in

Pas de retour en arrière sur la récupération des routes de pâturage – FG

Muhammadu Buhari2

Actuexpress Le 2021-06-19 03:08:37, Pas de retour en arrière sur la récupération des routes de pâturage – FG

Okechukwu Nnodim et Jesusegun Alagbe

Publié 19 juin 2021

  • autorise l’exercice de retraçage dans les zones de non-conflit
  • Tous les pasteurs ne peuvent pas se permettre l’élevage en ranch – Ministère agricole

Malgré le tollé général contre le plan de retracer et de récupérer les routes de pâturage à travers le pays, le gouvernement fédéral ne montre aucun signe de fléchissement.

Les résultats de PUNCH de samedi ont révélé que les routes du bétail, communément appelées routes de pâturage, sont actuellement retracées et récupérées par le gouvernement fédéral pour que les éleveurs fassent paître leur bétail.

Le gouvernement fédéral a déclaré que cela visait à résoudre les affrontements entre les bergers et les agriculteurs.

Bien que certaines routes aient été empiétées en raison d’activités humaines, samedi PUNCH a découvert que le gouvernement s’était engagé dans un processus d’identification des monuments le long des routes afin de les récupérer comme lieux de pâturage du bétail.

Contrairement aux attentes de nombreux Nigérians, en particulier dans le Sud, selon lesquelles le retour des routes de pâturage et la reprise éventuelle pourraient ne pas voir le jour, des responsables du ministère fédéral de l’Agriculture et du Développement rural ont déclaré vendredi à l’un de nos correspondants que la reprise des routes irait au.

Ils ont cependant déclaré que cela se ferait principalement dans les zones de non-conflit.

Ils ont également déclaré que les routes qui avaient été empiétées en raison du développement de l’infrastructure publique pourraient être exclues de l’exercice de récupération.

La directrice par intérim du Département de l’élevage, FMARD, Winnie Lai-Solarin, a déclaré que bien que l’élevage de bétail ait été l’une des principales options envisagées pour les éleveurs, tous les éleveurs ne seraient pas en mesure de se permettre l’élevage pour le moment.

Elle a déclaré: «Il y a des routes à bétail que nous avons à travers le pays, et dans le passé, nous avions des monuments le long de ces routes à bétail, en particulier les principales routes à bétail.

« Et au cours de l’agriculture ou d’autres activités humaines le long de ces routes à bétail, les monuments ont été modifiés, mais nous savons où ils se trouvent. Nous disons donc que certains d’entre eux peuvent être retracés.

«Et cela est particulièrement vrai pour les zones qui ne sont pas empiétées pour le moment. Les pasteurs connaissent les routes, et sur certaines de ces routes, vous verrez les morceaux des monuments le long de celles-ci.

Lai-Solarin a ajouté : « Donc, pour ceux qui ne sont pas empiétés et qui ne se trouvent pas dans des zones de conflit, nous irons de l’avant pour retracer et guider les éleveurs le long d’eux. Nous ne sommes pas arrivés là où nous en sommes aujourd’hui en un jour et nous ne pouvons donc pas nous attendre à ce que chaque éleveur se mette soudainement à élever des ranchs maintenant.

« Certains devraient encore se déplacer mais gardons le mouvement aussi sûr que possible et dans des zones qui ne sont pas des zones de conflit. C’est ce que je dis. Nous n’allons pas retracer les pistes de stockage là où il y a des infrastructures qui sont pour le bien public. »

Un autre responsable du FMARD au courant de l’évolution de la situation a déclaré que le gouvernement n’était pas satisfait des meurtres associés aux affrontements entre bergers et agriculteurs.

Le fonctionnaire, qui a demandé à ne pas être nommé faute d’autorisation, a expliqué que les pistes à bétail étaient en trois classes.

La source a déclaré : « Nous devons créer des endroits sûrs où il est facile pour eux (les éleveurs) de faire paître leur bétail afin qu’ils n’aient pas besoin de se déplacer sur les routes. Nous avons des filières primaires et secondaires et dans certains cas, nous avons des filières tertiaires.

Fournissant de plus amples explications sur les trois classes de routes, le responsable a déclaré: «Les principales routes de stockage sont les principales routes qui vont du nord au sud du Sahel au marché côtier.

