in

Le tribunal de la CEDEAO entend une requête contre l’interdiction de Twitter le 22 juin – Articles – The Guardian Nigeria News – Nigeria and World News

Le tribunal de la CEDEAO entend une requête contre l'interdiction de Twitter le 22 juin – Articles – The Guardian Nigeria News – Nigeria and World News

Rédaction Le 2021-06-15 05:04:19, Le tribunal de la CEDEAO entend une requête contre l’interdiction de Twitter le 22 juin – Articles – The Guardian Nigeria News – Nigeria and World News

La Cour de justice de la Communauté, Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a fixé au 22 juin l’audience d’un procès contestant la suspension par le gouvernement fédéral des opérations de la plateforme de microblogging, Twitter, au Nigeria.

Les administrateurs enregistrés du Projet sur les droits et la responsabilité socio-économiques (SERAP) et 420 Nigérians, dont l’ancien ministre de l’Éducation Oby Ezekwesili et la cofondatrice du mouvement #BringBackOurGirls Aisha Yesufu, ont déposé une plainte.

Le tribunal, dans un avis adressé à l’avocat des plaignants, Femi Falana (SAN) et à l’avocate de l’intimé, Mme Maimuna Lami Shiru, a déclaré que l’audition d’une demande d’injonction serait virtuelle.

« Avis est donné que cette demande a été fixée pour l’audition de la demande de mesure provisoire le 22 juin 2021 à 10 h 00 et sera entendue ce jour-là si les affaires du tribunal le permettent ou autrement un jour ajourné. dont vous ne recevrez peut-être pas d’autre avis », a déclaré le tribunal.

SERAP et les 420 Nigérians concernés poursuivent « la suspension illégale de Twitter au Nigéria, la criminalisation des Nigérians et d’autres personnes utilisant Twitter, et l’escalade de la répression des droits de l’homme, en particulier les droits à la liberté d’expression, l’accès à l’information et la liberté des médias dans le pays ».

Dans la poursuite numérotée ECW/CCJ/APP/23/21, ils demandent : « Une ordonnance d’injonction provisoire interdisant au gouvernement fédéral de mettre en œuvre sa suspension de Twitter au Nigeria, et soumettant quiconque, y compris les médias, les stations de diffusion utilisant Twitter au Nigeria , au harcèlement, à l’intimidation, à l’arrestation et aux poursuites pénales, dans l’attente de l’audition et de la décision sur le fond.

Les plaignants soutiennent que « si cette demande n’est pas acceptée d’urgence, le gouvernement fédéral continuera de suspendre arbitrairement Twitter et menacera d’imposer des sanctions pénales et autres aux Nigérians, aux sociétés de télécommunications, aux médias, aux stations de diffusion et à d’autres personnes utilisant Twitter au Nigéria, le l’ordre perpétuel demandé dans ce procès pourrait être rendu inopérant.

Le procès se lit en partie : « La suspension de Twitter vise à intimider et à empêcher les Nigérians d’utiliser Twitter et d’autres plateformes de médias sociaux pour évaluer les politiques gouvernementales, dénoncer la corruption et critiquer les actes d’impunité officielle commis par les agents du gouvernement fédéral.

« La libre communication d’informations et d’idées sur les enjeux publics et politiques entre les citoyens et les élus est essentielle. Cela implique une presse libre et d’autres médias capables de commenter les problèmes publics sans censure ni contraintes et d’informer l’opinion publique. Le public a également le droit correspondant de recevoir une production médiatique.

« La liberté d’expression est un droit humain fondamental et la pleine jouissance de ce droit est essentielle à la réalisation de la liberté individuelle et au développement de la démocratie. Ce n’est pas seulement la pierre angulaire de la démocratie, mais aussi indispensable à une société civile prospère.

« L’action arbitraire du gouvernement fédéral et de ses agents a eu un impact négatif sur des millions de Nigérians qui mènent leurs activités quotidiennes et leurs activités opérationnelles sur Twitter. La suspension a également entravé la liberté d’expression de millions de Nigérians, qui critiquent et influencent les politiques gouvernementales via l’application de microblogging.

« La suspension de Twitter est arbitraire, et il n’y a pas de loi au Nigeria aujourd’hui autorisant la poursuite de personnes simplement pour avoir exercé pacifiquement leurs droits humains via Twitter et d’autres plateformes de médias sociaux.

Selon les plaignants, la suspension et la menace de poursuites par le gouvernement fédéral constituent une violation fondamentale des obligations internationales du pays en matière de droits humains, notamment l’article 9 de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples et l’article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques. dont le Nigeria est un État partie.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
La récolte de céréales en Algérie devrait chuter de 35 à 40 % cette année en raison de la sécheresse

La récolte de céréales en Algérie devrait chuter de 35 à 40 % cette année en raison de la sécheresse

Chaïma : des femmes algériennes manifestent contre le viol et le meurtre d'une adolescente

Chaïma : des femmes algériennes manifestent contre le viol et le meurtre d’une adolescente