in

Alors que la demande de cobalt explose, les entreprises doivent faire plus pour protéger les mineurs congolais

Alors que la demande de cobalt explose, les entreprises doivent faire plus pour protéger les mineurs congolais

Rédaction Le 2020-11-25 09:00:00, Alors que la demande de cobalt explose, les entreprises doivent faire plus pour protéger les mineurs congolais

La République démocratique du Congo est la principale source de certains des minéraux utilisés pour fabriquer des composants d’appareils électroménagers, de téléphones portables, de véhicules électriques et de bijoux.

L’industrie de l’extraction minière est l’épine dorsale de l’économie congolaise. Le cuivre et le cobalt, qui est un sous-produit du cuivre, représentent 85 % des exportations du pays. En raison des énormes gisements minéraux disponibles dans le pays, c’est souvent la seule option d’approvisionnement pour les entreprises.

Le cobalt est un minéral essentiel pour les batteries lithium-ion utilisées dans les véhicules électriques, les ordinateurs portables et les téléphones intelligents. Il offre la densité d’énergie la plus élevée et est essentiel pour augmenter la durée de vie de la batterie.

La région du Katanga, au sud de la République démocratique du Congo, abrite plus de la moitié des ressources mondiales de cobalt et plus de 70 % de la production mondiale actuelle de cobalt a lieu dans le pays. La demande de cobalt devrait quadrupler d’ici 2030 au rythme du boom des véhicules électriques.

Cependant, l’exploitation minière en République démocratique du Congo est risquée en raison de la prévalence de l’exploitation minière artisanale à petite échelle. L’exploitation minière artisanale est souvent réalisée à la main, à l’aide d’équipements de base. C’est une activité largement informelle et à forte intensité de main-d’œuvre dont dépendent plus de deux millions de mineurs congolais pour leurs revenus.

Et cette méthode d’exploitation minière comporte des risques majeurs pour les droits humains tels que le travail des enfants et des conditions de travail dangereuses. Des accidents mortels dans des tunnels dangereux se produisent fréquemment. Et il existe des rapports détaillés comme celui d’Amnesty International sur la prévalence du travail des enfants dans ces opérations.

Étant donné que les mineurs artisanaux extraient fréquemment le cobalt illégalement sur les sites miniers industriels, les questions de droits humains ne peuvent être exclues de la production industrielle. Le cobalt extrait de manière artisanale est également souvent mélangé à la production industrielle lorsqu’il est vendu à des intermédiaires sur le marché libre. En règle générale, il est ensuite expédié aux raffineries en Chine pour un traitement ultérieur, puis vendu aux fabricants de batteries du monde entier. Dans cette chaîne d’approvisionnement complexe, la séparation, le suivi et la traçabilité du cobalt extrait de manière artisanale sont presque impossibles.

Les organisations internationales de défense des droits humains ont signalé des violations des droits humains, faisant pression sur les sociétés multinationales qui achètent du cobalt congolais. En réponse à ces pressions, certaines entreprises automobiles et électroniques ne s’approvisionnent actuellement pas en cobalt en République démocratique du Congo, car elles veulent éviter de ternir leur image de marque.

Mais cette stratégie ne fonctionnera pas longtemps, car aucun autre pays ne sera en mesure de satisfaire la demande croissante de cobalt. La production d’autres pays exportateurs de cobalt comme la Russie, le Canada, l’Australie et les Philippines représente moins de 5 % de la production mondiale.

Comment les entreprises de la chaîne d’approvisionnement en cobalt peuvent s’approvisionner en cobalt responsable en République démocratique du Congo au milieu de ces risques pour les droits humains est une question qui mérite d’être explorée. Nous abordons cette question dans une étude récente, dans laquelle nous suggérons aux entreprises de reconnaître la nécessité de normes communes pour le cobalt extrait de manière responsable.

Normes communes

Actuellement, il n’y a pas de compréhension commune de ce que devrait impliquer le cobalt artisanal « responsable ». La quête d’un approvisionnement responsable en minerais n’est pas un défi spécifique au cobalt. Le code minier congolais établit certaines normes de base telles que l’interdiction des mineurs de moins de 18 ans. Il existe également des exigences pour s’enregistrer en tant que mineur artisanal et devenir membre d’une coopérative minière.

