in

Le secrétaire général de l’OPEP, Barkindo, et les leaders de l’industrie congolais se sont concentrés sur la construction d’une industrie pétrolière et gazière forte, durable et robuste dans le cadre de la transition énergétique

Le secrétaire général de l'OPEP, Barkindo, et les leaders de l'industrie congolais se sont concentrés sur la construction d'une industrie pétrolière et gazière forte, durable et robuste dans le cadre de la transition énergétique

Actuexpress.net Le 2021-08-24 09:00:00, Le secrétaire général de l’OPEP, Barkindo, et les leaders de l’industrie congolais se sont concentrés sur la construction d’une industrie pétrolière et gazière forte, durable et robuste dans le cadre de la transition énergétique

Dernier État membre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), la République du Congo consolide son rôle de producteur et d’exportateur régional de pétrole en s’engageant à renforcer la collaboration et à stimuler les investissements associés. Une visite de travail historique entreprise par le Secrétaire général SE Mohammed Barkindo et une délégation de l’OPEP a souligné le rôle que l’organisation jouera dans la conduite du voyage de l’industrie pétrolière et gazière du Congo.

Au cours de la visite de travail, la délégation de l’OPEP a rencontré des leaders de l’industrie congolaise de haut niveau, notamment le Premier ministre Anatole Collinet Makosso, le ministre des Hydrocarbures SE Bruno Itoua et Maixent Raoul Ominga, directeur de la compagnie pétrolière nationale (NOC) Sociėtė des Pėtroles du Congo (SNPC) . Avec des discussions axées sur le rôle du Congo dans l’OPEP, les plans ambitieux du pays pour le gaz naturel et la valeur des hydrocarbures pour l’avenir énergétique de l’Afrique, la visite a souligné comment la collaboration et l’engagement peuvent améliorer le succès énergétique du Congo.

Avec 2,9 milliards de barils de réserves de pétrole et 10 000 milliards de pieds cubes de gaz naturel, le Congo est le moteur du développement sur l’ensemble de la chaîne de valeur énergétique. Plus particulièrement, la SNPC a souligné le rôle que jouera le gaz naturel dans la réduction de la pauvreté et le positionnement du pays en tant que pôle énergétique régional. Partageant l’ambitieux plan directeur du gaz de la NOC avec Barkindo lors de leur réunion, Ominga a démontré comment le pays vise à maximiser ses efforts d’extraction de gaz grâce à des initiatives à grande échelle. En augmentant la production de gaz, le GMP vise à renforcer la diversification du secteur énergétique du pays, en promouvant le rôle que la ressource jouera dans l’avenir énergétique de l’Afrique.

De plus, lors de leurs engagements, Barkindo a réitéré la valeur du Congo en tant que membre de l’OPEP, étendant le soutien des organisations au pays et à SE Bruno Itoua, qui devrait assumer la présidence de la Conférence de l’OPEP en 2022. Avec l’ambition du Congo de jouer un rôle de plus en plus productif au sein de l’OPEP, et la volonté du pays de devenir une plaque tournante du marché régional, Barkindo a noté que « le moment est parfait pour que le Congo accède à la présidence de l’OPEP ».

« Nous nous félicitons de vos encouragements et de votre soutien, de vos conseils et de votre voix, en particulier alors que la République du Congo assume la présidence de la Conférence de l’OPEP en 2022. La Présidence de la Conférence, et son président, sont un moteur de l’Organisation et de la Déclaration. de coopération (DoC), comme cela a été manifestement démontré au cours des quatre dernières années et demie. Votre président, SE Denis Sassou Nguesso, a été un fervent partisan du travail de l’OPEP et du DoC et l’Organisation reconnaît sa grande diplomatie et son tact », a déclaré Barkindo.

« L’OPEP s’engage et parle avec l’Afrique et pas seulement avec l’Afrique. L’OPEP ne fait pas la leçon à l’Afrique ; L’OPEP est à l’écoute de l’Afrique. C’est la clé. Le secrétaire Barkindo se rendant au Congo pour rencontrer la Compagnie pétrolière nationale, les sociétés pétrolières et gazières internationales, les dirigeants du pays, l’Organisation africaine des producteurs de pétrole et la Chambre africaine de l’énergie est formidable pour le Congo et le secteur énergétique africain. L’OPEP donne une voix à l’Afrique et invite l’Afrique à la table et écoute des voix africaines très fortes qui pourraient ne pas être d’accord avec sa position », a déclaré NJ Ayuk, président exécutif de la Chambre africaine de l’énergie.

Pendant ce temps, la visite de travail a vu des discussions perspicaces sur la place des hydrocarbures dans la transition énergétique. En tant qu’opposant farouche aux politiques affectant le changement climatique et signataire de l’accord de Kyoto au nom du Nigeria, Barkindo a reconnu la nécessité d’un avenir énergétique durable, plus propre et moins cher. Cependant, il a insisté sur le fait que les hydrocarbures joueront toujours un rôle important dans les années à venir, fournissant un approvisionnement énergétique durable et contribuant à la réduction de la pauvreté dans toute l’Afrique. Barkindo et les dirigeants congolais ont tous deux souligné le rôle des hydrocarbures dans le développement du continent – ​​soulignant que les énergies renouvelables ne sont en fait pas la seule alternative pour la transition énergétique de l’Afrique.

« Nous, à la Chambre, pensons qu’il existe de nombreux points communs sur lesquels tous les acteurs de cette discussion sur la transition énergétique pourraient travailler ensemble. Investir dans le secteur pétrolier et gazier du Congo et son plan directeur gazier n’est que l’un d’entre eux. Une transition énergétique africaine et la lutte contre le changement climatique doivent commencer par faire disparaître la pauvreté énergétique et fournir à 900 millions d’Africains qui n’ont pas accès à une cuisine propre », a ajouté Ayuk.

En travaillant ensemble pour lutter contre le changement climatique et en mettant en œuvre des politiques pratiques, flexibles, prévisibles et durables, l’Afrique peut conduire la transition énergétique tout en garantissant que le développement économique ne faiblit pas. La visite de l’OPEP au Congo souligne qu’une approche est nécessaire qui reconnaît les coûts de l’action et de l’inaction et la compétitivité des États africains producteurs de pétrole et de gaz. Si toutes les parties s’engageaient dans un dialogue avec des mots justes et s’abstenaient de diaboliser l’industrie pétrolière et gazière, et si le gouvernement collaborait à un environnement favorable avec des incitations qui inspirent une approche axée sur le marché, l’Afrique verra la réduction significative des émissions de gaz à effet de serre. et l’accélération de la croissance socio-économique.

Distribué par APO Group au nom de la Chambre africaine de l’énergie.
Fichiers multimédias
Chambre Africaine de l'Energie
Télécharger le logo

Le secrétaire général de l’OPEP, Barkindo, les leaders de l’industrie du Congo se concentrent sur la construction d’une industrie pétrolière et gazière forte, durable et robuste dans le cadre de la transition énergétique (1)
Chambre Africaine de l'Energie

Africanews fournit du contenu d’APO Group en tant que service à ses lecteurs, mais n’édite pas les articles qu’il publie.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
L'avocat américain de Nnamdi Kanu s'apprête à traduire le gouvernement nigérian devant la Cour pénale internationale

L’avocat américain de Nnamdi Kanu s’apprête à traduire le gouvernement nigérian devant la Cour pénale internationale

Dans mon pays #Algérie ?  Dans l'hospitalité du #Maroc  #gagnant

Dans mon pays #Algérie ? Dans l’hospitalité du #Maroc #gagnant