in

A propos des abus sexuels présumés de Foucault sur des garçons en Tunisie

A propos des abus sexuels présumés de Foucault sur des garçons en Tunisie

Actuexpress Le 2021-04-16 16:41:37, A propos des abus sexuels présumés de Foucault sur des garçons en Tunisie


Je ne demande pas que Foucault soit «annulé», mais nous devons nous pencher sur les rapports récents concernant son comportement prédateur en Tunisie.

Haythem Guesmi

«La Tunisie, pour moi, représentait en quelque sorte la chance de me réinsérer dans le débat politique. Ce n’est pas Mai 68 en France qui m’a changé; c’est Mars 68, dans un pays du tiers-monde. »C’est ainsi que Michel Foucault, philosophe français, a décrit son séjour en Tunisie, un pays qui l’a accueilli et lui a offert son premier poste d’enseignant universitaire à l’université de Tunis.

Foucault, personnage public et célèbre théoricien du pouvoir et de la sexualité, est redevable à la Tunisie de ses premières expériences transformatrices. Il a été fasciné par un exposé des débats intellectuels sur le fait qu’il a pris part et par le radicalisme de l’activisme politique contre la déshumanisation dont il a été témoin pendant son séjour à Tunis à la fin des années 1960.

À la même époque, Foucault, le personnage privé, aurait abusé sexuellement d’enfants tunisiens prépubères.

Les rumeurs d’abus sexuels de Foucault sur des enfants sont connues depuis longtemps des Tunisiens, mais un nouveau récit dévastateur a récemment été publié par le célèbre essayiste français Guy Sorman.

Dans une interview accordée à la chaîne de télévision publique française France 5 le 5 mars, Sorman a confirmé que, lors d’une visite à Foucault, il a été témoin de ce que Foucault faisait avec de jeunes enfants en Tunisie… des choses ignobles . La possibilité de consentement ne pouvait pas être recherchée. C’étaient des choses d’une extrême laideur moral ».

Dans une deuxième interview accordée au journal britannique The Sunday Times le 28 mars, il se souvient qu ‘»ils avaient huit, neuf, dix ans, il leur jetait de l’argent et leur disait’ rencontrons-nous à 22 heures à l ‘ endroit habituel ‘», un cimetière local de la ville de Sidi Bou Said, au nord de la capitale Tunis. «Il y faisait l’amour sur les pierres tombales avec de jeunes garçons. La question du consentement n’était même pas posée. »

Foucault est le dernier en date d’une longue liste tristement célèbre d’écrivains, d’artistes, d’intellectuels et d’hommes politiques français dont on dit qu’ils ont abusé sexuellement d’enfants dans les (néo) colonies: Paul Gauguin, André Gide, Gabriel Matzneff, Frédéric Mitterrand, Jack Lang, etc. Matzneff est aujourd’hui poursuivi en justice, tandis que Mitterrand et Lang ont catégoriquement démenti toutes les rumeurs et accusations. Dans le cas de Foucault, cependant, la question sera probablement balayée sous le tapis sans grand débat.

Il convient de noter les principaux journaux français, tels que Le Monde et Libération, ni même tunisiens, n’a fait état de l’accusation de Sorman.

Cette absence de prise en compte médiatique de la pédophilie présumée de Foucault en Tunisie peut également être liée aux déformations et au silence qui ont caractérisé la manière dont la plainte de Sorman a été formulée par le Sunday Times.

Le journal britannique a sapé la possibilité d’un examen impartial des antécédents présumés d’abus sexuels de Foucault en présentant son rapport comme une attaque contre «un phare de l’idéologie« réveillé »d’aujourd’hui» et «les intellos parisiens ». Ce faisant, il a déprécié la conversation, pourtant nécessaire, sur les abus sexuels présumés de Foucault en la transformant en une énième critique biaisée de la gauche française par un média britannique de droite.

Pendant ce temps, Matzneff, écrivain français de renom, a été publiquement disgracié et est poursuivi par les autorités françaises pour des accusations de pédophilie sur les enfants français et philippins. Bien qu’il ait relaté dans ses nombreux romans ses expériences d’abus sexuels sur des garçons et des filles aux Philippines, il n’a été lâché par ses éditeurs et privé de ses prix littéraires et de ses chroniques qu’après la publication d ‘un livre accablant intitulé Consentement, rédigé par Vanessa Springora, l’une des victimes mineures blanches de l’écrivain.

La vérité dérangeante est que la différence entre la réaction intense à l’objet de Matzneff et l’acte d’accusation apprivoisé à l’identité de Foucault ont acquis une longue histoire dans laquelle le sujet (néo) colonial est considéré comme un corps jetable.

