in

Suspension et problèmes de Twitter

Suspension et problèmes de Twitter

Actuexpress.net Le 2021-06-14 02:24:57, Suspension et problèmes de Twitter

L’espace médiatique s’est emballé récemment lorsque le gouvernement fédéral a interdit le site de micro-blogging Twitter dans le pays.
Nous rappelons que Twitter avait récemment supprimé le tweet du président Muhammadu Buhari sur sa plateforme au motif qu’il violait certaines de ses règles. Le gouvernement a à son tour accusé la plate-forme de partialité et d’insensibilité à la situation sécuritaire dans le pays ainsi que de se permettre d’être utilisée de manière à compromettre la sécurité nationale.

Ce journal ne se joindra pas à condamner le tweet du président sans regarder le contexte dans lequel il s’est exprimé.
Malheureusement, récemment, il y a eu une recrudescence des attaques contre des postes de police et des formations dans le Sud-Est et le Sud-Sud. Une dimension dangereuse s’y est ajoutée lorsque les bureaux de la Commission électorale nationale indépendante (INEC) ont également été incendiés dans les deux zones géopolitiques.

Inquiet par les attaques, le président de l’INEC, le professeur Mahmood Yakubu, ainsi que certains des responsables de la commission, ont informé le président de la série d’attaques contre les installations de l’organe électoral dans le pays. Le professeur Yakubu a déclaré que jusqu’à présent, il y avait eu 42 cas d’attaques contre les bureaux de l’INEC dans tout le pays, depuis les dernières élections générales.

Le président dans sa réaction a déclaré : « Je reçois des rapports de sécurité quotidiens sur les attaques, et il est très clair que ceux qui les soutiennent veulent que cette administration échoue. L’insécurité au Nigeria est maintenant mentionnée partout dans le monde. Tous les gens qui veulent le pouvoir, quels qu’ils soient, vous vous demandez ce qu’ils veulent vraiment. Quiconque veut la destruction du système aura bientôt le choc de sa vie. Nous leur avons donné suffisamment de temps.

« Ceux d’entre nous dans les champs depuis 30 mois, qui ont traversé la guerre, les traiteront dans la langue qu’ils comprennent. Nous allons être très durs tôt ou tard.

De toute évidence, le président lisait l’acte anti-émeute aux incendiaires, aux sécessionnistes et non à l’ensemble de la région du Sud-Est.

Jeudi, le président a également demandé à l’armée de traiter les bandits dans « la langue qu’ils comprennent ». Cela signifie-t-il que le président menace le nord-ouest et le nord-est puisque la plupart des bandits viennent du nord ?

Malheureusement, la politisation et le tollé suscités par la déclaration sans tenir compte du contexte dans lequel le président a déclaré que cela nécessitait la suppression du tweet par Twitter. Nous pensons cependant que le géant des médias sociaux aurait dû être plus circonspect.

Quoi qu’il en soit, nous osons dire que la politisation des problèmes de sécurité a été l’une des principales raisons des défis persistants dans le pays.

Nous trouvons également suspect que des acteurs non étatiques comme le leader du Peuple indépendant du Biafra (IPOB), Nnamdi Kanu, promeuvent des discours de haine et incitent le peuple contre le gouvernement et le peuple nigérian, mais Twitter a choisi de détourner le regard. Ceci malgré les plaintes des fonctionnaires comme l’a récemment noté le ministre de l’Information et de la Culture, Lai Mohammed. Il va sans dire que Twitter a joué deux poids deux mesures dans ses activités au Nigeria et cela doit cesser.

Ce journal fronce également les sourcils face à la posture des émissaires des États-Unis, du Royaume-Uni et de l’Union européenne qui donnaient subtilement un ultimatum au gouvernement fédéral sur la suspension du Twitter erroné par les autorités nigérianes.

Nous ne partageons pas non plus l’opinion selon laquelle suspendre Twitter est une insignifiante liberté d’expression. Cet argument est pour le moins banal et malicieux.
Il est gratifiant de noter que le ministre de l’Information, Lai Mohammed, a déclaré que Twitter avait contacté le gouvernement fédéral à la recherche d’une discussion de haut niveau pour résoudre les problèmes. Il a également énuméré certaines conditions pour lever la suspension de Twitter, indiquant qu’il doit désormais être enregistré au Nigeria en tant qu’entreprise commerciale. Outre Twitter, le gouvernement a déclaré que d’autres plateformes de médias sociaux comme Facebook et Instagram doivent être enregistrées dans le pays.

Malheureusement, selon NetBlocks, un organisme international de surveillance d’Internet, l’interdiction de Twitter a coûté au pays 6 milliards de nairas. Dans un pays déjà en hémorragie sous l’économie mal en point. C’est triste et décourageant.

C’est dans ces perspectives que nous appelons le gouvernement fédéral à lever temporairement la suspension sur Twitter. L’interdiction devrait être levée car nous avons de nombreux entrepreneurs numériques qui vivent de la promotion de leurs produits sur Twitter.

Nous pensons également que l’interdiction de Twitter n’est pas un moyen subtil d’interdire les médias sociaux dans le pays par le gouvernement. Ils ne devraient pas du tout enfiler ce chemin. Des suggestions dans ce sens ont gagné du terrain compte tenu des tentatives précédentes du gouvernement, par l’intermédiaire de l’Assemblée nationale, d’interdire les médias sociaux sous couvert de réglementation. Une telle action sera impopulaire étant donné le rôle des médias sociaux dans toutes les facettes de nos vies aujourd’hui.

Néanmoins, nous pensons que le message a été transmis que le Nigeria devrait et n’accepterait pas la tyrannie des grandes entreprises technologiques.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Assemblées législatives algériennes. Le dépouillement des votes se poursuit et le plus grand parti islamique annonce sa direction et met en garde contre la modification des résultats |  L'actualité de l'Algérie

Assemblées législatives algériennes. Le dépouillement des votes se poursuit et le plus grand parti islamique annonce sa direction et met en garde contre la modification des résultats | L’actualité de l’Algérie

L'Algérie va interdire les manifestations non autorisées |  Actualités des protestations

L’Algérie annule la licence d’exploitation de France 24 : médias d’Etat | Nouvelles du Moyen-Orient