in

Rassemblement de la nation Yoruba à Lagos : la police a tué ma fille, je veux que justice soit faite, dit la mère d’une fille tuée

police killed daughter

Actuexpress Le 2021-07-05 05:10:11, Rassemblement de la nation Yoruba à Lagos : la police a tué ma fille, je veux que justice soit faite, dit la mère d’une fille tuée

Oluwatosin Omojuyigbe, Deji Lambo et Victor Ayeni

Publié 5 juillet 2021

La mère de Jumoke Oyeleke, la vendeuse qui aurait été tuée par une balle perdue lors du rassemblement de la nation Yoruba à Lagos samedi, a demandé justice pour sa fille.

Les agitateurs de la nation Yoruba se sont rassemblés samedi au parc Gani Fawehinmi dans la région d’Ojota au milieu d’une forte présence de policiers et de soldats armés.

Certains des membres auraient tiré des coups de feu, des grenades lacrymogènes et de l’eau à canon pour disperser les manifestants et les journalistes peu de temps après le décollage du rassemblement.

Jumoke exposait des boissons dans la boutique de son patron dans un complexe proche du terrain de rassemblement lorsque des agents de sécurité ont poursuivi des agitateurs sur les lieux au milieu des fusillades.

Elle aurait été touchée par une balle perdue, qui lui a transpercé le ventre et laissé un trou profond.

Son cadavre a ensuite été emmené dans un fourgon de police.

PUNCH Metro a appris que la victime avait 25 ans et non 14, comme cela a été largement rapporté.

Lors d’une visite à la maison de ses parents dimanche, la mère, Ifeoluwa, a déclaré que la police a menacé de lui tirer dessus lorsqu’elle a exigé le cadavre de sa fille.

Elle a déclaré : « Je n’étais pas à la maison lorsque l’incident s’est produit hier (samedi). Je suis allé travailler à Ikeja et j’ai été appelé pour commencer à rentrer à la maison. Quand je suis rentré chez moi, on m’a dit que les balles tirées par la police avaient tué ma fille.

« Nous sommes immédiatement allés au commandement de la police de la zone H à Ogudu et ils ont commencé à nous menacer que si nous restions longtemps à leur entrée, ils nous tireraient dessus. C’est lorsqu’ils ont vu que nous ne reculerions pas qu’ils ont invité mes frères à l’intérieur. Je n’ai pas vu son cadavre depuis hier. La police de la zone H a dit que ce n’était pas sous leur garde, que nous devrions aller dans d’autres postes pour vérifier.

« Je veux que la police libère le cadavre pour l’enterrement parce que nous ne savons pas où ils l’ont déposée. La police devrait dire la vérité car elle a été tuée par balle. La police a menti qu’il s’agissait d’un cadavre abandonné ; nous avons tous les deux quitté la maison vers 7h30 hier vers nos différentes destinations.

« Jumoke est mon premier enfant et c’était une enfant en très bonne santé et bonne ; une fille très travailleuse qui ne se plaindra pas si vous lui demandez de faire quoi que ce soit. Elle a dit qu’elle voulait économiser de l’argent sur le travail qu’elle faisait pour pouvoir posséder son magasin et devenir une meilleure personne dans la vie, mais ce rêve a été écourté maintenant.

« Je veux que le gouvernement de l’État se batte pour moi et m’aide autant qu’il peut. Cela n’a pas été facile depuis hier ; cela m’a affecté à tous points de vue car c’est elle qui aide à prendre soin de ses frères et sœurs.

L’oncle de Jumoke, Wasiu Afolabi, a déclaré à PUNCH Metro que la famille avait été informée de l’incident via les réseaux sociaux.

