in

Nigeria : La police tire des gaz lacrymogènes lors des manifestations de la « Journée de la démocratie » | Muhammadu Buhari Nouvelles

Nigeria : La police tire des gaz lacrymogènes lors des manifestations de la « Journée de la démocratie » |  Muhammadu Buhari Nouvelles

Actuexpress Le 2021-06-12 15:52:30, Nigeria : La police tire des gaz lacrymogènes lors des manifestations de la « Journée de la démocratie » | Muhammadu Buhari Nouvelles

Des manifestations à l’échelle nationale ont été déclenchées contre la mauvaise gouvernance, l’insécurité et la récente interdiction de Twitter, entre autres.

La police nigériane a tiré des gaz lacrymogènes pour disperser des manifestants antigouvernementaux à Lagos et dans la capitale, Abuja, faisant état d’arrestations et de blessés.

Les militants avaient appelé à des manifestations à l’échelle nationale samedi à l’occasion de la Journée de la démocratie, qui marque le passage du Nigéria à un régime civil il y a plus de 20 ans, contre ce qu’ils critiquent comme la mauvaise gouvernance et l’insécurité, ainsi que la récente interdiction de Twitter par le gouvernement du président Muhammadu Buhari.

Il y a également eu des poches de protestations à Ibadan, Osogbo, Abeokuta et Akure, toutes dans le sud-ouest du Nigeria.

Les manifestations étaient les premières à avoir lieu simultanément dans plusieurs villes depuis que le mouvement #EndSARS contre la brutalité policière en octobre est devenu le plus grand rassemblement antigouvernemental de l’histoire moderne du Nigeria.

Des centaines de manifestants se sont rassemblés à Lagos, une mégalopole tentaculaire de plus de 20 millions d’habitants, et la police a tiré des gaz lacrymogènes pour disperser la foule. Les manifestants portaient des banderoles et des pancartes disant « Buhari Must Go », appelant à des réformes.

Ahmed Idris d’Al Jazeera, dans un reportage depuis Lagos, a déclaré que la marche de protestation à Lagos « a commencé pacifiquement et de manière organisée, avec des manifestants scandant des chansons en faveur de la démocratie ».

« La police a été déployée en grand nombre ici à Lagos et dans d’autres régions du Nigeria en prévision des troubles ce jour-là », a-t-il ajouté. « Lorsque les manifestants ont violé la première ligne de défense de la police, la deuxième et la troisième, la police a commencé à tirer des gaz lacrymogènes sur eux et sur les journalistes présents sur les lieux. Plus tard, des balles réelles ont été tirées en l’air.

Des policiers anti-émeutes arrêtent un manifestant lors d’une manifestation à Ojota à Lagos [Pius Utomi Ekpei/AFP]À Abuja, un scénario similaire s’est produit alors que les manifestants se sont rassemblés dès 7 heures du matin (06h00 GMT).

Un détachement de la police et de l’armée a dispersé la foule à l’aide de gaz lacrymogène, ont indiqué des journalistes de l’agence de presse AFP sur place, ajoutant que certains journalistes étaient harcelés par les forces de sécurité.

La police avait déclaré que les manifestations n’étaient pas autorisées et des journalistes de l’AFP ont déclaré avoir vu plusieurs personnes être détenues.

« Nous ne pouvons pas continuer comme ça … toute la mauvaise gouvernance doit cesser », a déclaré le manifestant Samson Okafor à Lagos, où des bombes lacrymogènes couvaient dans la rue alors que la police criait aux manifestants de quitter les lieux.

Des officiers ont également été vus en train de briser des téléphones portables confisqués à des manifestants, dont certains ont critiqué la décision du gouvernement de suspendre l’accès à Twitter après que la plate-forme de médias sociaux a supprimé un message de Buhari.

Les manifestants portent des pancartes et des banderoles lors d’un rassemblement pour la Journée de la démocratie le 12 juin à Abuja [Afolabi Sotunde/Reuters]Buhari, un ancien général élu pour la première fois à la présidence en 2015, a été sous pression en raison de l’insécurité croissante dans le pays le plus peuplé d’Afrique, qui abrite plus de 200 millions de personnes.

Les forces de sécurité luttent contre un soulèvement armé dans le nord-est, une augmentation des enlèvements et des attaques de masse par des gangs criminels dans le nord-ouest et une montée des tensions séparatistes dans le sud-est.

Le gouvernement a également déclenché un tollé il y a une semaine lorsqu’il a suspendu indéfiniment Twitter dans le pays, affirmant que la plate-forme était utilisée pour des activités visant à déstabiliser le Nigeria.

Les manifestations de samedi ont été convoquées pour coïncider avec la « Journée de la démocratie », marquant l’anniversaire de l’élection de Moshood Kashimawo Abiola à la présidence nigériane en 1993.

La victoire d’Abiola a été annulée par le gouvernement militaire de l’époque, plongeant le Nigeria dans des mois de troubles civils.

Le Nigeria est revenu à un régime civil en mai 1999, mais Buhari a choisi le 12 juin comme Journée de la démocratie après être devenu président pour honorer Abiola et d’autres héros de la lutte.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
VAVEL logo

Buts et temps forts : Tunisie 0-2 Algérie en match amical international | 06/11/2021

Capitaine tunisien : j'encouragerai Al-Ahly contre l'Espérance

Capitaine tunisien : j’encouragerai Al-Ahly contre l’Espérance