in

Asma brille et d’autres se fanent dans le drame du Ramadan Tunisie | Sabre bin Amer

Asma brille et d'autres se fanent dans le drame du Ramadan Tunisie |  Sabre bin Amer

Actuexpress.net Le 2021-05-02 16:47:07, Asma brille et d’autres se fanent dans le drame du Ramadan Tunisie | Sabre bin Amer

Tunisie – Comme d’habitude, chaque saison du Ramadan tunisien brille et s’efface d’autres noms, qui est l’année de la compétition pour la scène, et le phénomène le plus important cette année est basé sur l’énorme quantité de découvertes que la saison a explorées, qui enrichiront sans aucun doute la télévision. scène, et pourquoi le cinéma tunisien dans les prochaines expériences artistiques.

Ici, le privilège était évident dans la série dramatique «Fondue» qui a été diffusée par la chaîne privée «Al-Hiwar Al-Tunisi» sur vingt épisodes, depuis son premier épisode d’ouverture et de pavage pour le reste de l’œuvre qui retrace le mystère de un meurtre dont la victime « Maryam » a été accusée d’avoir tué son camarade de classe. Yahia « .

La diffusion est réussie

La jeune comédienne, Yasmine Bouabid, réussit à interpréter deux rôles différents dans les séries La performance de Lotfi Al-Abdali dans « L’espion » a été exagérée, en particulier sa voix, qui monte soudainement et inutilement.

Le bon casting adopté par l’auteur et réalisateur de l’œuvre, Sawsan Al-Jemni, a abouti à de nouveaux visages qui annoncent de grands talents d’acteur, loin de l’étendue de la similitude entre Khalil Al-Abdouli (Yahya quand il était adolescent) et le héros du travail Nidal Al-Saadi, ou celui qui s’est passé entre Qusay Al-Alaqi qui a joué le rôle de « Joseph » (le rappeur Marawan Nordou) quand il était jeune. Les deux jeunes hommes, ainsi que la jeune fille de 16 ans Raneem Khmer, qui a dépeint la jeune fille assassinée «Maryam», a présenté une performance professionnelle qui a été saluée par les téléspectateurs et les critiques.

Il en va de même pour le jeune Nassim Bourguiba (19 ans), qui incarnait le fils de «Joseph» (Marouane Nordo), et ce dernier, c’est-à-dire Nordo, a représenté avec Bourguiba les découvertes de travail les plus importantes, comme les deux avaient jamais représenté auparavant, mais leur performance dans la «fondue» est venue à l’unisson. Avec la nature des deux rôles et ses contradictions entre un amour paternel maladroit pour Ibn Aaq, et un fils rebelle qui aime son père, qui le voit comme son père. modèle et refuge malgré son comportement malsain.

Par exemple, une paire qui a attiré l’attention du spectateur par la spontanéité de leur performance et la douceur de leurs expressions dans le visage avant de parler, ce qui compte pour Al-Jamni qui a prouvé pour la deuxième année consécutive, après avoir supervisé l’année dernière la réalisation de la série « Moufida Boys » dans sa cinquième partie à la place de Sami Al-Fihri, pour des capacités exceptionnelles à changer la peau de ses héros. D’une situation représentative à une autre, ce qui était clairement visible avec Naima Al-Jani dans le rôle de « Khadija » ou « tragique » Umm Yahya, l’ampleur de pleurer avec elle, interagissant avec sa performance sincère.

C’est elle qui a l’habitude d’être vue par le public tunisien dans des rôles purement comiques depuis son succès dans le rôle de «Haddah» dans la série «Khattab Ala Al Bab», avec ses première et deuxième parties (1996-1997). De cette façon, l’agresseur a pu retrouver une partie de son éclat d’acteur sérieux, qu’elle a montré dans la série « The Roundabout » (1992).

Al-Jemni a également pu changer la performance de Yassin bin Gamra, qui pendant cinq saisons consécutives est resté emprisonné dans le rôle de Badr dans «Awlad Moufida» avec sa voix rauque et ses mouvements de rue.

Muhammad Ali bin Jumaa Trois scènes ont suffi à faire parler les téléspectateursMuhammad Ali bin Jumaa Trois scènes ont suffi à faire parler les téléspectateurs

Même chose pour la star Kamal Touati, qui incarnait dans l’œuvre le rôle du joaillier «El Marouki» avec une performance discrète qui cache plus que ce qui y paraît, pour finalement couper avec son image de bande dessinée stéréotypée que le public connaissait depuis deux des décennies à travers les séries «Laugh the Dunya» et «At Aziz» et «Lutil» et «Show me a solution» et «The Minister’s House» et autres, et si les personnages changent, la performance est la même, surtout au niveau de voix, qui n’a pas changé dans tout ce qui précède, sauf occasionnellement.

C’est un changement systématique de l’acteur vétéran qui, depuis la dernière saison du Ramadan, a choisi de couper avec son image comique pour revenir aux rôles tragiques complexes à travers lesquels le quatrième public d’art l’a connu à travers les pièces de « Familia » et « Against the Inconnu « ou dans les films » Sultan de Médine « et » Sheikhan « Et » Le silence des palais « , le premier fut le rôle de » Bradares « dans » Nuba 2 « , puis il se déversa dans la » fondue « à travers la problématique » Caractère marocain.

