in

RD Congo : des artistes vieillissants font vivre la musique des mineurs

RD Congo : des artistes vieillissants font vivre la musique des mineurs

Actuexpress.net Le 2021-03-09 09:00:00, RD Congo : des artistes vieillissants font vivre la musique des mineurs

Le terril en forme de cône de la ville de Lubumbashi, au sud-est du Congo, est un puissant symbole de l’époque où le cuivre était roi.

À cette époque enivrante, une culture dynamique et distinctive de la musique et de la danse a germé parmi les mineurs qui ont travaillé pour le géant de l’État de la RD Congo, la Gécamines.

Aujourd’hui, seul un petit nombre d’artistes sont encore là pour jouer les chansons et faire les danses, et raconter ce que c’était à l’époque de gloire.

L’un d’eux est Marcel Tshibanda, autrefois guitariste d’un groupe Jecoke, une troupe d’employés payés par le club social de la Gécamines pour chanter et danser pour les communautés minières pendant leur temps libre.

Leur musique avait un rythme calypso-y distinctif et les danseurs vêtus de costumes élégants à longue queue, époustouflant les foules avec des mouvements de marque accrocheurs.

Le son, a déclaré Tshibanda, a été inspiré par des musiciens de la Zambie voisine, anciennement une colonie britannique.

« Les Anglais avaient ce rythme, c’était comme ça », a déclaré Tshibanda, en tapant une signature élégante à deux temps sur sa guitare fabriquée à la main.

Le nom des Jecokes dérive des mots français pour Comic Youth of Kenya — le Kenya étant un quartier délabré de Lubumbashi.

Pendant des décennies, jusque dans les années 1980, la Gécamines était « un État dans l’État », rappelle Pierre Katamba, ancien membre de la troupe.

« Nous avions l’habitude de l’appeler ‘maman et papa.’ Vous recevriez un traitement médical gratuit et les enfants recevaient une éducation gratuite. »

– « Les choses sont dures » –

L’ère paisible a commencé à s’effondrer dans les années 1990, lorsque la mondialisation a commencé à frapper l’industrie minière, suivie de bouleversements politiques dans la lointaine Kinshasa, puis de deux guerres régionales.

En 2003, la Banque mondiale a financé un programme de licenciement pour supprimer 10 655 travailleurs de la masse salariale de 36 000 de la Gécamines, bien qu’une partie de l’argent ait disparu dans un pays connu pour sa corruption.

La Gécamines conserve son rôle central dans la stratégie économique de la République Démocratique du Congo.

Mais son objectif de nos jours est le cobalt, le minéral clé dans les batteries pour les produits électroniques.

Avec le déclin de la Gécamines, les temps et les goûts ont changé. Dans quelques années, qui se souviendra du Jecoke ?

« Tout le monde a abandonné la musique Jecoke pour se lancer dans la rumba », a déclaré Tshibanda.

« Pour résumer, les choses sont dures », a déclaré Laurent Ilunga Kazadi, 74 ans, toujours aussi resplendissant dans son costume.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Nous ne pourrons jamais soutenir la légalisation du cannabis – Président de la NDLEA – Channels Television

Nous ne pourrons jamais soutenir la légalisation du cannabis – Président de la NDLEA – Channels Television

الجزائر.. إقالة مسؤولين بارزين بعد حادثة "حافلة العار"

Algérie.. Des hauts fonctionnaires licenciés après l’incident du « Bus of Shame »