in

Le Congo se dirige vers les urnes alors que Nguesso cherche à prolonger son règne de 36 ans | Nouvelles de la République du Congo

Le Congo se dirige vers les urnes alors que Nguesso cherche à prolonger son règne de 36 ans |  Nouvelles de la République du Congo

Rédaction Le 2021-03-20 11:03:47, Le Congo se dirige vers les urnes alors que Nguesso cherche à prolonger son règne de 36 ans | Nouvelles de la République du Congo

Les électeurs de la République du Congo se rendront aux urnes dimanche pour élire un président lors d’un vote boycotté par le principal parti d’opposition du pays.

Le président Denis Sassou Nguesso, qui a dirigé le pays producteur de pétrole de cinq millions d’habitants pendant 36 ans, cherche un nouveau mandat de cinq ans. Le sortant de 77 ans fait face à six challengers de l’opposition, mais on s’attend à ce qu’il gagne.

Nguesso a d’abord été président de 1979 à 1992, date à laquelle il a terminé troisième du premier vote multipartite du Congo. Mais il a repris le pouvoir en 1997, à la suite d’une brève guerre civile au cours de laquelle ses forces rebelles ont destitué le président de l’époque Pascal Lissouba, et règne depuis lors.

Il a été élu en 2002, puis à nouveau en 2009, pour ce qui allait être son deuxième et dernier mandat de sept ans. Mais en 2015, Nguesso a fait adopter des réformes constitutionnelles qui ont supprimé la limite d’âge de 70 ans qui l’aurait empêché de se présenter aux urnes l’année suivante. Le référendum a également supprimé la limite de deux mandats de sept ans et introduit trois mandats de cinq ans.

Les sondages de 2016 ont ensuite été suivis de violences qui ont entraîné la mort d’au moins 17 personnes après que l’opposition a accusé Nguesso, qui a recueilli 67% des suffrages exprimés, d’avoir truqué le scrutin. Deux personnalités de l’opposition, Jean-Marie Michel Mokoko et Andre Okombi Salissa, ont par la suite été reconnues coupables d’avoir «porté atteinte à la sécurité intérieure de l’État».

«Les leçons tirées de l’élection présidentielle de 2016 ont conduit les autorités à se prémunir contre toute mauvaise surprise», a déclaré Alphonse Ndongo, un analyste basé à Brazzaville, à Al Jazeera. «Nguesso sera réélu, mais les problèmes auxquels les gens sont confrontés quotidiennement resteront.»

Les challengers

Fin janvier, l’Union panafricaine pour la social-démocratie (UPADS), principal parti d’opposition du pays, a déclaré qu’elle avait décidé de ne pas présenter de candidat au vote de dimanche, arguant que les conditions n’étaient pas propices aux sondages et qu’une élection ne conduirait qu’à des élections. plus de divisions dans le pays.

Au lieu de cela, l’UPADS – le parti de feu Lissouba, vainqueur des élections de 1992 – a proposé une période de transition et des scrutins en 2023, avec Nguesso de longue date ne figurant pas sur le bulletin de vote.

Plus de 2,5 millions de personnes se sont inscrites pour participer à l’élection. Les sondages ouvriront à 7 h (06 h 00 GMT) et se clôtureront à 17 h 00 (16 h 00 GMT). Les membres des forces de sécurité ont voté mercredi.

Guy Brice Parfait Kolelas, chef de l’Union des démocrates humanistes, espère renverser Nguesso. Économiste de formation et ancien ministre de 61 ans, Kolelas a terminé loin deuxième avec 15% des voix aux élections de 2016. Son père, Bernard Kolelas, a été brièvement Premier ministre du Congo en 1997 pendant la guerre civile.

Mathias Dzon, ancien ministre des Finances sous Nguesso, conteste également l’élection sur le ticket de l’Union patriotique pour le renouveau national. L’homme de 73 ans s’est inscrit pour participer au scrutin de 2009, mais s’est retiré quelques jours avant le jour du scrutin, alléguant des problèmes avec le registre des électeurs. Dzon a boycotté le vote de 2016, affirmant qu’il ne serait pas libre et juste.

