in

Alertes de troubles en Tunisie suite à la fuite d’un document gouvernemental sur la levée des subventions et le licenciement des salariés

Alertes de troubles en Tunisie suite à la fuite d'un document gouvernemental sur la levée des subventions et le licenciement des salariés

Actuexpress.net Le 2021-05-06 15:50:00, Alertes de troubles en Tunisie suite à la fuite d’un document gouvernemental sur la levée des subventions et le licenciement des salariés

Publié le 6 mai 2021 à 13h50 GMT

Date de mise à jour: 6 mai 2021 14:55 GMT

Les engagements du gouvernement tunisien d’augmenter progressivement les subventions et de réduire les salaires en échange de nouveaux financements du Fonds monétaire international ont déclenché des avertissements de troubles sociaux et de colère publique généralisée.

Un document gouvernemental divulgué a montré, il y a deux jours, que la Tunisie envisage de réduire le bloc salarial à 15% du PIB, au cours de l’année prochaine, en imposant un programme de départ volontaire des salariés.

nouveau-gouvernement-en-tunisie-prend ses fonctions

Selon le document, la Tunisie envisage également d’annuler les subventions alimentaires, puis le carburant, l’électricité et le gaz, en échange de subventions en échange d’argent pour tous les Tunisiens, quels que soient leurs revenus. Dans le but de persuader le Fonds monétaire international de prêter à la Tunisie 4 milliards de dollars.

A ce sujet, l’observatoire (association de surveillance civique) a écrit au gouvernement; Dans le but d’obtenir des éclaircissements sur ce qu’il a qualifié d ‘«engagements douloureux» que la Tunisie a pris envers le Fonds monétaire international, dans les négociations qui s’achèveront samedi prochain, et sur l’avenir des accords internes comportant des engagements financiers et sociaux.

L’économiste, Wagdi Bin Rajab, a averti que la mise en œuvre de ces promesses faites par la Tunisie au Fonds monétaire international, concernant la levée des subventions et la réduction de la masse salariale, déclencherait des troubles sociaux généralisés.

Bin Rajab a déclaré dans des déclarations à « Erm News », que les réformes promises par le gouvernement sont des réformes antérieures que les gouvernements successifs du pays n’ont pas mis en œuvre sous prétexte de préserver la stabilité sociale, ajoutant que le gouvernement actuel, qui travaille avec 8 ministres par intérim , et qui connaît des conflits politiques ne semble pas en mesure de remplir ces obligations.

«Bin Rajab» estime que le gouvernement dispose d’autres mécanismes qu’il peut utiliser pour mobiliser des ressources avec le moins de perturbations sociales possibles, y compris l’intégration de l’économie parallèle dans l’économie formelle et la mise en œuvre de la loi sur l’économie sociale et solidaire pour créer des emplois les employés qui quitteront la fonction publique.

Le Coordonnateur de l’Observatoire des mouvements sociaux (une association civile) Al-Sadiq Al-Bahri a estimé que l’épidémie de l’épidémie de Corona dans le pays a gravement endommagé de nombreux secteurs en Tunisie, soulignant que cela nécessite un plan global d’accompagnement social, au lieu de penser à expulser les salariés, dans une situation sociale dite de réponse sans précédent.

Dans des déclarations à « Erm News », Al-Bahri a ajouté que la suppression continue par le gouvernement des subventions sur les matériaux de base menace de provoquer une explosion sociale et une colère publique généralisée, similaire à la « révolution du pain » dont le pays a été témoin au début des années quatre-vingt.

Al-Sadiq Al-Bahari estime que le gouvernement tunisien ne dispose pas de statistiques précises concernant le nombre de personnes éligibles à une aide, et il s’appuie sur des données anciennes, et ainsi décaisser des subventions financières au lieu de subventionner des produits entraînera le chaos et des troubles sociaux.

D’autre part, l’analyste politique Abdul Majid Al-Saeedi estime qu’un accord en Tunisie concernant la tenue d’un dialogue national entre les institutions gouvernantes et les acteurs politiques aboutirait à une formule qui atténuerait l’impact de ces mesures sur les Tunisiens.

2021-05-a2_15

Said Saidi a déclaré dans des déclarations à « Erm News », que ces mesures liées à la réduction de la masse salariale, à l’orientation du soutien vers ceux qui le méritent et à la réforme des installations publiques, sont des réformes dont l’économie tunisienne a besoin pour surmonter l’état de déficit global, mais leur mise en œuvre nécessite une grande flexibilité.

What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Kano approuve un nouveau salaire minimum pour le personnel de ses propres universités

Kano approuve un nouveau salaire minimum pour le personnel de ses propres universités

notre enquête en Tunisie, aux origines de la rumeur

notre enquête en Tunisie, aux origines de la rumeur