in

« Atyaf » .. un film qui met en lumière les mondes cachés en Tunisie

"Atyaf" .. un film qui met en lumière les mondes cachés en Tunisie

Actuexpress.net Le 2021-08-18 18:00:00, « Atyaf » .. un film qui met en lumière les mondes cachés en Tunisie


Le réalisateur tunisien Mehdi Hamili accompagné de Moufida Fadila, productrice de son film « Atyaf » alors qu’ils étaient à Locarno, dans le sud de la Suisse, pour participer au 74e Festival international du film de la ville. (Date de la photo : 12 août 2021). © Locarno Film Festival / Ti-press / Samuel Golay

Dans son nouveau film « Atyaf », le jeune réalisateur tunisien Mehdi Hamili soulève des questions sociales et familiales et d’autres questions liées à la corruption endémique dans son pays, sans négliger l’aspect politique. Plus dans cette interview, qui a été réalisée avec lui en marge de sa récente participation au Festival international du film de Locarno.

Ce contenu a été publié le 18 août 2021 – 18:00 juillet, 18 août 2021 – 18:00 Thaer Al Saadi

Thaer a commencé à travailler pour le département arabe de swissinfo.ch en 2018. Il est titulaire d’un master en études islamiques et moyen-orientales (Master of Arts) de l’Université de Berne en 2018, et d’un BA en philosophie (bachelor of Arts) de l’Université de Damas à 2018. 2010.

Autres articles de l’auteur (e) | Section arabe

Le film « Streams » a été projeté au 74e Festival international du film de Locarno (4-14 août 2021) dans le cadre de la compétition Filmmakers of the PresentLien externe, consacré aux premières et deuxièmes œuvres de jeunes réalisateurs prometteurs du monde entier.

Le dernier jour du festival, SWI swissinfo.ch a rencontré le jeune réalisateur dans un village touristique près de Locarno et lui a parlé du contexte social, culturel et politique de son nouveau film, ainsi que de sa vision de la révolution de janvier 2011. et les évolutions qui l’ont accompagné, notamment la situation des jeunes générations et leur rapport au pouvoir politique, en plus de la situation des acteurs de la culture en général et du cinéma en particulier.

SWI swissinfo.ch : Quelle histoire vouliez-vous raconter à un spectateur, notamment à un public international comme celui qui est venu la voir au Locarno International Festival ?

Mehdi Mhili : J’ai voulu raconter au spectateur l’histoire du sacrifice d’une mère pour réaliser le rêve de son fils, en montrant en même temps comment la société tunisienne est devenue après la révolution et la corruption et la violence qui l’ont imprégnée, et comment cela a détruit la famille dont parle le film. L’histoire de cette famille est sans aucun doute tragique, mais je montre aussi dans mon travail un autre aspect, qui est le processus de découverte de soi et de l’amour des personnages du film.

Votre film a été projeté à Locarno devant un public suisse et international, qu’apporte-t-il à ce que le public sait d’un pays comme la Tunisie ?

Le film présente une image de la Tunisie après la révolution de janvier 2011, et montre des choses qui existent dans la société tunisienne que l’on ne trouve pas sur les cartes postales, comme le monde violent et sauvage de la nuit, mais il révèle aussi l’amour et le désir de libération et la liberté qui existe dans ce monde.

Les événements du film se déroulent dans un monde invisible qui se cache derrière ce que l’on sait habituellement sur les comportements et les mentalités conservatrices de la société tunisienne et des sociétés arabes en général. Quelle est la composition et les particularités de ce monde en Tunisie ? Pouvez-vous le décrire brièvement pour ceux qui n’ont pas encore vu le film ?

Le film se concentre sur le désir des jeunes de s’affranchir de l’autorité patriarcale et religieuse, et tout cela se fait déjà à huis clos, car ils ne peuvent pas vivre comme ils le souhaitent en public. Et je voulais mettre la caméra et filmer exactement cela et le montrer au public, et je dis au monde qu’il y a une communauté gay en Tunisie dans laquelle vous pouvez vivre et qu’il y a aussi des gens qui veulent être libres et y vivre , mais je montre aussi qu’il y a une pratique du commerce du sexe et qu’il y a de la corruption répandue dans les rangs de la police, et de l’appareil sécuritaire qui se contrôle sur ce monde nocturne.

Je voulais dire au monde qu’il y a une communauté gay en Tunisie où tu peux vivre

Mahdi Hemaili, réalisateur de « Atyaf »

Fin de l’insertion

Ce monde caché ou inférieur a-t-il connu des changements ou des transformations après la révolution par rapport à ce qu’il était avant janvier 2011 ?

