in

Les tests COVID-19 s’arrêtent dans 13 États, la variante Delta frappant des Nigérians non vaccinés

Chikwe Ihekweazu

Actuexpress.net Le 2021-07-23 02:41:54, Les tests COVID-19 s’arrêtent dans 13 États, la variante Delta frappant des Nigérians non vaccinés

Eniola Akinkuotu, Dayo Ojerinde, Deborah Tolu-Kolawole, John Charles, Maiharaji Altine, Justin Tyopuusu, Patrick Odey et Armstrong Bakam

Publié 23 juillet 2021

  • Les tests ont chuté de 29% en trois mois, crie FG alors que la tension dangereuse se propage rapidement

Il y avait des indications jeudi qu’au moins 13 États avaient cessé de tester pour COVID-19 malgré la troisième vague imminente de la maladie propulsée par la souche Delta hautement infectieuse.

Les données épidémiologiques obtenues du Centre nigérian de contrôle des maladies ont montré que depuis que le premier cas de la variante Delta a été signalé le 8 juillet 2021, seuls environ 23 États et le Territoire de la capitale fédérale avaient envoyé des rapports au NCDC.

Ceux-ci sont apparus jeudi alors que les données du NCDC ont montré que les tests COVID-19 sont passés de 735 573 à 521 738 en trois mois alors que le gouvernement fédéral avait averti que la variante Delta se propageait parmi les Nigérians non vaccinés.

Le NCDC, sur son site Internet, a révélé que 735 573 tests avaient été effectués entre le 10 janvier et le 11 avril.

Mais entre le 11 avril et le 11 juillet, 521 738 ont été menées, soit une réduction de 213 835 (29,08 %).

Au 10 janvier, 1 121 484 tests COVID-19 avaient été effectués dans le pays tandis que 1 857 057 tests avaient été effectués au 11 avril.

Alors que 1 857 057 ont été menées au 11 avril, le chiffre est passé à 2 378 795 le 11 juillet.

Les États qui ont envoyé des mises à jour incluent Cross River, Delta, Edo, Ekiti, Enugu, Gombe, Imo, Jigawa, Kaduna, Kano, Katsina, Kwara, Lagos, Nasarawa, Ogun, Ondo, Osun, Oyo, Plateau, Rivers, Sokoto , Bayelsa, Akwa Ibom et le FCT.

Les 13 États qui n’ont envoyé aucun résultat au NCDC au cours des deux dernières semaines sont les États d’Abia, d’Adamawa, d’Anambra, de Bauchi, de Benue, de Borno, d’Ebonyi, de Kebbi, de Kogi, du Niger, de Taraba, de Yobe et de Zamfara.

Le PUNCH a également observé que parmi ces 13 États, seul Yobe a envoyé une mise à jour au NCDC au mois de juillet. Cela implique que 12 États n’ont envoyé aucune mise à jour du statut COVID-19 depuis plus de trois semaines.

On a appris qu’aucune infection au COVID-19 n’avait été signalée dans ces 12 États au mois de juillet malgré l’augmentation du nombre de cas dans 23 États et le FCT. Cela peut impliquer que les 169 884 cas enregistrés au Nigeria sont peut-être loin de la réalité.

Pourquoi nous n’avons pas testé – Bauchi

Le président exécutif de l’Agence de développement des soins de santé primaires de l’État de Bauchi, le Dr Rilwan Mohammed, a confirmé que l’État n’avait pas effectué de tests.

Dans une interview avec l’un de nos correspondants, il a déclaré : « Nous avons fait des tests mais depuis deux semaines, nous n’avons pas testé car nous avons beaucoup de défis sur la question des tests.

« Certains des défis sont que les réactifs ne sont pas disponibles. Il y a le problème de l’électricité et le diesel n’est pas là (pour alimenter les générateurs), beaucoup de problèmes. Ce sont peut-être des raisons pour lesquelles nous ne testons pas à Bauchi », a-t-il déclaré.

Lorsqu’on lui a demandé si la finance n’était pas un défi majeur pour eux, il a répondu : « Quand nous aurons l’argent, nous achèterons le diesel. »

Mohammed, qui est le président d’État du sous-comité sur les contacts et la surveillance du groupe de travail d’État sur le COVID-19, a également déclaré : « Nous ne faisons pas de dépistage actif des cas dans les communautés à travers les zones de gouvernement local comme nous le faisions auparavant. Nous ne faisons plus du tout de tests communautaires.

« Nous ne faisons pas non plus de tests de voyage. Les gens se plaignent et quand ils se plaignent, nous effectuons le test pour eux. Malheureusement, nous ne faisons pas autant qu’avant parce que nous n’avons pas de soutien.

Lorsqu’on lui a demandé quand l’État reprendrait les tests, il a répondu : « Honnêtement, nous ne savons pas. Nous n’avons pas de soutien et c’est la raison pour laquelle nous ne sortons pas pour des tests de cas actifs.