Il a dit : « Quand nous sommes arrivés au poste de police, ils ne nous ont pas permis d’entrer jusqu’à ce que nous commencions à crier, puis ils ont permis à deux personnes d’entrer. Lorsque nous sommes entrés, nous avons rencontré le DCO et il a dit qu’il n’était pas là lorsque l’incident s’est produit, mais nous a demandé d’aller au comptoir pour déposer nos informations et qu’ils nous recontacteraient. Mais mes plus jeunes ne l’avaient pas du tout, alors le commandant de zone a demandé à nous voir et quand nous sommes entrés, il a sympathisé avec nous et a dit qu’il avait entendu que la balle de la police avait touché la fille.

« Il nous a demandé d’être patients pour que la police puisse retirer la balle dans son corps et la tester pour savoir si elle provenait de leur poste ou d’autres postes et il a recueilli nos coordonnées et a dit qu’il nous recontacterait. Environ 30 minutes plus tard, lorsque nous sommes rentrés chez nous, le commandant de zone et le DPD sont venus rendre visite à la mère de la victime.

« Ce que nous avons entendu maintenant, c’est que la police dit que ce n’est pas une balle qui l’a tuée, mais qu’elle a été poignardée. La femme qu’ils couraient ensemble a confirmé qu’elle était à côté d’elle lorsque la balle l’a transpercée et qu’elle est tombée au sol. Nous voulons la justice.

Un témoin, Ibrahim Taofeek, qui a qualifié l’incident de tragique, a déclaré que la police avait pourchassé certains des manifestants dans l’enceinte où le défunt est décédé.

Il a dit : « Moi et une dame dormions sur une chaise vers 11 h 30 pendant que la fille qui a été assassinée préparait ses yaourts là-bas. Lorsque la police a commencé à tirer des gaz lacrymogènes et des balles en l’air, de nombreuses personnes se sont précipitées dans l’enceinte.

«Ce sont les coups de feu que la dame a entendus qui l’ont fait courir à l’intérieur avec d’autres. Je n’étais pas sûr de ce qui se passait, alors j’ai un peu hésité. Mais quand j’ai vu que tout le monde fuyait, j’ai aussi quitté les lieux et j’ai couru à l’intérieur.

« Quand je suis entré dans l’enceinte, je l’ai trouvée allongée sur le sol. J’ai d’abord pensé qu’elle était tombée pendant que nous fuyions, alors j’ai continué à courir. C’est en chemin que j’ai rencontré un garçon qui s’enfuyait aussi avec nous qui m’a dit que la police avait tiré sur la dame qui était dans la maison.

« Alors que nous revenions pour la contrôler, nous avons vu des gens courir vers nous, disant que la police revenait sur les lieux, alors nous nous sommes à nouveau enfuis. C’est lorsque le pandémonium s’est installé que nous avons réalisé que c’était cette dame qui avait été abattue. C’est alors que nous avons emporté son corps à l’extérieur et que la police a emporté le cadavre.

Un autre habitant, qui s’est simplement identifié comme Tanitolorun, a déclaré que la balle avait transpercé la défunte par le dos et était sortie de sa poitrine.

« Lorsque nous avons soulevé son corps, nous avons vu un impact de balle dans son dos. La balle est entrée par son dos et est sortie de sa poitrine, près de son cœur », a-t-il ajouté.

Le procureur général et commissaire à la justice de l’État de Lagos, Moyosore Onigbanjo (SAN), dans un communiqué publié dimanche, a déclaré que le gouverneur de l’État, M. Babajide Sanwo-Olu, avait ordonné une enquête sur le décès.

« L’État assure au public que tout sera fait pour que la cause du décès soit connue. Les conclusions de cette enquête seront rendues publiques en temps voulu et des sanctions appropriées seront infligées à toute personne reconnue coupable », ajoute le communiqué.

Pendant ce temps, le commissaire de police de l’État, Hakeem Odumosu, a fait défiler 49 suspects qui auraient participé à la manifestation, dont un chef Ogboni, Tajudeen Bakare, et un avocat, Olanrewaju Agbeniyi.

Lors d’un briefing avec la presse dimanche au siège du commandement à Ikeja, le chef de la police a déclaré que des « renseignements défavorables » avaient incité le gouvernement de l’État et la police à s’opposer à la manifestation.

