in

République d’Oduduwa: rien ne peut empêcher Yoruba de sortir du Nigeria – Pastor Giwa

République d'Oduduwa: rien ne peut empêcher Yoruba de sortir du Nigeria - Pastor Giwa

Actuexpress Le 2021-03-22 16:22:30, République d’Oduduwa: rien ne peut empêcher Yoruba de sortir du Nigeria – Pastor Giwa

Les Nigérians sont sortis pour exprimer des points de vue divergents sur les agitations d’un groupe, la République d’Oduduwa, qui a récemment introduit une monnaie connue sous le nom de Fadaka.

Leurs vues ont également été étendues à certaines personnes qui demandent également à la nation Yoruba de faire sécession de la République fédérale du Nigéria.

Ceux qui ont parlé à DAILY POST ont avancé diverses raisons pour leur condamnation et leur soutien.

Agboola Murtala, un commentateur des médias a déclaré qu’il ne voyait pas la création de la République d’Oduduwa comme une solution aux problèmes actuels.

Il a expliqué qu’en l’état actuel des choses, les Egbas et, dans une certaine mesure, les Ijebus sont les groupes dominants au sein de la nation Yoruba.

Selon lui, «Tous les dirigeants nationaux yoruba, le chef Obafemi Awolowo, le président Olusegun Obasanjo, le chef Ernest Shonekan, le lieutenant général Oladapo Diya, Sir Adetokunbo Ademola, le professeur Wole Soyinka et d’autres sont de l’État d’Ogun.

«Il y a des défis auxquels les Yorubas ont contribué. Le soutien des Yoruba a installé ce gouvernement national même si les partisans ont été court-circuités. Nous avons de véritables raisons de lutter mais pas pour la création d’un État. Le Nigéria peut être mieux si nous nous asseyons et résolvons nos problèmes. Nos politiciens sont notre problème parce qu’ils sont égoïstes et égocentriques. Quant à la nouvelle monnaie, je n’en sais rien. Est-ce dans la République d’Oduduwa proposée ou au Nigéria? »

Ancien président d’Osun, Union nigériane des journalistes (NUJ), Seun Adeoye a affirmé que «les nations sortiront toujours des nations. Au cas où ceux qui agitent pour la République d’Oduduwa le feraient, je peux vous assurer que dans des années après, d’autres en viendront à exiger son indépendance. Il peut s’agir des républiques Ekiti, Ijesa, Ijebu, Oyo, Ibadan ou Ketu.

«Alors, est-ce que je soutiendrai la République d’Oduduwa ou pas? J’ai toujours été l’agitateur d’un Nigéria. Mais la situation actuelle dans ce pays ouvre la voie à une nouvelle réflexion. Ce que je sais que nous nous trompons, c’est le leadership. Pourquoi n’y a-t-il pas eu un tel mouvement pendant l’administration du président Olusegun Obasanjo? C’est parce que tout le monde se sent en sécurité et que ses intérêts sont pris en compte. Mais Buhari a fait sauter tous les gains de la nationalité construite par les administrations passées grâce à ses inclinations népotistes. Il a tué le Nigéria et il doit être blâmé pour tout ce qui se passe actuellement.

Ibrahim Quadri a conseillé aux partisans de la République d’Oduduwa de faire preuve de prudence en ajoutant que la prétendue monnaie diffusée sur les réseaux sociaux est un affront contre la Constitution de 1999 de la République fédérale du Nigéria.

Il a exhorté les leaders de la pensée du pays Yoruba à rappeler à l’ordre les agitateurs, notant que les événements actuels dans le pays sont un défi pour chaque citoyen et doivent être abordés collectivement.

«Il y a un besoin urgent pour le gouvernement fédéral de convoquer une conférence nationale afin qu’une constitution viable puisse être promulguée pour répondre aux intérêts de chaque zone géopolitique du pays.

«Il est consternant que les gouvernements successifs du Nigéria n’aient pas cédé aux appels à la restructuration du pays. Cet échec a exacerbé les luttes sécessionnistes notamment dans le sud du pays. S’asseoir à une table ronde pour trouver une issue à une coexistence assurée et apaisante entre les nationalités ethniques devrait être primordial pour l’administration Buhari », a-t-il ajouté.