Albert Oniangue, pasteur évangélique, est également à la recherche du premier siège du pays. L’ancien colonel de l’armée est un nouveau venu sur la scène politique, contestant la présidence pour la première fois et s’est présenté comme le candidat au changement.

Trois autres candidats sont également sur le bulletin de vote: Joseph Kignoumbi Kia Mbougou, ancien membre de l’UPADS; Anguios Nganguia Engambe et Dave Mafoula, qui, à 38 ans, est le plus jeune challenger.

Mais les analystes et les dirigeants de la société civile affirment que les six candidats n’ont aucune chance de battre Nguesso.

«L’élection est organisée par la Commission électorale nationale indépendante, qui est tout sauf indépendante», a déclaré à Al Jazeera Fonteh Akum, directeur exécutif de l’Institut d’études de sécurité. «La décision [Labour] Le parti continuera d’être au pouvoir et gouvernera par une tactique de division pour régner qu’il a perfectionnée en 36 ans », a-t-il ajouté.

«Cette élection n’est pas considérée comme une élection qui pourrait entraîner un changement. Depuis 2016, il y a eu une consolidation du pouvoir par le parti travailliste au pouvoir. L’espace politique, en particulier pour les militants des droits humains, s’est rétréci.

Joe Ebina, un militant des droits de l’homme, a également déclaré que le résultat du vote était déjà prédéterminé.

«Le Congo est une dictature. Il est impossible d’avoir des élections libres et équitables. Deux anciens candidats à la présidentielle sont en prison. Des journalistes et des dirigeants de la société civile ont également été emprisonnés », a déclaré Ebina à Al Jazeera. «Il n’y a aucune crédibilité dans cette élection. Tout le monde sait que le président va gagner », a-t-il ajouté.

Les problèmes

L’élection intervient à un moment où la pandémie de coronavirus et une baisse des prix de l’énergie ont frappé l’économie congolaise dépendante du pétrole, qui s’est contractée de 8% l’année dernière, selon le Fonds monétaire international. Le fardeau de la dette sans cesse croissant du Congo pèse également lourdement sur l’économie. En 2019, le FMI a estimé la dette à près de 9,5 milliards de dollars.

Les candidats à la présidentielle ont tous promis d’améliorer l’économie et de sortir davantage de personnes de la pauvreté. Selon la Banque mondiale, 72% de la population en 2018 survivait avec moins de 1,90 dollar par jour.

«Les usines ont fermé et le chômage a grimpé en flèche. En outre, les cicatrices de la guerre civile se font toujours sentir dans la région du grenier du pays », a déclaré Akum.

«Mais Nguesso a appris sa leçon lorsqu’une économie en difficulté, des syndicats et une armée dissidente lui ont forcé la main en 1992. De nombreux syndicats et groupes civils auraient été compromis maintenant. La force et la répression sont également un autre moyen pour lui de conserver le pouvoir », a-t-il ajouté.

La corruption est un autre problème majeur, Transparency International classant le Congo 165 sur 180 pays dans son indice de perception de la corruption 2020.

En 2019, Global Witness, un groupe de campagne anti-corruption, a accusé le fils du président, Denis Christel Sassou-Nguesso, d’avoir détourné 50 millions de dollars entre 2013 et 2014.

Le groupe a également accusé la fille du président, Claudia Sassou-Nguesso, d’avoir dépensé 7 millions de dollars de fonds publics pour acheter un appartement de luxe dans le Trump International Hotel and Tower à New York. La famille Nguesso nie les allégations.

Tous les candidats, y compris Nguesso, ont promis de lutter contre la corruption.

«Il est difficile de penser qu’il [Nguesso] va changer les choses dans cinq ans après avoir dirigé le Congo pendant 36 ans », a déclaré Ndongo, analyste à Brazzaville.

Suivez Hamza Mohamed sur Twitter: @Hamza_Africa


What do you think?

24 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Boko Haram se moque de l'armée nigériane, attaque la communauté de Yobe et en tue deux

Boko Haram se moque de l’armée nigériane, attaque la communauté de Yobe et en tue deux

أسعار اليورو والدولار في الجزائر اليوم الثلاثاء

Prix ​​de l’euro et du dollar en Algérie aujourd’hui, mardi 23 mars 2021