in

A l’occasion du 40e anniversaire de sa fondation, des conflits internes et des transformations régionales menacent la « Renaissance » tunisienne.

في الذكرى الـ40 لتأسيسها.. صراعات داخلية وتحولات إقليمية تهددان "النهضة" التونسية

Rédaction Le 2021-06-06 12:48:00, A l’occasion du 40e anniversaire de sa fondation, des conflits internes et des transformations régionales menacent la « Renaissance » tunisienne.

Publié: 06 juin 2021 10:48 GMT

Mise à jour : 06 juin 2021 11:55 GMT

Aujourd’hui, dimanche, le mouvement Ennahda en Tunisie célèbre le 40e anniversaire de sa fondation, sur fond de conflits internes et d’évolutions régionales, qui menacent sa présence sur la scène politique, selon les observateurs.

Aujourd’hui, 4 décennies se sont écoulées depuis la fondation du Mouvement de la tendance islamique, dont le nom a ensuite été changé en Mouvement Ennahda, après son activité politique secrète pendant 9 ans, pour être le premier parti islamiste en Tunisie.

Depuis sa fondation jusqu’en 2011, le mouvement Ennahda a continué dans de fréquents heurts avec le pouvoir, avant d’obtenir une licence lui permettant d’opérer en Tunisie en mars 2011, puis de participer aux élections qui lui ont permis d’avoir la majorité à l’Assemblée constituante, et de participer au gouvernement durant la décennie Cette dernière, plaçant ainsi sa carrière politique, sur 4 décennies, sous le microscope de l’évaluation.

Une situation difficile

Le politologue Abdel Wahed El Yahyaoui estime que le mouvement Ennahda, 40 ans après sa fondation, apparaît dans une « situation très difficile », après avoir perdu, en 10 ans, les deux tiers de ses électeurs, sur fond de critiques croissantes à son encontre, contre l’arrière-plan de son incapacité à gérer les crises économiques et sociales auxquelles elle est confrontée, la Tunisie l’a connue après la révolution.

Al-Yahawi a estimé dans des déclarations à « Erm News » que le mouvement Ennahda n’avait pas non plus réussi à se renouveler sur le plan organisationnel, et malgré sa promesse de séparer l’affaire du politique lors de sa dixième conférence en 2016, nombre de ses pratiques restaurent les anciennes tendances conservatrices du parti. d’il y a des décennies.

Yahyaoui a déclaré que ce qui menace le plus le mouvement Ennahda à l’occasion de l’anniversaire de sa fondation, ce sont ses conflits internes sur la circulation démocratique de la direction, et le choc des courants et des générations en son sein, après que la présence de Rached Ghannouchi à la direction du parti s’est poursuivie pendant plus de 40 ans.

2021-06-hj-5-1200x675

lutte générationnelle

Pour sa part, le militant politique Karim Bouzma estime que les discussions au sein du mouvement Ennahda mettent en évidence l’existence d’une semi-rupture entre les règles et une partie de l’ancienne direction qui mène toujours la scène politique, en raison des différences entre elles dans la lecture de l’évolution la réalité politique du pays, comme il l’a dit.

Karim Borzma a estimé dans des déclarations à « Erm News » que le chef du mouvement Ennahda, Rashid Ghannouchi, porte l’essentiel de la responsabilité de ne pas avoir développé le parti malgré le passage de 4 décennies, et de l’avoir entraîné dans des conflits répétés avec diverses forces progressistes. , ainsi que son incapacité à gérer la différence au sein du Parlement, et leur refus catégorique de se retirer de la scène politique.

Borzma a ajouté que le mouvement Ennahda a été fondé sous la forme d’un groupe similaire à tous les courants de la Fraternité dans le monde, et qu’il a abandonné de nombreuses « idées du groupe » en raison de son adhésion à la société et de ses composantes politiques, mais il a pas réussi à se transformer en parti civil, car il est toujours poursuivi par des accusations de possession d’un appareil secret spécial.

7e-anniversaire-de-la-révolution-de-jasmin

D’autre part, l’activiste politique Abdel Majid Al-Saidi estime que le mouvement Ennahda a su résister parmi les courants de l’islam politique, et ses partis disparus dans la région arabe, grâce à sa capacité à transformer un parti idéologique religieux en un parti pragmatique qui gère les intérêts, comme il le dit.

Dans des déclarations à « Erm News », Al-Saidi a estimé que la Renaissance a fourni des signaux importants à l’étranger ces dernières années, bien qu’ils soient relatifs et limités, sur sa distance avec la violence, l’extrémisme et l’extrémisme qui ont accompagné le processus de fondation, et sur la transition de l’islam politique à l’islam démocratique, et sur le gouvernement conjoint, comme il l’a dit.

Cependant, Al-Saidi, soulignant que le mouvement Ennahda vit de l’impact des changements régionaux, suggère la possibilité que la Turquie et le Qatar abandonnent tous les courants de l’islam politique, ce qui pourrait le menacer de perdre sa place sur la scène politique, d’autant plus que la vague d’opposition s’étend d’année en année, comme il l’a dit.

What do you think?

19 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
منتخب الجزائر

Les dates des matchs d’aujourd’hui, dimanche 6-6-2021, et les chaînes porteuses.. L’Angleterre face à la Roumanie et l’Algérie face au Mali

Abir Moussi, le tsunami politique qui dérange