in

Journal du correspondant – Les passeurs congolais continuent de se battre contre le verrouillage du coronavirus | Moyen-Orient et Afrique

Journal du correspondant - Les passeurs congolais continuent de se battre contre le verrouillage du coronavirus |  Moyen-Orient et Afrique

Actuexpress.net Le 2020-04-24 09:00:00, Journal du correspondant – Les passeurs congolais continuent de se battre contre le verrouillage du coronavirus | Moyen-Orient et Afrique

Note de l’éditeur: The Economist met gratuitement à la disposition des lecteurs de The Economist Today, notre bulletin quotidien une partie de sa couverture la plus importante de la pandémie de covid-19. Pour le recevoir, inscrivez-vous ici. Pour notre traqueur de coronavirus et plus de couverture, consultez notre hub

À 10H00, la plupart des clients de Mama Kavira sont déjà ivres. Certains sont affalés sur des chaises basses en bois dans son jardin; d’autres les survolent. Ils renversent des verres de vin de banane et de kanyanga – un puissant homebrew fabriqué à partir de maïs fermenté. Mama Kavira circule avec des bouteilles en plastique de chaque, versant des recharges pour 500 francs congolais (0,30 $) à la fois. Les affaires à son speakeasy n’ont jamais été aussi bonnes, dit-elle. Depuis que le coronavirus a forcé tous les bars enregistrés à Goma à fermer, ses clients ont doublé en nombre. Beaucoup d’entre eux croient que Moonshine tue la maladie.

Elle m’introduit dans son salon et je m’assois sur un canapé mâché. Certains clients me suivent. L’un d’entre eux, Martin, est belliqueux et brouille déjà ses mots. Il boit depuis l’ouverture des portes à 6 heures du matin. Il se place sur un autre canapé et se lance dans un discours sur les qualités médicinales du moonshine. «Cette boisson est traditionnelle, elle est bonne pour toutes sortes de maladies», dit-il. «Même le coronavirus ne peut pas survivre dans votre corps lorsque vous consommez de l’alcool aussi fort.» En tapotant le côté de son verre, il ajoute: «Vous buvez ceci et ensuite vous le faites pipi.» D’autres hommes, qui se sont maintenant rassemblés autour de nous, murmurent en accord. «Nous n’avons pas peur parce que nous avons déjà trouvé le remède», intervient quelqu’un au fond de la foule.

Le Congo compte 394 cas officiellement enregistrés de coronavirus mais, jusqu’à présent, il n’y en a eu que trois à Goma, dans l’est du Congo; la plupart se trouvent à Kinshasa, la capitale. (Ces chiffres sont presque certainement une triste sous-estimation du nombre réel d’infections.) Grâce, perversement, aux réseaux routiers épouvantables du Congo, le virus ne se propage que lentement à travers le pays. Les avions Ropey faisaient la navette entre les villes, mais maintenant tous les aéroports sont fermés.

Pourtant, dans un effort pour empêcher toute personne infectée de pénétrer à Goma, le gouverneur de la province a bouclé la ville. Seuls les camions transportant des marchandises sont censés entrer et sortir. Mais après des décennies de corruption, les policiers, dont la plupart sont mal payés, sont plus intéressés par les pots-de-vin que par l’application des règles. De même, la plupart des gens ont l’habitude de bafouer les lois quand cela leur convient.

Les nouveaux points de contrôle qui ont vu le jour aux abords de Goma n’ont pas fait grand-chose pour empêcher Mama Kavira d’importer son alcool illégal. En fait, elle rapporte deux fois plus que d’habitude. Elle commande le breuvage dans les villes voisines. Moyennant des frais, les chauffeurs qui effectuent le trajet de toute façon emporteront quelques bouteilles. Le faire entrer est facile, dit-elle. Cela coûte juste un peu plus, maintenant qu’il y a plus de policiers qui doivent être soudoyés.

À Kinshasa, les arnaqueurs profitent également du verrouillage. La plupart des cas de coronavirus sont survenus dans le quartier des affaires de Gombe, qui a été mis en quarantaine (bien que certaines restrictions aient été récemment assouplies). Les voitures ne sont pas autorisées sur les routes sans permis, censé être délivré uniquement aux travailleurs essentiels tels que les médecins, les infirmières et les agents de sécurité. Mais les laissez-passer ont inondé le marché noir où ils se vendent 100 $ chacun. Une fausse photocopie ne coûte qu’environ 20 dollars, mais celles-ci finiront par être plus chères, explique un chauffeur de taxi: comme ils n’ont pas d’hologrammes, les policiers doivent être payés à chaque fois qu’ils voient le faux.

Cependant, pour certaines personnes qui ont autrefois profité de l’anarchie congolaise, le coronavirus a mis un terme aux affaires. Beatrice (faux nom) est une passeuse professionnelle à Goma. Elle cache tout, des sachets de sauce tomate aux téléphones portables, en passant par la marijuana, la crème pour la peau et le shampoing sous les plis de ses jupes et traverse la frontière de Goma au Rwanda.

Elle fourre des marchandises le long des jambes de son pantalon et attache le bas avec des morceaux de tissu déchirés. Puis elle enroule un pagne (une feuille de tissu coloré) autour de sa taille. Parfois, elle cache même des sachets de gin ougandais bon marché dans un vieux ballon de football et demande à un enfant de le passer devant la police des frontières. Cependant, la plupart des fonctionnaires la connaissent déjà – elle a tendance à leur glisser un petit quelque chose pour qu’ils ne la fouillent pas trop diligemment. Ses clients évitent les taxes à l’importation et, à leur tour, lui donnent une part de ce qu’ils économisent.

Mais depuis la fermeture de la frontière rwandaise le 21 mars, il était trop risqué d’essayer de se faufiler. Les policiers pourraient vous tirer dessus. Au lieu de cela, Beatrice a commencé à vendre de la farine à Goma. Elle gagne l’équivalent de seulement 1,20 $ par jour, contre 8 à 9 $ qu’elle gagnait par la contrebande. «Maintenant, obtenir de l’argent est une lutte», dit-elle en faisant rebondir un bébé gargouillant sur ses genoux. «Nous nous couchons le ventre vide. Tout a changé à cause de la couronne. »

Les prix des denrées alimentaires à Goma ont également grimpé en flèche en raison de la fermeture de la frontière. Les haricots, le riz et le foufou (racines de manioc pilées) coûtent tous près du double de ce qu’ils faisaient auparavant. Dans un pays pauvre où des millions de personnes luttaient déjà pour mettre de la nourriture sur la table, la vie est encore plus difficile. L’infrastructure désastreuse du Congo peut agir comme un obstacle à la maladie, mais une fois qu’elle est sortie, la corruption – qu’il s’agisse de contrebande ou de faux permis de conduire – la rendra plus difficile à contenir. Pourtant, la plupart des pauvres du Congo n’ont d’autre choix que de continuer à se bousculer; l’alternative est d’avoir faim.

What do you think?

24 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Homme condamné à mort en Algérie pour décapitation d’un alpiniste français | Algérie

Algérie: plus de 24 millions de votes législatifs en juin prochain

Algérie: plus de 24 millions de votes législatifs en juin prochain