Un militant des droits de l’homme, Waheed Lawal a déclaré en tant que Nigérian, il ne croit pas à l’agenda de la République d’Oduduwa ou à tout ce qui a à voir avec l’éclatement du Nigéria.

Lawal a souligné que le Nigéria est un pays régi par des lois et que rien ne doit être fait qui soit contraire à ces lois.

Ismahil Tiamiyu a exprimé les mêmes points de vue en insistant sur le fait que la République d’Oduduwa est vraiment inutile pour le moment.

Il a rappelé aux Yorubas que l’agenda sécessionniste actuel ressemblait à l’agitation pour le Biafra et à son origine.

Citant le Soudan du Sud comme exemple d’une tentative infructueuse d’échappée, il a soutenu qu’aucun pays ne se séparait facilement, ajoutant que le Biafra et le Soudan du Sud restaient un rêve.

Sur la question de la monnaie Fadaka, il a expliqué que c’était une blague qui avait été poussée trop loin.

Un autre répondant, Steven Olagundoye, est d’avis qu’il s’agit d’un délit de trahison et d’un mirage qui ne verra jamais le jour.

Selon lui, «cela ne peut rester que sur les réseaux sociaux. Quiconque déclare cela en public, j’en suis sûr, serait dûment poursuivi par le gouvernement fédéral.

«Le Nigéria est une nation multiethnique, constituée par la loi et une Constitution, et nous devons continuer à cohabiter en tant qu’entité nationale. Je ne pense pas que la sécession serait réaliste au XXIe siècle. Cela ne ferait que déboucher sur une autre guerre civile; pire que «Biafra». »

Il a proposé une restructuration du pays que les Nigérians réclament depuis des années.

Adewuyi Arowoogun, un autre répondant, a déclaré que l’octroi de la République Yorubas Oduduwa dans ce gouvernement actuel est une impossibilité.

Tout en sollicitant le contrôle des ressources comme moyen de faire avancer le pays, il a attribué l’agitation actuelle pour la République d’Oduduwa aux retombées de la frustration provoquée par un échec de la gouvernance au sommet.

En exprimant son soutien à une échappée Yoruba, James Oloyede, un expert en nutrition a noté qu’il était pour cela dans la mesure où il s’agit d’une échappée négociée qui a passé par un référendum valide.

Oloyede a déclaré qu’il était également favorable à l’adoption d’une nouvelle monnaie pour accompagner la nouvelle nation.

Ayo Ologun a révélé qu’il était en faveur de la cessation, quel que soit son nom, à condition que cela se fasse selon le processus prescrit par la loi comme acceptable par la norme internationale.

Selon ses mots, «Un peuple mérite de décider comment et avec qui il veut vivre sans contrainte. Personne n’a le droit de rassembler des gens qui ne veulent pas être ensemble. Une telle réalisation de soi et une telle déclaration doivent être dirigées par des personnes de caractère impeccable et de leadership accepté. »

Il a cependant condamné l’adoption d’une nouvelle monnaie au motif qu’il était erroné d’en introduire une alors qu’un pays n’a pas encore vu le jour.

Oluwadare Adewumi en soutenant l’appel pour la République d’Oduduwa a révélé que la région du Sud-Ouest a toujours été le pionnier en termes de développement au Nigéria.

Pour lui, «La République d’Oduduwa est donc un bon pas dans la bonne direction. Le développement est plus rapide avec moins de population et moins de conflits tribaux. Je sais qu’avec le temps, d’autres régions aussi se sépareront du mariage forcé avec le Nigéria.
Compte tenu de la dispense actuelle, d’une bonne constitution et de dirigeants craignant Dieu, le Nigéria ira mieux en 2091. Sommes-nous prêts à attendre aussi longtemps? »

What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
La France va déclassifier plus tôt les fichiers de guerre d'Algérie, selon le palais de l'Elysée

La France va déclassifier plus tôt les fichiers de guerre d’Algérie, selon le palais de l’Elysée

Fête de la Tunisie et hostilité à l'État-nation |  Chérie noire

Fête de la Tunisie et hostilité à l’État-nation | Chérie noire