in

Sassou règne comme un empereur tandis que les Congolais meurent de l’extrême pauvreté | Congo-Brazzaville

Actuexpress Le 2021-04-10 08:50:00, Sassou règne comme un empereur tandis que les Congolais meurent de l’extrême pauvreté | Congo-Brazzaville

Le résultat de l’élection présidentielle du mois dernier au Congo-Brazzaville n’a apporté aucune surprise. Après 36 ans au pouvoir, Denis Sassou Nguesso, 77 ans, a recueilli 88% des voix avec un taux de participation de plus de 67%. Les accusations d’irrégularités de vote, y compris le bourrage des urnes, étaient répandues. Son plus proche rival, qui avait appelé à un «vote pour le changement», est mort de Covid le jour du vote.

La télévision a montré un Sassou triomphant chez lui avec ses sbires souriants, alors que le ministre de l’Intérieur, Raymond Zéphirin Mboulou – à la place du chef de la commission électorale – a annoncé la victoire. La question est maintenant de savoir si l’Union africaine, les États-Unis, l’UE, le Royaume-Uni et l’ancienne puissance coloniale, la France, vont simplement fermer les yeux sur un autre résultat électoral contesté alors que les Congolais meurent d’extrême pauvreté?

Sassou a prononcé le plus bref discours de victoire: «Par ce vote, les gens dans leur majorité ont répondu et ont déclaré que nous avions la capacité de rebondir, de récupérer notre économie et de progresser vers le développement.»

Je me demande comment ce pays peut-il rebondir et se remettre alors que Sassou le gouverne comme un empereur?

Une élection apporte une légitimité, même si c’est un exercice de transparence aussi flagrant que l’empereur portant ses nouveaux vêtements

Élu pour la première fois en 1979, Sassou est au pouvoir depuis 36 des 61 ans que ce pays d’Afrique centrale riche en pétrole est indépendant. Cette victoire prolonge son règne jusqu’en 2026. Sassou a connu six présidents français, de Valéry Giscard d’Estaing à Emmanuel Macron. D’ici la fin de 2026, il sera au pouvoir depuis plus longtemps que Joseph Staline et le dictateur centrafricain Jean-Bédel Bokassa réunis.

Depuis l’époque de l’Union soviétique, le Congo-Brazzaville, un pays de 5,5 millions d’âmes avec un âge médian de 17 ans, n’a jamais été une démocratie, ni une république en termes libéraux. Sassou le gouverne d’une main de fer. Sa «victoire» électorale de 2016 a déclenché des violences dans tout le pays.

Au cours de la campagne 2021, Sassou a ordonné la fermeture des services Internet pendant près d’une semaine, y compris le jour du scrutin.

Le chien de garde de la démocratie Freedom House, qui évalue les pays sur leurs libertés politiques et civiques, classe le Congo de Sassou comme «non libre». L’indice de développement humain de l’ONU place le pays à 149 sur 189, deux points au-dessus de la Syrie déchirée par la guerre. Pourtant, le Congo est le sixième producteur de pétrole d’Afrique, avec d’énormes revenus. Cependant, au milieu de la kleptocratie de Sassou, le pays reste paradoxalement pauvre, avec près de la moitié de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté.

L’économie stagne également. Les fonctionnaires passent des mois sans salaire ni pension. Les hôpitaux passent des mois sans médecine de base. L’indice de perception de la corruption de Transparency International classe le Congo-Brazzaville parmi les 20 pays les plus corrompus au monde.

La mauvaise gestion de Sassou est une affaire de famille. Sa fille Julienne Sassou Nguesso et son mari, Guy Johnson, ont été inculpés de corruption et de blanchiment d’argent en France. Global Witness a allégué en avril 2019 que son autre fille Claudia Sassou Nguesso, députée et chef des communications du président, avait reçu près de 20 millions de dollars (15 millions de livres sterling) de fonds publics apparemment volés et les avait utilisés pour acheter un appartement de luxe à Trump Tower, New York, allégations qu’elle a démenties.

Son fils, Denis Christel Sassou Nguesso, également élu au parlement congolais, est en train d’être préparé pour succéder à son père. Il aurait également prélevé plus de 50 millions de dollars sur les fonds du Trésor congolais pour son profit personnel, selon une enquête de Global Witness.

Sans surprise, nombre des opposants les plus virulents de Sassou, y compris son ancien challenger Jean-Marie Michel Mokoko et son ancien ministre André Okombi Salissa, ont été emprisonnés, exilés ou sont morts. Cela n’a laissé aucune alternative crédible à son fils lorsque Sassou quitte la politique.

Peu de temps avant les élections de mars 2021, le défenseur des droits humains Alexandre Ibacka Dzabana a été arbitrairement arrêté par les agents des services de renseignement de Sassou. Il est toujours détenu à Brazzaville où il s’est vu refuser l’accès à son avocat et à sa famille. Pourtant, il n’y a pratiquement aucune indignation de l’extérieur du pays.

En 2019, Sassou a annoncé la découverte de nouveaux gisements de pétrole qui augmenteraient la production quotidienne de la république de 350000 barils par jour à 980000, triplant les revenus du Congo issus du secteur pétrolier et gazier. C’est peut-être pour cette raison que le pouvoir n’a pas changé de mains par les urnes et que de sérieuses réformes n’ont pas été adoptées, alors que la communauté internationale ne voit rien, n’entend rien et ne fait rien.

Pourquoi, alors, vous vous demandez peut-être, Sassou s’embarrasse-t-il du tout de la mascarade d’une élection à plusieurs candidats? Pourquoi n’a-t-il pas encore déclaré le Congo fief personnel et s’est-il couronné empereur comme Bokassa l’a fait en RCA, ce que ses pairs, dont le président de la Guinée, Alpha Condé, et le ivoirien Alassane Ouattara, l’appellent publiquement?

Parce que, comme d’autres kleptocrates l’ont découvert, une élection apporte de la légitimité, même si c’est un exercice aussi ouvertement transparent que l’empereur portant ses nouveaux vêtements. Sassou – le seigneur de guerre qui a renversé l’élu démocratiquement Pascal Lissouba pour se réintégrer à la tête, déclenchant une guerre civile qui a fait des milliers de morts et qui reste une plaie ouverte dans le pays – veut un pouvoir illimité, peut-être pour la durée de sa vie. Mais Sassou veut aussi une approbation internationale. Sûrement une opportunité pour la communauté internationale de capitaliser?

What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Buhari nomme Oyegun président du conseil d'administration de l'UI

Buhari nomme Oyegun président du conseil d’administration de l’UI

الترجي ومولودية الجزائر

La formation attendue du match Espérance et Mouloudia