in

RD Congo : Une triste histoire de souffrance au milieu de l’abondance

RD Congo : Une triste histoire de souffrance au milieu de l'abondance

Actuexpress Le 2021-03-03 09:00:00, RD Congo : Une triste histoire de souffrance au milieu de l’abondance

PAR ALBERT AFESO AKANBI

J’ai vu une vidéo aujourd’hui, de certains Congolais qui ont découvert une montagne pleine d’or dans leur région, et les villageois se sont rapidement précipités sur la montagne, creusant avec leurs mains et tout autre instrument qu’ils pouvaient trouver. Je ne peux pas dire si la vidéo est authentique ou non, mais ce dont je suis sûr, c’est l’enfer vivant qu’est devenue la vie en RD du Congo aujourd’hui. Et cette souffrance n’est pas due à une faute de leur part, mais purement avec ce que Dieu les a bénis.

L’histoire de la République démocratique du Congo, l’un des pays les plus grands et les plus riches d’Afrique, est celle de la souffrance au milieu de l’abondance.

Pendant des années, de puissantes nations occidentales ont pillé cette nation, et maintenant, depuis 1996, plus de six millions de Congolais sont morts dans les conditions les plus inhumaines et pour quoi ? Juste pour que la plupart de ces pays occidentaux et leurs habitants puissent bénéficier des ressources de cette nation.

Le Congo est extrêmement riche en or, diamant, cuivre, cobalt, étain, uranium, coltan et tant d’autres ressources minérales précieuses.

En fait, 65% du total des gisements de coltan de la terre se trouvent au Congo, et le coltan est très important dans la fabrication d’appareils électroniques modernes comme les téléphones portables, les iPads, les ordinateurs, les ordinateurs portables, les stations de jeu, les moteurs à réaction, les x box pour n’en nommer que quelques-uns. . N’importe où sur terre, vous voyez un ordinateur portable ou un téléphone portable, dont celui avec lequel vous lisez cet article porte désormais une empreinte du Congo. De droit, le Congo est censé être l’un des pays les plus riches d’Afrique, mais non, il ne l’est pas. Au lieu de cela, il est en proie à une guerre sans fin, à la misère et à la pauvreté.

En dehors de la misère mordante, il y a plus de 3 millions de confessions chrétiennes, pas des branches d’église cette fois, mais des confessions, au Congo. Avec le Réseau des droits de l’enfant et de réadaptation CRARN, une ONG dédiée au sauvetage des enfants accusés de sorcellerie à Akwa Ibom et dans le sud du Nigeria, j’ai travaillé pour sauver un certain nombre d’enfants, mais j’ai été choqué d’apprendre qu’au Congo, le nombre d’enfants qui ont été condamnées comme sorcières au fil des ans, sont innombrables, et beaucoup de ces enfants qui échappent à la torture et à la mort, sont bannis dans la dure vie des mines d’or de ce pays.

En 1946, le monde occidental a adopté le Strategic Mineral Stockpiling Act dans le but d’obtenir et de stocker du cobalt. Avec le plus grand gisement de cobalt sur la planète Terre, le Congo est devenu une cible puisque le cobalt est une ressource minérale « stratégique et critique » essentielle dans les industries américaines de l’aérospatiale, de l’armée et de la défense.

Même des pays voisins comme le Rwanda et l’Ouganda, des pays dans lesquels des pays occidentaux comme les États-Unis et le Royaume-Uni continuent de verser une aide financière, n’ont, à leur tour, pas arrêté le pillage et le pillage du Congo au nom de ce que de nombreux analystes ont insisté pour être leurs parrains occidentaux.

Dans d’innombrables études, les Nations Unies ont inculpé d’innombrables sociétés multinationales occidentales dans leur exploration des ressources du Congo comme le coltan, et dans certaines de ces études, elles ont même qualifié ces sociétés de « moteur du conflit » au cours des 30 dernières années. guerre dans ce pays.

Et depuis lors, des hommes, des femmes et des enfants congolais ont été torturés, violés, affamés et même tués juste pour continuer cette guerre, détourner l’attention de l’exploitation des ressources, afin que l’Occident puisse continuer à avoir accès aux ressources. Les mêmes études de l’ONU ont cité des cas de génocide contre le peuple congolais par les forces rwandaises et ougandaises, et pourtant rien n’a été fait.

Devinez quoi, les médias occidentaux ne couvriront pas ce qui se passe au Congo, et même s’ils le font par erreur, ils s’assureront que l’accent est mis sur les atrocités et les crimes perpétrés par les groupes rebelles, mais ils ne vous diront pas que c’est le même Occident et ses entreprises multinationales qui financent, arment et entraînent ces groupes rebelles.

Des dirigeants révolutionnaires comme Laurent-Désiré Kabila qui se sont soulevés pour dénoncer ces crimes et demander un changement ont été soit diabolisés par la presse occidentale, soit tués par les puissances occidentales et leurs mandataires locaux. Feu Kabila en tant que président du Congo mais a été assassiné. Arrêtez-vous un instant et demandez-vous pourquoi partout en Afrique, tout au long du temps où nous avons commencé à accéder à l’indépendance, pourquoi de jeunes voix révolutionnaires qui se sont élevées dans leurs différents pays, des hommes comme Tom Mboya, Amilcar Cabral, Patrice Lumumba, Thomas Sankara, Steve Biko , Kadhafi pour n’en citer que quelques-uns, ont été brutalement assassinés ?

Et le Nigeria, un pays qui est censé être l’espoir du monde noir, qui devrait s’élever comme un grand frère pour la défense de l’Afrique noire, s’enlise avec le gouvernement et les dirigeants les plus arriérés du monde. Et pour aggraver les choses, nous débattons encore ici de l’élevage de bétail et de l’enlèvement à grande échelle d’écoliers par des terroristes au 21e siècle.

Alors ceux de nos concitoyens qui devraient mieux savoir, de temps à autre, ignorent ces tristes événements de notre pays et de nos frères et sautent sur des nouvelles isolées des réalisations d’un ou deux Nigérians ou Africains, comme l’actuel DG de l’OMC, pour les célébrer comme si cela changerait d’une manière ou d’une autre le comportement de l’Occident à notre égard et arrêterait d’une manière ou d’une autre la situation qui continue de se détériorer sur le continent mère.

C’est presque comme si l’approbation et l’acceptation de l’Occident, de certains universitaires africains ou technocrates nigérians était désormais un critère pour mesurer nos progrès en négligeant de développer notre patrie et d’appeler à la fin de toutes ces injustices insupportables. Un Okonjo Iweala serait au rendez-vous quelque part où vous verrez Internet devenir viral, pendant ce temps, des concitoyens meurent de faim et d’injustices évitables.

N’est-il pas temps pour nous de nous réveiller ?

Albert Afeso Akanbi est écrivain, documentariste et humanitaire. Il écrit depuis Abuja et peut être contacté via @Dopplerfilmz sur les réseaux sociaux.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Chikwe Ihekweazu

Les tests COVID-19 s’arrêtent dans 13 États, la variante Delta frappant des Nigérians non vaccinés

علم الجزائر

Le ministère public enquête sur l’espionnage des intérêts de l’Algérie