Une approche vers des normes communes consiste à monter des « projets de formalisation minière artisanale et à petite échelle ». Les quelques projets existants établissent des règles pour le site minier qui sont définies et appliquées par les partenaires du projet. Il s’agit généralement de coopératives, d’exploitants miniers et d’acheteurs.

L’un de nous a visité deux projets de formalisation actifs à Kolwezi dans la province du Katanga. Sur la base des observations lors de la visite de septembre 2019, nous pensons que la formalisation est une voie viable pour rendre l’exploitation minière artisanale sûre et équitable.

La formalisation fonctionne car des mesures opérationnelles sont mises en place pour atténuer les risques de sécurité. Par exemple, l’extraction est supervisée par des ingénieurs miniers. De plus, le site du projet est clôturé et dispose de contrôles d’entrée et de sortie. Cela garantit qu’aucun mineur mineur, enceinte ou ivre ne peut travailler sur le site.

Mais pour que les projets de formalisation produisent du cobalt artisanal « responsable », des normes communes et une application cohérente sont nécessaires. Actuellement, la formalisation signifie différentes choses dans différents sites.

Des normes nationales de sécurité dans les mines existent, mais elles doivent être appliquées de manière uniforme. Lorsque les normes actuelles ne suffisent pas à rassurer les acheteurs, d’autres mesures doivent être élaborées par un consortium d’acteurs clés. Cela devrait impliquer les coopératives minières, les concessionnaires, le gouvernement, les organisations de la société civile et d’autres entreprises le long de la chaîne d’approvisionnement des batteries.

Les amendements de 2018 au code minier ont introduit une base légale pour la sous-traitance des mineurs artisanaux par les sociétés minières industrielles. En janvier 2020, le gouvernement congolais a créé une entité qui supervisera les activités minières artisanales et à petite échelle. Ce sont des étapes positives.

L’élaboration de normes d’exploitation minière artisanale à travers un processus impliquant des acteurs clés doit s’appuyer sur ces lois et stratégies nationales existantes et les renforcer. En outre, les acteurs privés devraient soutenir les efforts du gouvernement en identifiant des paramètres et des moyens d’évaluation pour assurer l’application cohérente de ces normes. Une discussion sur les stratégies et les pratiques d’approvisionnement responsable est indispensable pour toutes les marques qui se soucient des implications de leurs opérations sur les droits humains.

La voie à suivre

Pour illustrer comment une discussion multipartite sur les normes d’approvisionnement responsable se traduit dans la pratique, nous pouvons examiner la construction de tunnels pour extraire les minerais souterrains sur des sites miniers artisanaux et à petite échelle.

La première question est de savoir si les tunnels devraient être autorisés ou si le cobalt artisanal responsable devrait provenir exclusivement de mines à ciel ouvert. Les mines à ciel ouvert sont considérées comme beaucoup plus sûres. Si seules les fosses à ciel ouvert sont considérées comme responsables, qui paiera les engins de terrassement nécessaires pour créer des fosses à ciel ouvert ?

Si les tunnels sont autorisés, quelle peut être leur profondeur ? Alors que les réglementations minières pertinentes limitent la profondeur du tunnel à 30 mètres et l’inclinaison du tunnel à 15 %, les acheteurs internationaux de cobalt ne considèrent pas cela comme sûr.

Etant donné que la construction de tunnels horizontaux est particulièrement dangereuse, faut-il interdire totalement les tunnels horizontaux des chantiers ? Si les tunnels sont autorisés, les mineurs devraient-ils recevoir une formation sur la sécurité de la construction, et si oui, qui paiera pour ces programmes ?

Ces processus et réglementations doivent être standardisés et largement adoptés. Ce n’est que lorsque cela se produira que les entreprises automobiles et électroniques seront rassurées sur le fait qu’elles ne contribuent pas aux violations des droits humains. Et ce n’est qu’alors qu’ils se sentiront en confiance pour acheter du cobalt congolais.

What do you think?

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Obi Cubana: Poursuivez les bandits, les sponsors terroristes et non les hommes d'affaires lors de l'enterrement - HURIWA a déclaré à CBN

Obi Cubana: Poursuivez les bandits, les sponsors terroristes et non les hommes d’affaires lors de l’enterrement – HURIWA a déclaré à CBN

Certains d'entre eux, comme "voyou et charlatan"... la propagation du phénomène du changement de patronyme en Algérie

Certains d’entre eux, comme « voyou et charlatan »… la propagation du phénomène du changement de patronyme en Algérie