« Le NCDC ne fait rien pour nous. Même au stade initial, c’est le gouvernement de l’État de Bauchi qui nous a donné l’argent pour mener à bien les services de proximité.

Nous n’avons pas fait de tests, les gens ne viennent pas – Bénoué

En outre, le gouvernement de l’État de Benue a admis qu’il n’avait pas effectué de tests au cours des deux dernières semaines, mais a déclaré qu’il avait intensifié sa campagne de sensibilisation.

S’adressant séparément à l’un de nos correspondants au téléphone, les commissaires de l’État à la santé et aux ressources humaines et à l’information et à l’orientation, le Dr Joseph Ngbea et Mme Ngunan Addingi, ont admis que l’État n’avait pas effectué de tests au cours des deux dernières semaines.

Le commissaire à la santé a noté que son ministère avait débloqué des fonds mensuels pour les tests, mais a regretté que les gens ne viennent pas pour les tests.

Ngbea a cependant expliqué que l’État avait déjà débloqué 5 millions de nairas pour l’achat d’articles non pharmaceutiques.

Le commissaire à la santé a déclaré : « Il y a eu une réunion des parties prenantes où une équipe de surveillance a été mise en place. Pendant ce temps, le gouvernement de l’État a publié N5m cette semaine pour se procurer des thermomètres, des masques faciaux, des désinfectants et d’autres articles à distribuer.

« En fait, avant les deux dernières semaines, l’État n’a effectué aucun test, mais avec le résultat de notre réunion, nous avons décidé d’intensifier la campagne de sensibilisation au fait que COVID 19 est toujours très présent.

Parlant également, le commissaire d’État à l’information a confirmé que l’État n’avait pas effectué de test COVID 19 pendant « ces deux dernières semaines ».

Le secrétaire permanent en charge du ministère de la Santé de l’État de Zamfara, le Dr Habib Yelwa, a déclaré qu’il n’était pas au courant des données épidémiologiques.

Il a demandé qu’il aimerait voir les données et quand on lui a présenté, il a demandé à notre journaliste de lui laisser le temps de réagir. Yelwa, cependant, a refusé de commenter la question.

Le commissaire de l’État de Taraba à la santé, le Dr Innocent Vakkai, a déclaré que l’État n’avait encore détecté aucun cas de variante Delta de COVID-19.

Vakkai l’a révélé lors d’un entretien téléphonique avec l’un de nos correspondants jeudi à Jalingo.

Selon lui, l’État a effectué des tests massifs pour le virus en utilisant le centre de laboratoire ultra-moderne donné à l’État par la Commission pour le développement du Nord-Est, sans aucun cas de virus au cours des deux dernières semaines. Les dossiers sont là dans le domaine public et ce n’est pas quelque chose que n’importe qui peut cacher.

Tomori accuse le NCDC, dit l’agence de ne pas donner de mise à jour

S’adressant à The PUNCH, le président du comité d’examen d’experts sur COVID-19, le professeur Oyewale Tomori, a déclaré qu’il serait assez difficile de supposer que les États ne subissaient pas de tests étant donné que le NCDC avait manqué à sa responsabilité de fournir des données mises à jour aux Nigérians. .

Tomori, cependant, a déclaré que si effectivement ces États avaient arrêté les tests, alors il y avait un très gros problème.

Il a déclaré: « Nous avons engagé le NCDC sur ce sujet, tout d’abord, nous découvrons que le NCDC ne donne pas assez d’informations et ensuite nous savons qu’un État comme Kogi n’a pas testé, si vous vérifiez, vous réaliser que le nombre de cas confirmés a été le même.

 » Encore une fois, cela va bien au-delà de simplement dire que ce sont les États qui ont envoyé leurs rapports, disons que vous avez testé 100 000 et que 25 000 sont revenus positifs, nous devrions pouvoir avoir accès à ces informations, à partir de là, nous pouvons savoir si il y a un problème ou pas, mais s’il est vrai que ces États ne font pas de tests, alors il y a un très gros problème.

Tomori a cependant conseillé au gouvernement fédéral de mettre tout le pays en alerte rouge afin d’éviter une troisième vague.

Il a déclaré : « Le pays tout entier devrait être en alerte rouge. Maintenant que les vacances de Sallah sont terminées ainsi que les activités qui ont violé toutes les interventions non pharmaceutiques, ceux qui ont pu héberger le virus de manière asymptomatique avant et après voyageront et retourneront vers différentes destinations.

« Je pense que le gouvernement fédéral s’est trompé dès le départ. Regardons ceux qui entrent au Nigeria. Il a été conseillé au gouvernement de tester tous les passagers à leur arrivée plutôt que d’attendre sept jours avant de les tester.