Malgré sa présence honorifique dans la série, l’artiste Muhammad Ali bin Jumaa a pu, en seulement trois scènes, interpréter une performance exceptionnelle reflétant sa capacité d’acteur à incarner les rôles psychologiques complexes, qui rappelaient un peu aux amateurs de théâtre rôle de référence « Nun » dans la pièce « Junoon » de Fadhel Jaibi, C’est une autre preuve qui confirme que dans le drame « il n’y a pas de petit rôle et un grand rôle, mais plutôt un petit acteur et un grand acteur. »

Non loin de la chaîne «Al-Hiwar Al-Tunisi», la série «Ibn Khaldoun» de son jeune réalisateur Sami Faour a pu redécouvrir les talents comiques de Karim Al-Gharbi dans le rôle de «Faluma», avec sa naïveté bien-aimée . Samah Al-Dashrawi a présenté dans le rôle de « Asia » la jeune fille contemporaine et éduquée, loin du personnage de « Rural Khamisa et sa célèbre voix d’Al-Balqi, qui était connue par Sitkum, » mon cher beau-frère  » , avec ses huit saisons. Il a également redécouvert les capacités comiques de l’actrice chevronnée Dalilah Al-Muftahi, dans un rappel de son rôle de bande dessinée signature dans «Gary Ya Hammouda» de Sitcom (2004).

C’est une question qui compte pour les jeunes réalisateurs qui n’ont aucun problème à casser les modèles prêts à l’emploi et à travailler en dehors de la boîte habituelle et convenue, alors Fawar s’est aventuré à rendre la clé de la comédie et Jemni s’est aventuré à insérer le coupable. dans la tragédie après une longue absence, dans un délicieux cœur de rôles, ainsi Muftah est devenue cette mère, le endeuillé, et le coupable n’est plus cette femme illettrée et superficielle.

Couper avec des stéréotypes

La jeune comédienne, Yasmine Bouabid, réussit à interpréter deux rôles différents dans les séries La jeune comédienne Yasmine Bouabid réussit à interpréter deux rôles différents dans les séries « Awlad Al-Ghoul » et « Harqa ».

Une aventure à laquelle seuls des jeunes armés d’un esprit d’initiative et en quête de différence viendraient, comme Abdel Hamid Bouchnak, qui n’a cessé de surprendre le spectateur tunisien malgré sa courte expérience de réalisateur avec renouveau et diversité, catégorisant avec stéréotypes et soumission dans la zone de sécurité .

Il a écrit le premier film d’horreur tunisien «Dashra» et la série dramatique «Nuba» dans les deux parties. Cette année, il a choisi de jouer sur l’accord de la fantaisie historique et du réalisme magique à travers la série «Kan Ya Makansh», il a donc réussi à parier en le coupant avec la comédie du rire libre, en proposant un scénario fantastique qui mêle habilement les histoires Le passé, ses accumulations et les contraintes politiques, économiques et sociales présentes en Tunisie sont les trois mille civilisations et gémissements.

Sous cette forme et ce contenu différents, Bouchnak a pu présenter de nombreux nouveaux talents d’acteur, dont le plus important est peut-être Saif Omran dans le rôle de «Mehras» et Nour Al-Hoda Al-Nawi dans le rôle de «Qalada», et un autre vétéran comme Jamal Madani dans le rôle de «Khafash», et un troisième revenant au drame télévisé après La longue absence de Caramel Al-Ayari dans le rôle de «Umm Qalaa», Rabiaa participe pour la première fois à un drame télévisé malgré sa longue carrière théâtrale et cinématographique, et ici nous entendons Fatima bin Saedan dans le rôle de «Omaima».

Le réalisateur, Saad Al-Weslati, dans la série « Haraka », a misé sur son casting, avec qui il a partagé l’année dernière le succès de sa série « Le Maestro », comme Malik bin Saad, Maryam bin Hassan, Sanaa al- Habib et Wujiha al-Jendoubi. Alors que la triade susmentionnée brillait, Al-Jendoubi a mal joué par rapport à la nature du rôle qui nécessite des émotions plus fortes, et c’est la mère qui a poussé son fils aîné à risquer de monter sur des bateaux de la mort dans un voyage semé d’embûches, et elle est confuse par le remords en conséquence.

Et «Harqa» est un drame social qui traite de la question de la migration irrégulière, met en lumière les dangers du voyage en mer et met en lumière les souffrances des migrants, notamment les disparus en mer et les survivants dans les centres de détention après leur arrivée en Italie. La série aborde également l’autre côté de la souffrance des familles immigrées, alors qu’elles attendent avec impatience toute information sur leurs enfants perdus parmi les vagues de la mer.

L’acteur Riad Hamdi est également apparu comme un père en deuil lors du départ soudain de son fils de l’autre côté de la Méditerranée sans l’avertir de son départ. Leurs enfants inconnus.

Parmi les nouveaux visages qui ont joué dans la série se trouve le nom fort de la jeune actrice Yasmine Bouabid, qui incarnait le rôle de «Waad», une fille tuniso-italienne travaillant pour aider les migrants irréguliers, et Bouabid a excellé dans sa performance du rôle avec sa maîtrise de la parole en quatre langues: italien, français, anglais et bien sûr l’arabe, ce qu’elle annonce est une star mondiale en herbe avec ses magnifiques traits méditerranéens.

What do you think?

18 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
La première retraite. C'est ainsi que les filles se marient en Algérie avant d'atteindre l'âge de deux ans

La première retraite. C’est ainsi que les filles se marient en Algérie avant d’atteindre l’âge de deux ans

Frédéric Diot nommé country manager de Dachser Tunisie

Frédéric Diot nommé country manager de Dachser Tunisie