in

Après l’initiative syndicale … l’appel du président pour un dialogue avec les jeunes, la crise sera-t-elle résolue en Tunisie?

Après l'initiative syndicale ... l'appel du président pour un dialogue avec les jeunes, la crise sera-t-elle résolue en Tunisie?

Actuexpress.net Le 2021-03-26 18:34:45, Après l’initiative syndicale … l’appel du président pour un dialogue avec les jeunes, la crise sera-t-elle résolue en Tunisie?

La multiplicité des initiatives contribue-t-elle à résoudre la crise politique en Tunisie deux mois après que le parlement a approuvé à la majorité absolue un remaniement ministériel rejeté par le président Qais Saeed, qui a approfondi le fossé entre le chef de l’Etat d’une part et les chefs de gouvernement et le parlement d’autre part

A l’heure où les partis et organisations nationaux en Tunisie – emmenés par le syndicat – attendent une réponse du président de la République à l’initiative que l’organisation syndicale a présentée pendant des mois pour sauver le pays de sa crise suffocante, Qais Said a surpris tout le monde en appelant à un dialogue avec les jeunes.

La proposition du président de la République est intervenue lors d’une réunion avec le ministre des Finances démis du gouvernement Nizar Yaish, au cours de laquelle il a révélé la volonté de la présidence de superviser l’organisation d’un dialogue national avec une large participation des jeunes par des moyens modernes de communication, afin de permettre l’élaboration de propositions et de demandes qui vont du niveau local vers le niveau national

À la lumière de l’intensification du conflit entre les trois présidences, et de leurs répercussions catastrophiques, selon les économistes, sur la situation financière et sociale du pays, beaucoup comptent sur l’initiative du syndicat en dernier recours pour calmer et arbitrer entre les partis politiques.

La Tunisie connaît une crise politique sans précédent deux mois après que le parlement a approuvé à la majorité absolue un remaniement ministériel rejeté par le président Kais Saeed, qui a approfondi le fossé entre le chef de l’Etat d’une part et les chefs de gouvernement et de parlement d’autre part .

Un corps de sages

En décembre dernier, le secrétaire général du syndicat, Noureddine al-Taboubi, a annoncé une initiative visant à lancer un dialogue politique, social et économique global, qu’il a présenté au président de la République, dont l’un des points les plus importants est la mise en place d’un «conseil avisé» dirigé par des personnalités nationales indépendantes, pour sortir de la crise.

Après cela, le président de la République a exigé le silence pendant plus d’un mois pour exprimer son acceptation « conditionnelle » de parrainer l’initiative du syndicat, soulignant que des représentants de la jeunesse de toutes les régions de la République devraient être inclus dans ce dialogue, selon des critères à déterminer ultérieurement.

Le président de la République, Kais Said, a reçu aujourd’hui, mercredi 30 décembre 2020, au palais de Carthage, le secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail, M. …

Publié par Présidence Tunisie La Présidence tunisienne le mercredi 30 décembre 2020

Les dirigeants du syndicat ont exprimé leur surprise devant ce qu’ils ont décrit comme le saut du président à l’initiative de l’organisation syndicale et l’annonce unilatérale d’une initiative de dialogue avec les jeunes, le porte-parole du syndicat Sami Al-Taheri ayant nié avoir eu connaissance de la situation. nouvelle initiative.

Et Taheri a déclaré dans un communiqué des médias locaux que le président « a violé les normes et n’a pas respecté le prestige de l’Etat, le prestige de la présidence, ou même les partenaires sociaux ».

Le dirigeant du syndicat a accusé le président de perdre environ 4 mois complets et de quitter le pays « au bord du gouffre », soulignant que l’organisation ouvrière n’est pas concernée par l’initiative du président et aura des voies alternatives pour sauver la Tunisie de son crise suffocante avant qu’il ne soit trop tard.

L’Union s’est distancée de Qais et l’a laissé heureux avec ses coordinateurs partout … Encore une fois, l’Etat du président n’a rien à voir avec l’Etat tunisien …

Publié par Ezzeddine Abdelmoula le vendredi 26 mars 2021

Sautez sur l’initiative

Le porte-parole officiel du mouvement Ennahda, Fathi Al-Ayadi, estime que le mouvement espérait le succès de l’initiative syndicale et son adoption officielle par la présidence de la République pour sortir de la crise politique et économique étouffante que traverse le pays. passer au travers.