« Le plan du gouvernement de publier les noms des défaillants était voué à l’échec, comme il l’a fait, avec toutes ces réponses instinctives et mal planifiées. Cela prend entre quatre et six semaines après l’introduction des variantes au Nigeria. C’est dangereux, car la variante pourrait s’être répandue dans tout le pays avant que nous ne la détections et que nous commencions ensuite à voir une transmission communautaire.

Une variante du delta déchirant des Nigérians non vaccinés, crie le ministre

Pendant ce temps, le ministre de la Santé, Osagie Ehanire, a déclaré jeudi que la variante mortelle du delta ravageait les populations non vaccinées au Nigeria.

Ehanire l’a révélé lors d’un point de presse virtuel avec l’Organisation mondiale de la santé.

Il a déclaré: «Nous avons commencé à voir une pandémie de deux pistes où la variante Delta déchire les populations non vaccinées. La variante Delta a été détectée pour la première fois il y a deux semaines et nous avons commencé à voir une augmentation du nombre de nouveaux cas.

« Le Nigéria a continué de répondre à la pandémie de COVID-19 au cours des 17 derniers mois. Cela a reçu la plus haute priorité de notre gouvernement, avec un comité directeur présidentiel qui dirige la réponse multisectorielle, tandis que le ministère fédéral de la Santé et ses agences telles que le NCDC et la NPHCDA dirigent la réponse du secteur de la santé et nous continuerons à donner la priorité à cette pandémie. »

Le Nigeria reçoit 3 924 000 doses d’Oxford-AstraZeneca la semaine prochaine

La ministre a ajouté que le Nigeria recevrait son lot de 3 924 000 doses du vaccin Oxford-AstraZeneca de l’installation COVAX avant la fin du mois.

Il a déclaré : « Avant la fin du mois, nous recevrons 3 924 000 doses d’Oxford-AstraZeneca de l’installation COVAX. Nous attendons également 3 930 910 doses de vaccin Pfizer-bio N tech, Moderna COVID-19 en août qui a été donné par les États-Unis. De plus, 29 859 000 doses de vaccins Johnson & Johnson arriveront d’ici la fin septembre. »

Dans ses remarques, la directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, le Dr Matshidiso Moeti, a déclaré que la troisième vague africaine était loin d’être terminée.

Moeti a déclaré : « Ne vous faites aucune illusion, la troisième vague de l’Afrique n’est absolument pas terminée. Ce petit pas en avant offre de l’espoir et de l’inspiration mais ne doit pas masquer la vue d’ensemble de l’Afrique. De nombreux pays sont toujours au plus haut risque et la troisième vague de l’Afrique a augmenté plus rapidement et plus haut que jamais. Les célébrations de l’Aïd que nous avons célébrées cette semaine pourraient également entraîner une augmentation des cas. Nous devons tous redoubler d’efforts en matière de prévention pour tirer parti de ces gains fragiles.

« Vingt et un pays africains ont vu les cas augmenter de plus de 20% pendant au moins deux semaines consécutives – ce qui représente une augmentation de trois pays par rapport à la semaine précédente – et la variante Delta hautement transmissible a été trouvée dans 26 pays africains. »

Dans une interview séparée avec The PUNCH, le directeur général du Centre nigérian de contrôle des maladies, le Dr Chikwe Ihekweazu, a déclaré que les Nigérians devraient comprendre le risque de mutations variantes alors que le pays se préparait à éviter une troisième vague potentielle.

Ihekweazu a déclaré cela en réagissant aux informations selon lesquelles les Nigérians avaient abandonné les mesures de santé publique.

Trois morts à Akwa Ibom

Mais il y a eu la panique dans l’État d’Akwa Ibom alors que trois personnes sont décédées du COVID-19.

Le secrétaire du gouvernement d’État et président du comité COVID-19, le Dr Emmanuel Ekuwem, l’a révélé tout en faisant le point sur la pandémie lors d’un point de presse jeudi.

Il a appelé tous les résidents à respecter strictement tous les protocoles COVID, ajoutant : « La distanciation sociale dans les tricycles et dans les minibus et le port de masques faciaux doivent être strictement respectés.

« Les maisons religieuses (églises et mosquées) devraient fonctionner à demi-capacité et les services ne devraient pas durer plus d’une heure.

Copyright PUNCH.

Tous les droits sont réservés. Ce matériel et tout autre contenu numérique de ce site Web ne peuvent être reproduits, publiés, diffusés, réécrits ou redistribués en tout ou en partie sans l’autorisation écrite expresse préalable de PUNCH.

Contacter: [email protected]

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
L'impasse des réformes rétrécit l'horizon de financement du déficit budgétaire en Algérie |

L’impasse des réformes rétrécit l’horizon de financement du déficit budgétaire en Algérie |

RD Congo : Une triste histoire de souffrance au milieu de l'abondance

RD Congo : Une triste histoire de souffrance au milieu de l’abondance