Ce qui est souvent écarté dans le mouvement mondial actuel de prise de conscience #metoo, c’est la figure de l’enfant des pays en développement.

Comme le note Sorman, l’abus de Foucault sur les garçons tunisiens est similaire à l’exploitation sexuelle des filles tahitiennes par le peintre français Paul Gauguin. Ils étaient tous deux prisonniers de l ‘»autre» indigène, qu’ils considéraient comme primitif et exploitable; ils se sont tous deux échappés de la métropole française pour échapper à la surveillance et laisser libre cours à leur nature de prédateur; et ils ont tous deux utilisés leur prestige et leur pouvoir économique et culturel pour permettre un contrôle total sur le corps de leurs jeunes victimes.

La seule différence entre ces deux abuseurs d’enfants français est la manière dont ils ont représenté dans leurs œuvres leur brutalisation sexuelle des enfants des pays en développement: Gauguin a mis à nu tous les stéréotypes sexuels et raciaux dans ses tableaux et a célébré explicitement ses désirs de prédateur.

Foucault, en revanche, a été beaucoup plus stratégique. Bien qu’il soit le théoricien et le critique le plus influent de la relation entre sexualité, savoir et pouvoir en Occident, Foucault a complètement ignoré le sujet colonial dans ses écrits sur la sexualité. Et pourtant, je crois aujourd’hui que les abus sexuels de Foucault sur les garçons tunisiens ont élargi l’information et façonné sa critique des notions de sexe normal ou naturel et de sexualité des enfants. Après tout, la déshumanisation et l’exploitation de la (néo) colonie ont toujours été au cœur de l’académie occidentale.

Le séjour de Foucault en Tunisie continue d’être inexplicablement sous-estimé. La plupart des biographies du théoricien français se concentrent soit sur sa nomination en tant que professeur d’université entre 1966 et 1968 et son éveil intellectuel et politique, soit sur son engagement dans les questions sociales et politiques de la Tunisie post-indépendance sous le régime de Habib Bourguiba.

On ne sait toujours pas si Bourguiba a demandé que Foucault soit nommé à l’université de Tunis et lui a donc offert une immunité totale. L’affirmation selon laquelle Foucault aurait décidé de quitter la Tunisie pour la France après avoir été battu par la police tunisienne en raison de son activisme politique reste également sujette à caution, car avant cet incident, il avait déjà accepté un nouveau poste de directeur du département de philosophie de l’université de Vincennes. Et surtout, sur soupçonne qu’il n’existe pas de dossier de police accessible au public vu les années passées par Foucault en Tunisie. À l’époque, Beji Caid Essebsi, originaire de Sidi Bou Saïd et devenu plus tard président de la Tunisie, était ministre de l’intérieur et était connu pour ses politiques de surveillance policière panoptique. Et pourtant, il semble qu’il n’y ait aucune trace officielle du comportement prédateur de Foucault dans le pays.

Aujourd’hui encore, il est naïf d’espérer que Foucault soit tenu responsable de ses actes monstrueux. L’intelligentsia française a toujours été très protectrice à l’égard de ses figures de proue lorsque leurs abus sexuels sont dirigés vers des victimes issues de pays en développement. Ainsi, les appels à prendre en compte ce terrible héritage seront probablement réduits à une note de bas de page dans les travaux universitaires et culturels.

Pour être clair, je ne demande pas que Foucault soit «annulé» ou que les rapports sur ses abus sexuels sur des enfants soient utilisés pour attaquer son travail académique et le monde universitaire en général.

Mais il est important de reconnaître que la monstruosité de Foucault a changé de façon permanente la vie de nombreux enfants tunisiens sans visage et sans nom, et qu’elle a eu des transformations traumatiques sur leur vie. La reconnaissance de ses abus sexuels en Tunisie signifie que la justice sociale peut enfin être rendue à ses victimes.

Aljazeera, 16 avr 2021

Etiquettes: Tunisie, Michel Foucault, pédophilie, pédocriminalité, #Metoo, inceste #Metooinceste, philosophie, pensée,

What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Ils étaient en route pour l'Italie ... les corps de 21 immigrants ont été retrouvés après le naufrage de leur bateau au large de la Tunisie

Ils étaient en route pour l’Italie … les corps de 21 immigrants ont été retrouvés après le naufrage de leur bateau au large de la Tunisie

Le nouveau président de la fédération algérienne est confiant de parvenir à un accord avec la "FIFA"

Le nouveau président de la fédération algérienne est confiant de parvenir à un accord avec la « FIFA »