in

Appels à « purifier » la justice tunisienne des Frères musulmans après des « scandales »

Appels à « purifier » la justice tunisienne des Frères musulmans après des « scandales »

Rédaction Le 2021-08-13 05:02:05, Appels à « purifier » la justice tunisienne des Frères musulmans après des « scandales »

Les voix de juristes et de militants se sont élevées pour exiger la réforme du système judiciaire et le débarrasser des corrompus, notamment le contrôle des Frères musulmans et l’hégémonie du mouvement Ennahda.

Mardi dernier, les autorités ont arrêté une juge impliquée dans un réseau de contrebande de devises vers la Libye, et elle a été interdite de voyager, alors que les enquêtes se poursuivent avec elle pour découvrir le réseau de contrebande dans lequel elle opère.

Le Conseil judiciaire tunisien a décidé de lever l’immunité du juge impliqué dans le trafic de devises étrangères, soulignant dans un communiqué que le juge était suspendu de ses fonctions.

Ce n’est pas la première fois que le Conseil prend une décision similaire. Un juge proche du mouvement Ennahda, Bashir Al-Akrimi, avait déjà été arrêté en juillet dernier pour son implication dans des crimes terroristes.

Il est à noter que le juge Al-Akrimi, l’ancien procureur de la République de Tunisie, et Tayeb Rashid, le premier président de la Cour de cassation, sont assignés à résidence, après les soupçons de corruption et de terrorisme qui les hantent.

D’autres juges en Tunisie sont également accusés de complicité d’infraction à la loi afin de fournir des services au mouvement Ennahda en Tunisie.

Et le politologue Mourad Allala a estimé, dans des déclarations à Sky News Arabia, que « le pouvoir judiciaire traverse son test le plus difficile depuis 2011 pour regagner la confiance du citoyen tunisien, après avoir été ébranlé par l’implication de certains juges avec l’Ennahda. mouvement. »

Il a ajouté : « Les gens du secteur aujourd’hui doivent faire tout leur possible pour démontrer qu’il n’y a de différence entre les citoyens que par la loi, et que personne n’est au-dessus des lois, et ils doivent garantir le droit à un procès équitable pour tous, et créer l’atmosphère appropriée pour sauver l’expérience démocratique en Tunisie.

L’expert constitutionnel Amin Mahfouz a écrit que la Tunisie « a besoin d’une réforme radicale du système judiciaire pour assurer la justice ».

Le professeur de droit Sami bin Salama a estimé, dans un article de blog, que « le pouvoir judiciaire est infiltré par des islamistes, et les missions à l’Institut supérieur de la magistrature doivent être revues et ceux qui ont rejoint la magistrature doivent être renvoyés en offrant des pots-de-vin ».

Il a souligné que « l’implication du leader du mouvement Ennahda, Noureddine al-Buhairi, dans la destruction du secteur judiciaire, et l’implication du mouvement Ennahda dans la commission de crimes contre la Tunisie ».

Il a prévenu que « ses services secrets, impliqués dans de nombreuses affaires, dont des assassinats politiques, bénéficiaient d’une protection judiciaire ».

Quant à la juge Kulthum Kno, elle a déclaré dans des déclarations médiatiques que le pouvoir judiciaire « a vécu sous pression et intimidation au cours des dix dernières années, notamment par Noureddine El-Beheiry, l’ancien ministre de la Justice, leader du mouvement Ennahda, en approuvant un certain nombre de d’exemptions dans le corps des juges, ce qui les a désorientés. » Et semé la peur dans leurs rangs.

Pour sa part, le député du courant démocrate Hisham Al-Ajbouni a écrit que « les juges honorables doivent assumer leur responsabilité historique et avoir le courage et la volonté de réformer leur secteur, car il n’y a pas de réforme ou de changement réel sans un pouvoir judiciaire fort, impartial et efficace ».

L’analyste Muhammad Dhoib a déclaré, dans des déclarations à Sky News Arabia, que « les gangs ont senti un danger après les mesures du 25 juillet annoncées par le président Qais Saeed, et les politiciens et hommes d’affaires corrompus ont été restreints, essayant de faire passer de l’argent à l’étranger et de s’échapper, en particulier avec le parler de tenir les grosses têtes pour responsables. » Bientôt des hommes d’affaires et des politiciens.

Dhoib a souligné « la nécessité de défendre les crimes de contrebande d’argent, car ils cachent derrière eux les crimes de contrebande d’armes », appelant le ministère public à enquêter sérieusement sur les personnes impliquées et à les arrêter, car elles « altèrent la sécurité de la Tunisie. personnes, tout en levant l’immunité de tous les juges qui couvrent ou sont impliqués dans des crimes de corruption et de terrorisme », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que « l’immunité n’a aucun sens si elle devient une couverture pour les corrompus et sert à couvrir les crimes terroristes et la corruption. Le temps est venu de l’égalité pour tous les Tunisiens, même si la constitution actuelle est requise ».

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
منتخب التنس فى صدام قوى أمام الجزائر اليوم بكأس ديفيز

L’équipe de tennis dans un affrontement fort contre l’Algérie aujourd’hui en Coupe Davis

Pourquoi la Tunisie a perdu dix ans

Pourquoi la Tunisie a perdu dix ans