in

Amiral tunisien à la retraite: il est temps de secourir |

Amiral tunisien à la retraite: il est temps de secourir |

Actuexpress.net Le 2021-05-25 19:19:06, Amiral tunisien à la retraite: il est temps de secourir |

Tunisie – Un amiral à la retraite de l’armée tunisienne et ancien conseiller à la sécurité nationale à la présidence, dans un communiqué d’opinion publique mardi, a appelé à sauver le pays, à la lumière du risque de désintégration des institutions étatiques et de la crise politique et économique qui afflige le pays.

Kamal Akrout a publié une déclaration d’opinion publique sur sa page officielle du site de réseautage social Facebook, également publiée par les médias locaux, dans laquelle il accusait les politiciens, les partis et les gouvernements de ne pas avoir dirigé le pays depuis la révolution de 2011 et de perpétuer les crises.

L’amiral à la retraite a été conseiller principal du défunt président Beji Caid Essebsi en 2015, puis l’a nommé conseiller en charge de la sécurité nationale en 2017, lorsqu’il s’est vu confier la restructuration du Conseil de sécurité nationale. Il a démissionné de son poste en octobre 2019 après l’élection du président Qais Saeed.

La critique publique du pouvoir de la part des chefs d’armée et même des retraités est rare en Tunisie.

Depuis le début de sa transition politique en 2011, à la suite de la chute du pouvoir de feu le président Zine El Abidine Ben Ali, général de l’armée et ancien Premier ministre, l’establishment militaire tunisien est à l’abri des conflits politiques, notamment la crise actuelle entre les institutions du gouvernement.

« Malgré notre succès dans l’organisation de six élections, la plupart du travail des gouvernements s’est accompagné d’échecs », a déclaré Akrout, les accusant de plonger le pays dans un endettement improductif. Il a également qualifié le Parlement de «discrédité».

Il a ajouté: «Ce à quoi nous assistons aujourd’hui en termes de dégradation continue du pouvoir d’achat des citoyens d’une part, et de l’effondrement rapide des indicateurs économiques et financiers que la pandémie Corona a compliqués d’autre part, et devant début de la désintégration des composantes et des institutions de l’Etat, nous nous inspirons du cri du leader de la jeunesse tunisienne, Ali Al-Balhawan, pour dire avec lui: «Assez de jeu. Le pays est malade, et ce n’est pas en buvant de l’eau que la fièvre disparaîtra. « 

Et l’amiral à la retraite a poursuivi: « Le moment est venu pour le sauvetage. Le devoir nous appelle tous, ceux qui rejettent la continuation du système de l’échec, de la médiocrité et de la fraude politique de toutes les parties du pays ainsi que de son peuple à l’étranger, à resserrer les rangs et rassembler les forces. « 

La Tunisie traverse une crise économique qui est la pire depuis le milieu du siècle dernier, avec une contraction économique de 8% qui a été doublée par les répercussions de l’épidémie de Corona, en plus d’une aggravation de la crise politique entre les institutions de la présidence , gouvernement et parlement.

Le président Qais Saeed a constamment critiqué le Parlement et le gouvernement, qui sont principalement soutenus par le Mouvement islamique Ennahda et son allié, le parti Cœur de la Tunisie et la Coalition pour la dignité. Saeed a fait allusion à plusieurs reprises à son désir de modifier le système politique actuel (parlement amendé).

Akrout a énuméré les demandes dans la déclaration, y compris « un inventaire complet et transparent des comptes de divers domaines », « l’application de l’état de droit à tous », « débarrasser le pays de la tyrannie de certaines parties et restaurer la souveraineté du peuple pour exprimer sa volonté », se référant à des élections anticipées.

Al-Akrout a averti que « la poursuite du système actuel de contrôle de l’avenir du pays augmente le coût exorbitant que nous payons chaque jour ».

Dans sa déclaration, Akrout a déclaré: « Il est clair que nous sommes passés à la démocratie formelle, à une nouvelle constitution et à un système politique qui produit des crises de gouvernance pour les perpétuer, et à un système électoral stérile qui a produit une classe politique préoccupée par l’acquisition de pouvoir sans succès. « 

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Échecs: le Malawien Mwale surpasse le grand maître algérien |  Malawi 24

Échecs: le Malawien Mwale surpasse le grand maître algérien | Malawi 24

57 migrants tués dans un naufrage au large de la Tunisie

57 migrants tués dans un naufrage au large de la Tunisie