in

Sept tués, la femme d’Igboho enlevée lors d’une attaque contre la maison d’un militant yoruba, déclare le professeur Akintoye

Sept tués, la femme d'Igboho enlevée lors d'une attaque contre la maison d'un militant yoruba, déclare le professeur Akintoye

Rédaction Le 2021-07-01 12:17:46, Sept tués, la femme d’Igboho enlevée lors d’une attaque contre la maison d’un militant yoruba, déclare le professeur Akintoye

Pr Banji Akintoye

Par Kemi Olaitan

Le chef de l’Umbrella Body of Yoruba Self-Determination Groups, Ilana Omo Oodua (IOO), le professeur Banji Akintoye, a réagi à l’invasion de la résidence d’Ibadan du militant de la nation Yoruba, le chef Sunday Adeyemo (alias Sunday Igboho), au début heures du jeudi.

Akintoye, dans une déclaration qu’il a personnellement signée et mise à la disposition de THISDAY par son directeur des communications, M. Maxwell Adeleye, a allégué que l’attaque avait été menée par des éléments de l’armée nigériane qui étaient accompagnés de terroristes internationaux engagés par l’État nigérian.

Il a également allégué que les assaillants étaient tous vêtus d’uniformes militaires et parlaient couramment le français.

Il a ajouté que les hommes armés avaient tué sept occupants de l’immeuble et emmené la femme d’Igboho et plusieurs autres.

La déclaration disait: «Il s’agit d’une réponse d’urgence à une question d’urgence par Ilana Omo Oodua. Vers 1 heure du matin aujourd’hui jeudi 1er juillet 2021, l’Ibadan, résidence d’État d’Oyo de l’un des hommes de premier plan dans notre lutte pour l’autodétermination en terre yoruba, le chef Sunday Adeyemo affectueusement appelé Sunday Igboho a malheureusement été attaqué par des hommes armés.

« Je veux dire au monde entier que l’attaque a été menée par des éléments de l’armée nigériane qui étaient accompagnés de terroristes internationaux engagés par l’État nigérian.

« Les agresseurs parlaient couramment le français. Sept personnes ont été tuées par les assaillants et leurs cadavres ont été emportés. Des dizaines de personnes, dont l’épouse du chef Ighoho, ont également été emmenées par les hommes armés.

« Permettez-moi de déclarer sans aucune crainte ni intimidation que l’administration dirigée par Muhammadu Buhari était responsable de la guerre qui vient d’être déclarée contre le peuple épris de paix du pays Yoruba.

« Nous sommes pacifiques depuis le début de cette lutte. Nous avons adhéré aux lois nigérianes et internationales guidant l’agitation pour l’autodétermination.

« Toutes nos agitations ont été exécutées de manière pacifique, ordonnée et légalement. Nous avons maintes fois félicité les officiers de la police nigériane d’avoir fait preuve de professionnalisme dans leur mode de fonctionnement dans le cadre de nos manifestations et rassemblements pour l’autodétermination dans les villes yoruba.

« Par conséquent, je dis au nom du peuple Yoruba que cette attaque contre la maison du chef Ighoho était inutile, malheureuse, méchante, insensible, cruelle, irresponsable, illégale et atroce.

« Nous tenons l’administration dirigée par Muhammadu Buhari pour responsable de cette attaque barbare. C’est une déclaration de guerre contre les peuples épris de paix.

« J’appelle notre peuple chez nous et dans la diaspora à commencer immédiatement des manifestations de masse devant les palais en terre yoruba et en face des bureaux des Nations Unies, de l’Union européenne, des gouvernements britannique, français et américain.

« Nous voulons confirmer à nouveau que le rassemblement de la nation pro-yoruba prévu le samedi 3 juillet à Lagos se déroulera comme prévu. »

Comme ça:

J’aime le chargement…

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
L'Azerbaïdjan et l'Algérie envisagent d'augmenter leurs exportations et leur potentiel d'investisse...

L’Azerbaïdjan et l’Algérie envisagent d’augmenter leurs exportations et leur potentiel d’investisse…

Corona continue de semer la confusion dans les festivals tunisiens |  Khaled Hadawi

Corona continue de semer la confusion dans les festivals tunisiens | Khaled Hadawi