in

à Sfax, la jeunesse tunisienne soutient le coup de force du président

à Sfax, la jeunesse tunisienne soutient le coup de force du président

Actuexpress.net Le 2021-07-31 13:27:07, à Sfax, la jeunesse tunisienne soutient le coup de force du président

Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, inscrivez-vous à la newsletter du « Monde Afrique » depuis ce lien. Chaque à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traités par la rédaction du « Monde Afrique ».

De jeunes Tunisiens, Sahbi, Oussama, Hammadi et Houssem, devant un café fermé après le début du couvre-feu, à 19 heures à Sfax, le 29 juillet 2021. De jeunes Tunisiens, Sahbi, Oussama, Hammadi et Houssem, devant un café fermé après le début du couvre-feu, à 19 heures à Sfax, le 29 juillet 2021. NOUREDDINE AHMED POUR « LE MONDE »

Même les chats ne sortent plus la nuit. Dans les rues abandonnées par le trafic et le tintamarre habituels, seuls quelques hommes restent dehors, malgré les 30 degrés, pour discuter et fumer une chicha entre amis. Ce soir-là, le « peuple » de Sfax respecte presque à la lettre le couvre-feu (19 heures-6 heures), déclenché nocturne pour lutter contre l’épidémie de Covid-19 et étendu le 26 juillet par le président, Kaïs Saïed, qui vient de perpétrer un coup de force politique, plongeant la Tunisie dans l’inconnu.

« Ici, on est tous contenus de ce qu’a fait Kaïs Saïed, résume Oussama. À nous. » Il est presque 22 heures et la chaleur est toujours aussi assommante. Dans une artère peu éclairée qui longe l’hôpital Hedi Chaker, ce jeune homme de 23 ans, guichetier à la gare routière, se perd dans l’écran de son téléphone. A côté de lui, ses quatre amis partagent le même bout de trottoir et les mêmes doutes.

En plein couvre-feu, on parle de tout et surtout du « coup d’éclat » de leur président, qui a limogé le chef du gouvernement, Hichem Mechichi, et gelé les travaux du Parlement, en invoquant des « périls imminents » pour le paie. Tout en s’octroyant le pouvoir exécutif, Kaïs Saïed a mis sur la touche le parti islamo-conservateur Ennahda, principale formation au sein de l’Hémicycle et qui dénonce depuis un « coup d’État ». « Ce n’est pas un coup d’Etat, ou alors il est light », rétorque Oussama.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La Tunisie plongée dans l’inconnu après le coup de force du président Kaïs Saïed

Ras-le-bol contre la classe politique

La cité portuaire de l’Est, le poumon économique et la deuxième ville du pays, est pourtant une terre traditionnellement acquise à la formation islamiste. Ennahda y est arrivé en tête aux élections législatives en 2014 et 2019. Le maire, Mounir Elloumi, élu en 2018, est l’un de ses membres. La dernière grande ville avant le Sud est bien connue pour son conservatisme. Mais, comme le reste de la Tunisie, Sfax soutient les mesures inédites du président, principalement au sein de cette jeunesse qui fut l’un des moteurs, en 2019, de l’élection de Kaïs Saïed, un ancien professeur de droit alors inconnu sur la scène politique.

Certains des veilleurs, comme Oussama, ont déclaré au matin du 25 juillet, jour de la Fête de la République, pour demander la démission du gouvernement lors d’une des plus importantes marches du pays. Ils ont vu des révoltés chercher à saccager un local d’Ennahda dans le quartier de Rbat. Dans la soirée, ils ont acclamé leur chef d’État pour avoir, disent-ils, réussi à éjecter « ce parti de corrompus », incapable de venir à bout de la crise économique et sanitaire dans laquelle se débat le pays.

Il vous reste 60,68% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Leader d'Ennahda : Nous avons lancé une initiative cachée pour résoudre la crise en Tunisie

Leader d’Ennahda : Nous avons lancé une initiative cachée pour résoudre la crise en Tunisie

AKEREDOLU JEGEDE

PDP frappe Akeredolu pour avoir demandé à Jegede de le rejoindre