in

Al-Marzouki met en garde contre « l’état du frère leader » et les milices de la foule populaire en Tunisie

Al-Marzouki met en garde contre "l'état du frère leader" et les milices de la foule populaire en Tunisie

Rédaction Le 2021-08-21 10:58:00, Al-Marzouki met en garde contre « l’état du frère leader » et les milices de la foule populaire en Tunisie

il y a 3 heures

Al-Marzouki met en garde contre

taille de police

Tunisie – « Al-Quds Al-Arabi » : l’ancien président tunisien Moncef Marzouki a mis en garde contre ce qu’il a appelé « le chef de l’État frère » et les milices de la mobilisation populaire en Tunisie, critiquant la restriction par les autorités d’un grand nombre de politiciens et empêchant les empêcher de voyager, ainsi que de placer d’autres personnes en résidence surveillée, à la lumière des procédures La décision exceptionnelle prise par le président Kais Saied.

Al-Marzouki a écrit sur sa page Facebook : « La famille d’Imad Al-Daimi (un ancien député proche d’Al-Marzouki) a été détenue à l’aéroport pendant plus d’une heure pour les empêcher de voyager. Même son de cloche avec sœur Lamia Khamiri (secrétaire générale du parti Hirak), qui a été empêchée de voyager pendant des jours. Suivi des députés de la Dignity Coalition et des restrictions imposées à leurs familles. Placer les citoyens sur pontificat sous aucune loi. Des listes dont personne ne sait qui les a créées pour traquer des citoyens tous coupables d’appartenance à une profession ou à un parti et suspectés. La nomination de hauts fonctionnaires sans le droit de le faire en vertu de la constitution est toujours en vigueur et la preuve en est la fausse invocation de l’article 80. Sans parler de la fermeture du Parlement et de l’absence d’un gouvernement légitime. Ce sont les premières étapes pour abolir complètement l’État de droit et les institutions, et faire place à l’État frère du leader et aux milices de la mobilisation populaire. »

Il a ajouté : « Ceux qui tambourinent et crient au coup d’État se réjouissent d’Ennahda, détestent les partis corrompus et espèrent en vain que leur situation s’améliorera. Ils ne comprennent pas ce qu’ils ont perdu en retour. Ils ont perdu le gain le plus important pour lequel les générations se sont battues, ce qui est la preuve de la civilité de tout peuple dans le monde. Être en colère contre les institutions que nous avons tous créées avec leurs défauts et leurs défauts, qui sont nos propres défauts et défauts. Et découvrir que les lois qui nous régissent ne sont pas aussi efficaces que nous le souhaitons, notamment dans la lutte contre la corruption, ne signifie pas que nous mettons de côté les lois et les institutions, mais plutôt que nous les réformons et les développons.

Il a poursuivi : « Le jour où le chaos s’installera en Tunisie et les abus, les violations et les réactions se multiplieront à la suite de la vidange du nourrisson avec une salle de bain sale. Et le jour où ces batteurs goûteront aux conséquences de vivre dans un État dont le peuple a surestimé les gains les plus précieux : l’État de droit et les institutions, ils se souviendront combien ils se sont fait du tort à eux-mêmes, à leur pays et aux générations qui se sont sacrifiées pour vivre en citoyens et non en sujets.

Al-Marzouq avait précédemment qualifié les mesures exceptionnelles prises par le président Kais Saied de « coup d’Etat », mettant en garde contre la division des Tunisiens et l’ingérence extérieure dans les affaires du pays.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Election des membres de la Cour constitutionnelle en octobre prochain

Election des membres de la Cour constitutionnelle en octobre prochain

Le Président tunisien Kaïs SaÏed a annoncé le 25 juillet dernier la suspension du Parlement et le limogeage du Premier ministre.

Tunisie : les entrepreneurs empêchés de quitter le pays