in

Nous avons récupéré 153 millions de dollars auprès de Diezani – Président de l’EFCC

Nous avons récupéré 153 millions de dollars auprès de Diezani - Président de l'EFCC

Rédaction Le 2021-05-12 06:18:04, Nous avons récupéré 153 millions de dollars auprès de Diezani – Président de l’EFCC

L'EFCC a découvert la fraude aux subventions aux carburants de 70 milliards de nairas, selon Abdulrasheed BawaAbdulrasheed Bawa

Dit qu’elle a confisqué 80 biens d’une valeur de 80 millions de dollars au profit de FG

Par Soni Daniel

ABUJA – Le nouveau président de la Commission sur les crimes économiques et financiers, Abdulrasheed Bawa, a déclaré hier que la commission avait récupéré 153 millions de dollars auprès de l’ancien ministre du Pétrole, Diezani Alison Madueke, qui séjourne en Grande-Bretagne depuis son départ en 2015.

Au-delà du montant récupéré auprès de l’ancien ministre du Pétrole, pas moins de 80 biens de choix évalués à 80 millions de dollars lui ont également été confisqués et remis au gouvernement fédéral.

Bawa, qui a révélé cela, a également notifié qu’il était prêt à renoncer à son poste si quelqu’un faisait pression sur lui pour qu’il fasse ce qui n’était pas légal dans l’exercice de ses fonctions. Mais il n’a pas tardé à ajouter que traduire l’ancienne ministre en justice était encore loin de la réalité, étant donné qu’elle était hors de la juridiction du Nigéria et les défis associés à la ramener chez elle pour qu’elle soit jugée.

Le président a déclaré: «Il y a plusieurs cas entourant le cas de Diezani. J’ai participé à cette enquête et nous en avons fait beaucoup. Dans l’un des cas, nous avons récupéré 153 millions de dollars; nous avons obtenu la confiscation finale de plus de 80 biens au Nigéria évalués à environ 80 millions de dollars. Nous avons fait pas mal à ce sujet.

«Les autres cas liés à la corruption de 115 millions de dollars de l’INEC sont également en cours dans toute la fédération. Nous attendons avec impatience le moment où nous pourrons peut-être l’accueillir dans le pays et, bien sûr, examiner les choses et voir ce qui se passera à l’avenir. L’affaire n’a certainement pas été abandonnée.  »

Mais en réponse à une question sur la manière dont il traiterait avec de puissants représentants du gouvernement dans l’accomplissement de sa mission de président de l’EFCC, Bawa a déclaré qu’il serait prêt à quitter son poste si quelqu’un essayait de lui faire faire ce qui était illégal.

«Je ne vais pas prêter allégeance à des personnes au sein du gouvernement», a-t-il déclaré.

Bawa a souligné que même s’il était jeune; il avait payé le prix sur le travail, ayant été parmi le personnel pionnier de l’EFCC et passé par le creuset pour atteindre le sommet. «J’ai gravi les échelons. Le seul travail que je connaisse après l’obtention de mon diplôme est l’EFCC, que j’ai rejoint en 2004. J’ai gravi les échelons du statut de simple membre de l’équipe à celui de premier chef d’équipe EFCC parmi le personnel régulier de l’EFCC.

«Je suis devenu chef de section, je suis devenu chef de zone à Ibadan, chef de zone à Port Harcourt et chef de zone à Lagos. Lagos est le plus grand centre opérationnel de l’EFCC avec plus de 600 employés. Port Harcourt est à côté en termes de complexité et d’effectifs. Je suis le premier membre du personnel régulier de l’EFCC à diriger trois zones différentes avant ma nomination en tant que président.

«Les disques sont là. Et c’est un défi que je me suis lancé de faire sans peur ni faveur. C’est la vérité. Si quelqu’un vient me demander de faire quelque chose qui est contraire à ma conscience ou à ce que l’EFCC est censé accomplir, je vais démissionner », a promis Bawa.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
فيديو مؤثر... حارس مرمى دولي سابق يطلب العودة إلى الجزائر

Une vidéo touchante … un ancien gardien international demande à rentrer en Algérie

Oxy décide de ne pas vendre d'actifs algériens après la répression du gouvernement

Oxy décide de ne pas vendre d’actifs algériens après la répression du gouvernement