Dans son entretien avec Al-Jazeera Net, Al-Ayadi a exprimé ses regrets pour ce qu’il a décrit comme le président de la République sautant par-dessus l’initiative de dialogue national et ses dispositions qui mettent l’accent sur l’importance du dialogue politique avant de mener tout autre dialogue, car il ouvre la voie à une voie intégrée de dialogue.

Le député du Mouvement Ennahda a suggéré que l’initiative de dialogue des jeunes que Qais Saeed a réclamée ne résoudrait pas les crises politiques, sociales et économiques dans le pays, exprimant son espoir que ces dialogues seront renforcés avec des visions qui portent des visions pour une sortie de crise en le pays.

Il a expliqué que le Bureau Exécutif du Mouvement Ennahda se réunira demain et aura une position officielle à l’initiative du nouveau Président de la République.

Prolonger la crise

Les partis politiques et les dirigeants ont critiqué l’initiative du président, car la dirigeante de l’Union populaire républicaine, Sabiha Marwani, a estimé que le président s’était écarté de l’initiative de dialogue présentée par le syndicat pour tenter de prolonger la crise et d’embarrasser ses rivaux au pouvoir.

À son tour, le chef du Bloc national de réforme, Hassouna al-Nassfi, a émis l’hypothèse que l’initiative de dialogue des jeunes présentée par le président Qais Saeed avait échoué, considérant que le président avait négligé l’initiative de dialogue national que les forces politiques attendaient.

Dans un message sur son compte officiel, Rafiq Abdel Salam, un leader du mouvement Ennahda, a attaqué le président de la République, affirmant qu’il voulait un dialogue à l’échelle, et un pari sur l’approfondissement de la crise et « couper l’oxygène à la gouvernement. »

Si l’on supprime quelques « make-up » et des opérations de mise en scène dans la scène que l’on a vue à Carthage il y a deux jours, Qais Saeed veut deux buts. …

Publié par Dr Rafik Abdessalem le vendredi 26 mars 2021

Il a ajouté: « Il est clair que Saeed veut un dialogue sans organisations, dirigeants et partis, y compris les partis minoritaires, qui le flattent d’une manœuvre visant à l’utiliser comme une pelle pour détruire le système démocratique. »

De son côté, le député Abdul Razzaq Awaidat, dans une déclaration à Al-Jazeera Net, a salué l’initiative du Président de la République de lancer un dialogue jeunesse, estimant qu’elle ouvre la voie aux partis politiques et aux organisations nationales vers un dialogue.

Ne pas exclure

Il a écarté Awaidat l’intention du président de prolonger la crise ou d’y investir, soulignant que l’initiative de dialogue jeunesse n’exclut pas l’initiative de dialogue national réclamée par le syndicat.

Il a laissé entendre que les partis politiques ne s’entendent pas sur un terrain d’entente pour le dialogue et sur la manière de mettre en œuvre ses résultats, en ce qui concerne le gouvernement actuel ou en attendant la formation d’un nouveau gouvernement de salut national.

Il est à noter que les blocs parlementaires en Tunisie ont approuvé il y a deux jours de réviser le projet de loi de la Cour constitutionnelle, sur lequel beaucoup s’appuient pour résoudre la bataille de pouvoirs entre les deux chefs de l’exécutif, après avoir causé la paralysie du travail de le gouvernement après que le président de la République a refusé de jurer par les nouveaux ministres du gouvernement nommé mécaniquement.

Plus de politique

What do you think?

23 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Le communiqué de l'UA piloté par l'Algérie fournit un retour en arrière sur une époque révolue

Le communiqué de l’UA piloté par l’Algérie fournit un retour en arrière sur une époque révolue

Avec son nouveau Landtrek, Peugeot fait le pari du «made in Tunisia» - Jeune Afrique

Avec son nouveau Landtrek, Peugeot fait le pari du «made in Tunisia» – Jeune Afrique