in

Les Congolais belges célèbrent le 60e anniversaire de l’indépendance de la RDC | Belgique

Les Congolais belges célèbrent le 60e anniversaire de l'indépendance de la RDC |  Belgique

Actuexpress Le 2020-06-30 09:00:00, Les Congolais belges célèbrent le 60e anniversaire de l’indépendance de la RDC | Belgique

Bruxelles, Belgique – La République démocratique du Congo (RDC) célèbre le 60e anniversaire de son indépendance, acquise après 70 ans de colonisation sanglante de la Belgique.

Chaque année, le 30 juin est célébré dans le monde entier par la diaspora congolaise, l’une des plus grandes communautés étant située dans la capitale belge, Bruxelles.

Les Belgo-Congolais sont toujours marqués par leur passé avec la Belgique ainsi que par la discrimination systématique et le profilage racial du présent.

Les problèmes ont pris de l’importance lorsque les manifestants de Black Lives Matter ont attaqué les monuments du roi belge Léopold II, qui est blâmé pour des millions de morts congolais pendant la colonisation belge.

Les jeunes Belges d’origine congolaise voient les célébrations du 30 juin comme une occasion de souligner la nécessité de l’égalité et la fin du profilage ethnique en Belgique.

Mais le mouvement antiraciste a vu peu de participation de la vieille génération congolaise de Belgique.

«Nos parents nous disent de ne pas protester car ils craignent la violence à notre égard», a déclaré Mireille-Tsheusi Robert, le fondateur du groupe antiraciste Bamko-Cran, à Al Jazeera.

«Nous avons vu nos parents être humiliés et dégradés sous nos yeux, et ce sont nos héros. Nous ne voulons pas permettre et endurer la même relation qu’ils avaient avec le reste de la société belge », a-t-elle déclaré.

Statue du roi belge Léopold II dégradée à Bruxelles [Dursun Aydemir/Anadolu]

D’autres cherchent à mettre fin au racisme dans la société belge par d’autres moyens.

Celestina Jorges Vindes, propriétaire de la première librairie africaine à Bruxelles, a déclaré à Al Jazeera que «la littérature est un bon moyen de connecter les gens entre eux».

«En lisant sur quelque chose que nous considérons initialement différent de nous, nous finissons par trouver des similitudes», a-t-elle déclaré, ajoutant qu’elle avait nommé sa boutique Pepite Blues (français pour pépites bleues) en référence à déterrer les choses qui nous unissent.

Les manifestations Black Lives Matter ont accru la demande de littérature africaine, en particulier sur les thèmes du genre, de la décolonisation et du racisme, a-t-elle déclaré.

«Ce ne sont pas des questions périphériques pour la société belge, mais elles ont été laissées de côté jusqu’à présent, et les problèmes doivent être ramenés au centre», a-t-elle déclaré.

«Nous devons enfin apprendre à coexister, dans le quartier et dans la ville», a-t-elle déclaré, faisant référence au quartier Matonge où se trouve la librairie et qui compte une importante population congolaise.

De Matonge à Matonge

Au cours des 60 dernières années, plus de 280 000 personnes ont émigré de la RDC vers la Belgique, celles arrivant à Bruxelles établissant la communauté congolaise dans le quartier de Matonge.

Le quartier a été nommé d’après un quartier de la capitale de la RDC, Kinshasa, par la première vague d’arrivées congolaises – des étudiants cherchant à vivre à proximité de l’Université libre de Bruxelles.

«Matonge est le centre de la coiffure», a déclaré Adolphe, qui a fui la RDC en 2010. Il travaille comme coiffeur dans l’un des nombreux salons. Le propriétaire avait vendu sa boutique à Kinshasa et l’avait rouvert à Bruxelles sous le même nom: Franck.

Les agences de voyages du quartier affichent les tarifs de retour vers la RDC et des dépliants sur les vitrines font la promotion de différentes entreprises d’import-export congolaises.

«Nous sommes le DHL congolais», a déclaré le propriétaire de BKR, dont les affaires sont gérées en lingala, la langue nationale congolaise.