« Et puis, il y a certaines routes principales qui circulent entre les États depuis le Nord, tandis que d’autres fonctionnent à l’intérieur de l’État. »

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Sabo Nanono, avait annoncé jeudi que le Territoire de la capitale fédérale et 22 États s’étaient inscrits au Plan national de transformation de l’élevage dans le cadre des mesures visant à établir des réserves de pâturage dans leurs domaines.

Il a également annoncé que sept de ces États avaient affecté 400 000 hectares de terres à l’initiative, la création de réserves de pâturage étant actuellement en cours à Nasarawa, à Borno, au Niger, à Kaduna et dans d’autres États.

« Vingt-deux États et le Territoire de la capitale fédérale se sont inscrits auprès du bureau du NLTP, parmi lesquels 10 États ont créé leurs propres équipes qui ont été formées par le bureau fédéral », a déclaré Nanono.

Il a expliqué que sept des 10 États ont affecté environ 19 réserves de pâturage pour la mise en œuvre du NLTP, avec une superficie totale d’environ 400 000 hectares.

Le NLTP a été conçu par le gouvernement fédéral pour faire face à la crise persistante des agriculteurs et des éleveurs à travers le pays. Le plan a été inauguré par le vice-président Yemi Osinbajo en 2018 dans la réserve de pâturage de Gongoshi dans la zone de gouvernement local de Mayo-Belwa dans l’État d’Adamawa.

Le plan a été conçu pour se dérouler de 2019 à 2028 en tant que projet de collaboration entre les gouvernements fédéral et étatique, les agriculteurs, les éleveurs et les investisseurs privés.

En février 2021, le gouvernement fédéral a déclaré qu’il avait cartographié 30 réserves de pâturage à travers le pays pour la mise en œuvre du NLTP.

Cependant, certains États, en particulier dans le sud, avaient rejeté l’idée, affirmant qu’ils n’avaient pas de terres à donner au gouvernement fédéral pour l’initiative. Ils ont dit que toute personne qui voulait se lancer dans l’élevage devrait plutôt chercher des terres et acheter.

Mais dans une nouvelle tournure, le président, le général de division Muhammadu Buhari (ret), lors d’une récente interview avec Arise Television, a soutenu le pâturage ouvert.

Il a déclaré qu’il avait demandé au procureur général de la Fédération et ministre de la Justice, Abubakar Malami (SAN), de produire une gazette qui délimitait les routes de pâturage dans toutes les régions du pays dans la Première République.

Le président a déclaré : « Ce que j’ai fait, c’est lui demander (Malami) d’aller creuser la gazette de la Première République alors que les gens obéissaient aux lois.

« Il y avait des routes pour le bétail et des zones de pâturage. Les routes du bétail étaient destinées au moment où ils (les bergers) se déplaçaient vers l’intérieur du pays, du nord au sud ou d’est en ouest. Ils devaient passer par là.

La déclaration du président faisait suite aux récentes critiques de Malami contre les gouverneurs du Sud pour avoir interdit le pâturage ouvert, affirmant que leur action revenait à interdire la vente de pièces de rechange dans le Nord.

Cependant, plusieurs États et institutions du Sud, comme l’Association du barreau nigérian et le Forum du delta du Pan-Niger, ont reproché au président de faire revivre les anciennes routes de pâturage.

Par exemple, des États comme Ondo, Delta, Cross River, Enugu, Benue, Akwa Ibom et Oyo ont déclaré qu’il n’existait pas de gazette qui délimitait les routes de pâturage pour le bétail à travers le pays.

Les gouvernements des États ont également insisté sur l’interdiction des pâturages ouverts malgré l’opposition du président.

En outre, le président de la commission sénatoriale des médias et des affaires publiques, le sénateur Ajibola Basiru, a insisté sur le fait qu’il n’y avait aucune loi sur les routes de pâturage dans aucune partie du Nigeria.

Au contraire, le législateur a déclaré que la loi sur les réserves de pâturage, reconnue comme loi d’État dans la Constitution de 1999, criminalisait en fait le pâturage ouvert.

Le sénateur du district sénatorial central d’Osun, titulaire d’un doctorat en droit de la propriété, a donné des éclaircissements dans une déclaration personnellement signée par lui et intitulée « Aucune loi sur les routes de pâturage au Nigeria : soit au nord, soit au sud ».

Il a souligné que les pratiques d’élevage modernes restaient la panacée aux affrontements entre éleveurs et agriculteurs au Nigeria.