Il a noté que Lagos ne s’était pas encore remis des destructions qui accompagnaient les manifestations #EndSARS dans l’État, ajoutant que le rassemblement de la nation Yoruba avait été interrompu en raison de menaces pour la sécurité.

Odumosu a déclaré : « Les suspects arrêtés comprenaient Bamidele Akomolafe, 52 ans ; Dauda Abubakar, 25 ans ; un Adebanjo, 42 ans ; Hakeem, 21 ans ; Abdulsemiu Akanbi, et 44 autres personnes. Les objets récupérés comprenaient une voiture OPEL, avec une plaque d’immatriculation FFF 921 RI, un Toyota RAV 4 non immatriculé, une voiture Honda Accord, un Nissan Pathfinder, deux minibus Suzuki, une couronne, un bâton de marche, une boîte blanche contenant des breloques assorties, quelques Drapeaux et bannières de la nation Oodua, casquettes et vêtements avec quelques inscriptions Oodua, et avec les forces armées Oodua, entre autres.

S’adressant à PUNCH Metro, Bakare a déclaré qu’il revenait du culte lorsque la police l’a abordé, lui et ses membres, ajoutant qu’ils ne faisaient pas partie des manifestants.

Il a dit : « Je suis Tajudeen Bakare, le roi des Ogboni à Lagos et j’ai mes membres. Chaque premier vendredi est jour de culte pour nous. Il commence à 23h et se termine vers 5h du matin. Je suis le propriétaire de la Jeep et mes membres étaient également dans la voiture.

« Mais parce que nous travaillions de nuit, nous ne pouvions pas rentrer à la maison. Donc, nous avons dû dormir jusqu’à 10h30, quand nous sommes partis pour Ikorodu. Nous étions en route lorsque quelqu’un a appelé pour dire que mon argent était disponible et m’a dit de venir à 7up pour le récupérer. Mais alors que nous revenions et descendions du pont pour relier la route d’Ikorodu, la police nous a arrêtés.

« Le premier groupe de policiers qui nous a arrêtés a vérifié mon véhicule et nous a dit d’y aller, mais c’était malheureux lorsque le deuxième groupe de policiers nous a arrêtés et après avoir vérifié mon véhicule, a dit que nous ne pouvions pas y aller. En tant que roi, j’ai ma couronne dans la voiture ; mon Yeyelufe, Abiodun Taiwo et Taiyese étaient également avec moi. Nous n’allions pas au rallye ; nous venions d’où nous allions adorer.

Un autre suspect, Agbeniyi, a déclaré : « Je suis juriste et membre de la branche NBA de Lagos. Mon ami et moi avons convenu de nous rencontrer à Ketu pour que nous puissions de là aller à Ikorodu, mais des hommes de la Rapid Response Squad nous ont arrêtés et après nous avoir fouillés, l’officier a dit que nous pouvions y aller.

« Mais l’un d’eux a insisté sur le fait que nous ne pouvions pas y aller car si un pécheur souffre, les justes souffriront aussi et c’est ainsi que nous avons été arrêtés. La police a récupéré mon téléphone et je n’ai pas pu communiquer avec ma famille.

Copyright PUNCH.

Tous les droits sont réservés. Ce matériel et tout autre contenu numérique de ce site Web ne peuvent être reproduits, publiés, diffusés, réécrits ou redistribués en tout ou en partie sans l’autorisation écrite expresse préalable de PUNCH.

Contacter: [email protected]

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
L'Olympique Médéa renverse l'ES Sétif et enflamme la course en tête du championnat algérien

L’Olympique Médéa renverse l’ES Sétif et enflamme la course en tête du championnat algérien

Lettre d'Afrique : Déplorer la fermeture de la frontière algéro-marocaine - BBC News

Lettre d’Afrique : Déplorer la fermeture de la frontière algéro-marocaine – BBC News