«Les gens viennent chez nous parce que lorsqu’ils envoient des colis à l’étranger, ils veulent pouvoir parler leur langue.»

Les coiffeurs Nicky Chou et Ambrosio, originaires de RDC, dans leur salon de coiffure à Bruxelles [Francois Lenoir/Reuters]

Des files d’attente se forment à l’extérieur des magasins de transfert d’argent, la plupart des personnes envoyant de l’argent à leur famille en RDC, un pays qui dépend fortement des envois de fonds.

Selon les chiffres, une personne congolaise résidant en Belgique transférera en moyenne 2 400 euros (2 695 dollars) en RDC chaque année.

Alors que les Belgo-Congolais de deuxième génération cherchent à améliorer leur vie en Belgique, l’ancienne génération reste préoccupée par la situation en RDC.

«Semblable à la colonisation, le processus de décolonisation belge a été un désastre pour le Congo», a déclaré à Al Jazeera Philip Buyck, un activiste qui a ouvert en 2005 la bibliothèque Lumumba dans le centre de Matonge.

Le colonialisme a laissé un héritage d’autoritarisme, le pays souffrant sous les régimes de Mobutu Sese Seko et de ses successeurs, Laurent Kabila et Joseph Kabila.

Le petit rôle que la Belgique a joué dans la transition vers l’indépendance a été vivement critiqué.

L’organisation de défense des droits de l’homme Justice et Paix (Justice et Paix) a souligné la mauvaise gestion de l’aide au développement de la Belgique qui n’a jamais atteint ceux qui en avaient le plus besoin.

«Outre la justice pour notre communauté, l’une des nombreuses revendications des Congolais est en fait des restitutions financières», a déclaré Mireille-Tsheusi Robert.

Nouvelles Arrivées

Les premières vagues d’arrivées congolaises n’ont pas fait de plans à long terme en Belgique, dans l’espoir de rentrer dans leur pays d’origine après que la situation s’y soit améliorée.

Ainsi, la diaspora n’a pas investi dans l’immobilier à Matonge, qui accueille un nombre croissant de cafés et restaurants européens, panafricains et moyen-orientaux.

De nouveaux arrivants de la RDC et de toute l’Afrique viennent dans la région à la recherche du soutien de compatriotes qui ont réussi à refaire leur vie en Belgique.

Diallo, un demandeur d’asile de Guyane, s’est vu attribuer une place au fond d’un salon pour son service de tailleur à Matonge après avoir vécu dans la rue pendant deux ans.

Un groupe se produit dans le quartier Matonge de Bruxelles [Francois Lenoir/Reuters]

Le 30 juin, lui et de nombreux autres membres de la communauté africaine célèbrent l’indépendance de la RDC à Matonge.

Les billets ont été vendus à l’organisation culturelle congolaise-flamande KUUMBA au milieu de Matonge, qui accueille mardi un concert et des activités pour célébrer l’anniversaire.

Philip Buyck a prévu un événement d’une journée au bar Tam-Tam qui entendra, entre autres, un discours du fils du premier Premier ministre de la RDC, Patrice Lumumba.

Lumumba est devenu un symbole panafricain de résistance après un discours historique du 30 juin 1960, dans lequel il accusait les anciens maîtres coloniaux de maltraitance raciste et imposait un «esclavage humiliant» au peuple congolais.

Mardi, le roi Philippe de Belgique a exprimé ses «plus profonds regrets» pour le tort causé au peuple congolais pendant la période coloniale belge, dans une première pour son pays.

Patrice Lumumba signe l’acte d’indépendance du Congo le 30 juin 1960 [The Associated Press]

What do you think?

25 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Chukwuma

Un justicier du tueur d’Abia arrêté à Port Harcourt pour avoir tué un homme d’affaires basé aux États-Unis

أحدث تردد قناة النهار الجزائرية الجديد 2021

La dernière fréquence de la nouvelle chaîne algérienne Al-Nahar 2021