in

Pauvre Hadiza Bala Usman, obligée de grandir trop vite

Pauvre Hadiza Bala Usman, obligée de grandir trop vite

Actuexpress.net Le 2021-05-10 04:08:37, Pauvre Hadiza Bala Usman, obligée de grandir trop vite

Par Owei Lakemfa

HADIZA Bala Usman, politicien et activiste social, était jusqu’au jeudi 6 mai dernier, le directeur général de la Nigerian Ports Authority, NPA. Mais ce jour-là, le président Muhammadu Buhari l’a arrachée et a ordonné une enquête sur sa gestion au sein de l’agence. Comme dans presque tous ces cas, le rapport d’enquête ne verra peut-être jamais le jour. Habituellement, de telles enquêtes visent à garder le fonctionnaire concerné silencieux pendant que le rapport sera conservé à portée de main, au cas où il serait nécessaire de s’adresser à ces fonctionnaires. Dans le système nigérian chien-mangeur-chien, le père peut dévorer la fille et la vie continuera tout simplement.

Cependant, je suis plus enclin à sympathiser avec elle parce que, selon mon analyse, elle a été construite pour échouer; le travail qui lui était confié était technique et non politique.

Le mandat de la NPA est de développer, de posséder et d’exploiter des ports et des havres, de fournir un chenal sûr et navigable, d’offrir des services de manutention et d’entreposage du fret, d’entretenir les installations et l’équipement portuaires, d’assurer la sûreté et la sécurité et de développer et de posséder des biens. L’agence est directement impliquée ou supervise la manutention, l’acconage, l’entreposage et la livraison de la cargaison, l’acquisition de matériel de manutention et d’exploitation du fret, le développement et l’entretien de la superstructure des ports, le maintien de la sûreté et de la sécurité dans le terminal, le remorquage, l’amarrage, l’avitaillement, armement de navires et réparation de navires. Ce sont des emplois techniques de base, pas des emplois pour les garçons ou les filles.

Pour diriger une telle organisation technique de poulpe, Usman est venu avec un premier diplôme en administration des affaires et un deuxième en études du développement. Son expérience de travail était principalement dans les organisations non gouvernementales, les ONG, dans le monde. Elle a commencé à travailler en 1999 en tant qu’assistante de recherche au Centre de formation au développement démocratique et à la recherche établi par son père, le professeur Bala Usman.

Puis en tant que responsable des entreprises au Bureau des entreprises publiques de juillet 2000 à août 2004. D’octobre 2004 à janvier 2008, elle a été assistante spéciale, mise en œuvre de projets auprès du ministre fédéral de la capitale, et de 2011 à juillet 2015, directrice de la stratégie de la ONG, Good Governance Group for Nigeria lorsqu’elle a été nommée chef de cabinet du gouverneur de l’État de Kaduna. L’année suivante, elle a reçu le poste de NPA.

Ainsi, sans connaissances ou compétences techniques requises et expérience managériale insuffisante, elle a été placée au sommet du NPA et obligée de diriger l’agence avant même d’apprendre à crawler. C’était comme placer la tête d’un éléphant sur la tête d’un enfant pour la porter. C’est ce que l’administration Buhari a fait au pauvre Hadiza.

Compte tenu des circonstances et de l’état d’esprit, sa performance était forcément controversée. Pour moi, ses démarches et décisions les plus controversées évoluent autour d’un différend entre une entreprise autochtone et un entrepreneur étranger qui avait conclu un partenariat sur un projet.

Le gouvernement fédéral avait loué en 2006 un terrain en zone franche à la société. Mais l’entrepreneur avait en 2017 approché le NPA pour des accords directs, contournant ainsi l’entreprise nigériane. Cependant, le NPA d’Usman, dans une lettre du 6 novembre 2017, a conseillé aux étrangers de faire passer leurs demandes par l’intermédiaire de la société nigériane qui détenait le bail foncier.

Le 26 novembre 2018, le président Buhari a approuvé un nouveau bail présidentiel de 25 ans du terrain à la société nigériane. Cela a été transmis à l’entreprise par le ministère des Transports, tandis que le NPA sous Usman a mis en œuvre l’approbation présidentielle en acceptant la lettre de consentement de la société nigériane et en recevant ses paiements de location pour les années 2018-2020 pour lesquelles il a émis des reçus.

