in

Amnesty: «Répression alarmante» contre les défenseurs des droits au Congo | Nouvelles de la République du Congo

Amnesty: «Répression alarmante» contre les défenseurs des droits au Congo |  Nouvelles de la République du Congo

Rédaction Le 2021-04-19 13:44:56, Amnesty: «Répression alarmante» contre les défenseurs des droits au Congo | Nouvelles de la République du Congo

Le groupe de défense des droits dit que les militants qui ont parlé de la crise économique et de la gestion de la pandémie ont été visés.

Le groupe de défense des droits Amnesty International a accusé la République du Congo de mener une «répression alarmante» contre les défenseurs des droits humains et les militants qui ont dénoncé la crise économique dans le pays.

Amnesty a déclaré avoir recueilli les témoignages de plus de 50 personnes, y compris des patients, des syndicalistes et des membres d’associations de défense des droits humains, dans son rapport qui documente l’effet dévastateur de la crise économique et de la pandémie de coronavirus sur le pays.

«Les défenseurs des droits humains, les syndicalistes, les journalistes et les étudiants ont tous été visés par des poursuites judiciaires, des menaces et des mauvais traitements» pour avoir revendiqué leurs droits économiques et sociaux, a déclaré le groupe de défense des droits humains basé à Londres dans son rapport publié lundi.

L’économie congolaise, fortement dépendante du pétrole, a été durement touchée en 2014 lorsque les prix du brut se sont effondrés, entraînant une dette croissante qui a atteint plus de 100% du produit intérieur brut (PIB) l’année dernière.

Avec la pandémie de coronavirus et la baisse des prix du pétrole, l’économie devrait croître de moins de 1% cette année, selon le Fonds monétaire international (FMI). Le pétrole représente près de 90 pour cent des recettes d’exportation du pays.

Les techniques de torture comprenaient des coups avec des ceintures, des matraques, des crosses de fusil et des décharges électriques ont été utilisées contre des militants, selon le rapport.

«J’ai été détenu dans une maison… Le 22 octobre 2020, j’ai ensuite été emmené dans une cellule de la DGST où je ne pouvais pas voir la lumière du jour… J’ai de nouveau été torturé, frappé et soumis à un choc électrique. Je ne pouvais manger qu’un petit morceau de pain et boire un verre d’eau par jour », a déclaré un témoignage d’un étudiant qui avait exigé le versement de bourses.

Coupures de courant dans les salles d’opération

Le budget de la santé du pays a connu une baisse régulière depuis 2015, atteignant son point le plus bas en 2017 à environ 200 millions d’euros (240 millions de dollars) – une baisse de plus de 60% par rapport à 2014.

Le déclin a affecté l’infrastructure de santé ces dernières années, selon le rapport, y compris les conditions désastreuses à l’hôpital universitaire de la capitale, Brazzaville, qui ne dispose pas de fonds pour les médicaments ou les factures d’eau.

Un proche d’un patient a déclaré à Amnesty que des coupures de courant à l’hôpital général Adolphe Sicé de Pointe-Noire, dans le sud du pays, avaient causé la mort de patients dans les salles d’opération.

«Lorsqu’il y a une coupure de courant dans la salle d’opération, il n’y a pas de commutation automatique vers le générateur. Quelqu’un doit bouger et allumer le générateur. Cela peut prendre du temps. Cette fois, trois personnes sous respirateurs sont décédées. C’est courant et l’hôpital n’assume jamais de responsabilité. »

Beaucoup de ceux qui ont réclamé le droit à la santé ont été victimes d’intimidation ou de détention arbitraire, selon le rapport.

Samira Daoud, directrice d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, a déclaré qu’aucune mesure n’avait été prise malgré la détérioration de la situation économique et sanitaire dans le pays.

«Ils ont plutôt sévi contre ceux qui revendiquaient leurs droits économiques et sociaux», a-t-elle déclaré.

«La crise économique a conduit à la pauvreté des dizaines de milliers de retraités, des centaines de fonctionnaires et d’étudiants en attente de recevoir des pensions, des salaires et des bourses.»

Vendredi, le président congolais Denis Sassou Nguesso s’est engagé à réformer les lois commerciales et fiscales pour aider à stimuler la croissance économique alors qu’il prêtait serment pour un autre mandat de cinq ans, prolongeant son règne de 36 ans sur le pays.

What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
L'Espérance file vers le titre, l'Etoile solide dauphin

L’Espérance file vers le titre, l’Etoile solide dauphin

La justice algérienne reporte le procès d'un militant politique accusé d'avoir démoralisé l'armée

La justice algérienne reporte le procès d’un militant politique accusé d’avoir démoralisé l’armée