Basiru a déclaré : « Les lois sur les réserves de pâturage dans certains États créés à partir de l’ancienne région du nord du Nigéria sont considérées comme des lois d’État par la section 318 de la Constitution de 1999 (telle que modifiée).

«Ils ont été adoptés à partir de la loi sur les réserves de pâturage de la région nord du Nigéria (loi NN de 1965), y compris les lois CAP 3 de l’État de Kwara, les lois CAP 56 de l’État de Bauchi et les lois CAP 55 de l’État de Katsina.

« Sur le cas de ces lois, il a été expressément indiqué qu’elles avaient été adoptées à partir des lois du nord du Nigéria de 1965. Il n’y a aucune disposition pour les routes de pâturage comme cela est prétendu. »

Basiru a insisté sur le fait qu’il n’y avait jamais eu de législation fédérale sur les réserves de pâturage et/ou les routes de pâturage au Nigeria, et les lois de la région du nord n’étaient pas applicables partout au Nigeria. Il a dit que par les dispositions constitutionnelles actuelles, une telle loi ne pouvait pas être de la compétence de l’Assemblée nationale.

« Cependant, ce qu’est une « route commerciale » n’a pas été défini dans la loi et il n’y a aucune autre référence au terme « route commerciale » dans la loi. En vertu de ces lois, les animaux ne sont autorisés à paître que dans la réserve de pâturage ou la « route commerciale » », a ajouté le porte-parole du Sénat.

Seuls quatre États prêts pour l’élevage en ranch –FG

Pendant ce temps, sur les plus de 20 États qui ont donné leur accord au Plan national de transformation de l’élevage, le gouvernement fédéral affirme que seuls quatre sont prêts pour le lancement du programme. Ce sont les États de Nasarawa, Plateau, Adamawa et Kaduna.

L’assistant spécial principal du président chargé de l’agriculture, le Dr Andrew Kwasari, a déclaré avant la fin juin que les quatre États recevraient un financement de contrepartie du gouvernement fédéral de 51 pour cent.

« Nous finalisons les processus dans les quatre États qui sont prêts – Nasarawa, Plateau, Adamawa et Kaduna. Le gouvernement fédéral y travaille donc. Je suis sûr que d’ici la fin du mois, ils l’auront (financement de contrepartie) », a déclaré Kwasari samedi à PUNCH.

Il a déclaré que les États prêts à mettre en œuvre le NLTP recevraient un financement de 49 pour cent du gouvernement fédéral.

Il a déclaré : « Le gouvernement fédéral s’efforce de soutenir les États et les individus dans la mise en œuvre du NLTP, qui a été approuvé par le Conseil national de l’agriculture en collaboration avec le Conseil économique national. Il s’agit essentiellement de former les pasteurs aux compétences techniques dont ils ont besoin pour gérer des ranchs. C’est ce sur quoi nous travaillons.

«Le gouvernement fédéral fournit un financement à 49%, ce qui représente environ 100 milliards de nairas. Les 51 pour cent restants du financement proviendront du secteur privé et des partenaires au développement.

Lorsqu’on lui a demandé si le gouvernement fédéral contactait des organisations de développement comme la Banque africaine de développement et la Banque mondiale pour soutenir le projet NLTP, Kwasari a répondu par l’affirmative.

« Ils sont tous les bienvenus. Dans l’État de Nasarawa, nous avons déjà obtenu une subvention de 400 000 € (195 millions de N) des Pays-Bas. Le gouvernement fédéral tend la main aux partenaires multilatéraux et bilatéraux afin de ne négliger aucun effort pour s’assurer que nous comblons le déficit de financement. Compte tenu de la situation de la crise pétrolière et d’autres, des organisations comme la Banque mondiale et la BAD sont les bienvenues », a-t-il déclaré.

Copyright PUNCH.

Tous les droits sont réservés. Ce matériel et tout autre contenu numérique de ce site Web ne peuvent être reproduits, publiés, diffusés, réécrits ou redistribués en tout ou en partie sans l’autorisation écrite expresse préalable de PUNCH.

Contacter: [email protected]

What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Algérie..L'ancien ministre emprisonné pour corruption

Algérie..L’ancien ministre emprisonné pour corruption

L'Algérie établit un nouveau record africain en match amical contre la Tunisie

L’Algérie établit un nouveau record africain en match amical contre la Tunisie