Mais dans une étrange tournure, la direction d’Usman NPA le 14 novembre 2019, sans donner à la société nigériane aucune audition ni préavis, a taillé 11,2426 hectares de terrain loué et l’a remis aux entrepreneurs étrangers.

Lorsque la société a protesté et souligné que les actions du NPA revenaient à annuler une décision présidentielle, l’administration Usman a commencé à donner des excuses pour ses actions illégales. Premièrement, il a affirmé que la société avait sous-loué cette partie du terrain sans autorisation. Mais l’entreprise a démenti cela en produisant l’autorisation que le NPA lui avait donnée cinq ans plus tôt.

Ensuite, il a changé de vitesse en affirmant que la société nigériane n’avait pas transmis le contrat de sous-location à temps. Encore une fois, la société a percé cette affirmation.

Ensuite, la direction d’Usman a accusé l’entreprise de sous-louer le terrain à un taux plus élevé que celui qu’elle paie à NPA. La réponse de la société a été que, premièrement, il n’y a pas de contrôle ni de plafond des loyers. Deuxièmement, qu’il avait développé le terrain loué avec plus de 100 millions de dollars, y compris un prêt de 25 millions de dollars de la Bank of Industry, un prêt de 6,09 milliards de nairas de la Banque centrale et un prêt de 25 millions de dollars garanti par le Nigeria Local Content Development and Monitoring Board, NCDMB. Ainsi, il ne peut pas sous-louer un terrain aménagé au même taux qu’il paie le NPA pour un terrain marécageux.

La société nigériane a également affirmé que l’entrepreneur étranger avait manipulé des documents conduisant à la réduction de son ratio partagé de 80:20 pour cent au départ à 30:70 pour cent en faveur de l’entrepreneur.

L’entrepreneur a utilisé les documents de bail que la NPA lui avait donnés pour demander à la Nigeria Export Processing Zones Authority, NEPZA, d’obtenir le statut de zone franche. Mais ce dernier l’a rejetée au motif que la société avait besoin de l’approbation présidentielle et que, d’après ses registres, le terrain en question appartenait à la société nigériane.

La société a adressé une pétition au gouvernement fédéral et le ministère de la Justice est intervenu dans l’affaire. L’entrepreneur étranger a accepté de se soumettre à l’arbitrage du ministère. Le ministère ayant entendu toutes les parties et consulté des organismes tels que la Nigeria National Petroleum Corporation, NEPZA, NCDMB, le ministère des Douanes et de l’Industrie et du Commerce, le 30 janvier 2020, a publié ses conclusions de 14 pages signées personnellement par le procureur général de la Fédération. et Ministre de la justice Abubakar Malami, SAN.

Le ministère a estimé que les «actions du NPA équivalaient à une tentative de renverser unilatéralement les actions de 2018 de M. le Président (que) NPA n’avait pas respecté la loi et une procédure régulière…»

Les résultats ont également montré que la NPA avait violé les droits de locataire de la société autochtone et a travaillé avec l’entrepreneur étranger «pour tenter d’usurper» le bail et les investissements de la société en faveur de l’entrepreneur étranger.

Le ministère de la Justice a également dirigé le rétablissement du ratio de participation de 80:20 pour cent du projet en faveur de l’entreprise locale car un soi-disant accord ne peut pas être utilisé pour modifier une loi en vigueur.

Mais Usman a estimé qu’elle était l’autorité au NPA, qu’elle était intouchable et qu’elle ne respecterait ni les conclusions du ministère ni les lois du pays.

Tout en ayant un bon pedigree en tant que fille du combattant obstiné, le professeur Bala Usman, qui était un mentor pour beaucoup d’entre nous, Hadiza Bala Usman est le symbole de certaines des choses qui ne vont pas avec le Nigéria et des raisons pour lesquelles nous ne nous développons pas.

Vanguard News Nigeria

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Une balle dans le cou ... une lettre menaçant de tuer un journaliste français d'origine algérienne  le monde

Une balle dans le cou … une lettre menaçant de tuer un journaliste français d’origine algérienne le monde

L'Algérie va interdire les manifestations non autorisées |  Actualités des protestations

L’Algérie va interdire les manifestations non autorisées | Actualités des protestations