et trois membres se sont abstenus de voter. Par conséquent, la réunion a décidé de transmettre la résolution prise le 8 août au forum des gouverneurs, au BOT, au caucus de l’Assemblée nationale de la Chambre des représentants et du Sénat.

Réunion NWC illégale – Conseiller juridique national

Cependant, le conseiller juridique national du parti, Emmanuel Enoidem,

un allié du président national, a qualifié la réunion d’illégale.

Enoidem a déclaré: «Je viens de voir ce qui précède (la déclaration des membres anti-Secondus NWC) quelque part et en tant que membre engagé de ce parti et par la grâce spéciale de Dieu, membre de NWC, j’ai les points suivants à faire:

« Aux termes de l’article 29 (3) des statuts de notre parti, c’est le président national ou une convocation appuyée des deux tiers des membres du CNO, qui peut valablement convoquer une réunion du CNO.

Le paragraphe (4) prévoit que les deux tiers des membres du NWC forment un quorum pour une réunion du NWC.

«En tant que membre de bonne foi du NWC, à ma connaissance, je n’ai connaissance d’aucune réunion du NWC convoquée par le président national ou de la manière indiquée ci-dessus.

« Il est donc très préoccupant, et en effet, très triste de lire la position ci-dessus prétendument prise par certains membres distingués de la NWC avec un mépris total et une violation des dispositions claires et existantes de notre constitution.

« La question de la démission de tout dirigeant de notre parti à quelque niveau que ce soit est une décision personnelle, comme le stipulent les articles 45 (1) et 47 (5). Il n’y a aucune disposition de notre constitution qui donne le pouvoir à un organe, un individu ou un groupe de personnes de demander à un dirigeant du parti de démissionner pour quelque raison que ce soit, comme le prétendait le soi-disant communiqué de presse.

Les représentants du PDP se séparent alors qu’Elumelu désavoue les législateurs anti-Secondus

Les membres du PDP à la Chambre des représentants étaient également divisés sur les mesures visant à révoquer le président national.

Rappelons que le chef du caucus du PDP à la Chambre, Kingsley Chinda et son adjoint, Chukwuka Onyema, ont déclaré dimanche dans un communiqué que le caucus lors d’une réunion samedi avait appelé à la démission de Secondus.

Mais dans un communiqué publié lundi, le chef de la minorité à la Chambre des représentants, Ndudi Elumelu, a reproché aux législateurs anti-Secondus.

Elumelu a déclaré que les membres du caucus du PDP à la Chambre ne s’étaient pas encore réunis sur la crise de leadership dans le parti d’opposition. Il a donc rejeté l’appel à la démission de Secondus.

Faisant grief au groupe dirigé par Chinda, Elumelu a déclaré que la prétendue réunion des législateurs anti-Secondus était « à l’insu de la direction du caucus minoritaire et, par conséquent, en violation de la procédure établie ».

Seule la convention nationale peut supprimer Secondus – Dickson

Dans un communiqué publié lundi, un ancien gouverneur de l’État de Bayelsa et sénateur représentant Bayelsa West, Seriake Dickson, a critiqué une déclaration de certains membres du NWC, qui ont appelé à la démission de Secondus.

Dickson a qualifié d’illégalel la réunion convoquée par les membres du NWC, affirmant que seul le président national pouvait convoquer une telle réunion.

Il a déclaré: «Je souhaite attirer l’attention des dirigeants du PDP, des membres et des Nigérians en général sur le fait que la réunion était l’action de quelques dirigeants du parti et ne représente pas une résolution ou une décision valide du Comité de travail national connu de la constitution du PDP.

« Selon la constitution du PDP, seul le président national du parti peut convoquer et présider les réunions des organes du parti, notamment le NWC dont il est le président. Ainsi, la prétendue réunion et le résultat font donc partie du complot visant à créer une crise inutile dans le PDP.

« Cela fait partie du stratagème d’appeler un chien un mauvais nom pour l’accrocher. Le grand public doit noter que la déclaration signée par certains membres : trois membres du comité de travail et trois vice-présidents du parti (comme indiqué dans le communiqué) ne constitue pas une résolution valable du comité de travail national.

« Soit dit en passant, le NWC compte 19 membres et seulement 6 d’entre eux ont signé la déclaration, laissant de côté la majorité des 13 qui n’étaient pas à la réunion et le président qui n’était pas au courant, qui n’a pas assisté, qui n’a pas autorisé et qui a fait pas présider ladite assemblée et il ne s’agit donc pas seulement d’une nullité mais d’un acte de faute grave.

« C’est tout un effort pour inventer une crise dans le parti pour promouvoir l’objectif inavoué de ceux qui le financent, dont l’intention est de provoquer une crise majeure dans le PDP. »

Il a également critiqué une déclaration du caucus du PDP à la Chambre des représentants, qui a demandé dimanche à Secondus de démissionner.

Il a déclaré: «Comme le savent les Nigérians et tous les dirigeants du PDP, le chef de la minorité des représentants est Ndudi Elumelu et non Kingsley Chinda, et les membres du caucus de la Chambre des représentants ont déjà déclaré qu’ils n’avaient pas tenu de telle réunion et le président du caucus Ndudi Elumelu a publié à juste titre une déclaration qui est dans le domaine public selon laquelle il n’a pas convoqué ou présidé une telle réunion.

Je ne démissionnerai pas, Secondus fait le vœu

Dans une déclaration en réponse aux appels à sa démission, Secondus a déclaré qu’il n’avait rien fait de mal pour justifier sa démission.

Il a déclaré cela dans une déclaration intitulée « Pourquoi je ne démissionnerai pas-Secondus », a été signée par son conseiller aux médias, Ike Abonyi, à Abuja, lundi.

Il disait : « Le président national du Parti démocratique des peuples, le prince Uche Secondus, a déclaré qu’il ne démissionnerait pas de son poste.

« Le prince Secondus a déclaré dans une brève déclaration de son bureau des médias que rien jusqu’à présent ne justifie sa démission du poste du parti et que cette petite minorité appelant à sa démission devrait dire la vérité et dire aux membres du parti à travers le pays son infraction pourquoi il devrait démissionner.  »

Copyright PUNCH.

Tous les droits sont réservés. Ce matériel et tout autre contenu numérique de ce site Web ne peuvent être reproduits, publiés, diffusés, réécrits ou redistribués en tout ou en partie sans l’autorisation écrite expresse préalable de PUNCH.

Contact: [email protected]

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Coordination totale et soutien mutuel. Les relations égypto-algériennes sont un modèle de coopération entre les pays arabes

Coordination totale et soutien mutuel. Les relations égypto-algériennes sont un modèle de coopération entre les pays arabes

Algérie à "Imprimer" 15 milliards de dollars pour financer la reprise économique - Morocco World News

Algérie à "Imprimer" 15 milliards de dollars pour financer la reprise économique – Morocco World News