Il a tellement changé qu’il devient de plus en plus brutal. Et même une corruption accrue dans le monde dans les coulisses. La différence pour nous en tant que réalisateurs et artistes, c’est que nous ne pouvions pas dépeindre et montrer ce monde au public avant la révolution et à l’époque de Ben Ali. Même s’il faut dire que la société et le peuple tunisien refusent toujours de voir leur vraie image, et donc refusent de tels films, et vous disent non, nous n’avons pas de telles choses. Maintenant qu’on peut montrer le film, il n’y a plus de censure comme avant la révolution. Mais il y a encore une réaction de la société à certaines scènes difficiles à accepter dans le monde arabe, ainsi que dans la société tunisienne, même si elle est considérée comme l’une des sociétés arabes les plus libérales.

Qu’est-ce qui a ajouté la révolution de janvier est plus de cruauté?

Oui, beaucoup de cruauté, avant la révolution, il y avait un seul gang au pouvoir, et maintenant il y a beaucoup de gangs. Avant il y avait le gang de Ben Ali, mais maintenant, les islamistes ont des gangs, la droite politique corrompue a des gangs, et l’appareil de sécurité aussi. Par conséquent, la situation est sur le point d’exploser, et c’est ce qui a conduit à ce qui s’est passé lorsque le président Qais Saeed a gelé le Parlement (le 25 juillet 2021 – Tahrir), ce qui est un changement attendu qui était inévitable, et de nombreux jeunes le soutiennent dans cette changement, car les islamistes ont plus de corruption que les autres.

Dans le film, vous avez évoqué la tension dans le rapport de la jeune génération au pouvoir et à la sécurité en particulier.Comment décririez-vous le rapport des jeunes au pouvoir qui existe en Tunisie à l’heure actuelle ?

Très tendu. Les jeunes se sont sentis marginalisés après la révolution, il y en a des milliers qui ont quitté le pays et se sont réfugiés en Europe. Il y a une grande rupture entre les jeunes et le système politique et les institutions de l’État, car on étudie, on obtient son diplôme et finalement on ne trouve pas d’emploi, alors les jeunes quittent le pays. Bref : les jeunes détestent la police et la police déteste les jeunes. La situation est pire qu’avant la révolution, qui avait beaucoup promis et n’a tenu aucune de ses promesses.

En tant que réalisateur, bien sûr, quelle est votre évaluation ? Aux évolutions récentes de la situation politique en Tunisie après les décisions prises par le président Kais Saied le 25 juillet ?

La prudence est toujours de mise. J’étais parmi ceux qui étaient heureux de ce qui s’est passé, et de ce qu’a fait Qais Saeed, qui, sur la base de la constitution, où ce parlement a dû s’arrêter, c’était juste une farce, ils se sont frappés au parlement. Et puis vous avez 20 000 personnes qui sont mortes de Corona et un premier ministre qui n’a rien fait à ce sujet. Par exemple, nous en Tunisie, avec une population d’environ 12 millions de personnes, avons reçu 6 millions de doses du vaccin Covid, puis trois mois se sont écoulés, et seulement 100 000 personnes ont été vaccinées. Après ce qui s’est passé le 25 juillet, 500 000 personnes ont été vaccinées en une semaine et maintenant elles vont ouvrir la voie à la vaccination des jeunes. Mais il y a un espoir de changement, malgré la prudence dont je parle.

Il y a une grande rupture entre la jeunesse et le système politique et les institutions étatiques

Mahdi Hemaili, réalisateur de « Atyaf »

Fin de l’insertion

Actuellement, vous travaillez sur le tournage de votre troisième long métrage, ce travail parlera-t-il aussi des derniers changements politiques dans le pays et notamment de ce qu’a fait Kais Saied en juillet dernier ?

Dans le premier film, Tala Mon Amor, j’ai parlé d’un lien externe (ou Tala, mon amour) sur la révolution en tant qu’événement. Un personnage de sirène était un ouvrier dans une usine textile, dans le film « Atyaf » Amal est aussi un ouvrier d’usine. Quant au troisième film intitulé « Jannat Seasons », avec lequel la trilogie se termine, Jannat est aussi un ouvrier d’usine textile, et elle dirige les femmes dans l’usine lorsqu’il déclare faillite, et elle met en place avec ses collègues un syndicat qui gère et sauve l’usine, une expérience qui s’est déjà produite en Tunisie. Je m’intéresse aussi à la vie affective de ces personnes, et je ne présente pas seulement un drame social, mais j’essaie de raconter l’histoire de la société tunisienne à travers la personne, à travers l’histoire d’une personne dans cette société. Bien sûr, le troisième film abordera d’une manière ou d’une autre la pandémie de santé, car c’est l’un des événements qui ne peuvent être ignorés lorsqu’on parle de la société et de ce qu’elle a souffert au cours des dernières années, car elle a affecté l’économie et a été l’un des les raisons de la fermeture de l’usine dans mon nouveau film. Dans mes films, j’essaie de parler de la réalité, de ce qui se passe ici et maintenant.

En tant que créateur et réalisateur, qu’est-ce que la révolution du 14 janvier a ajouté (ou retiré) pour vous ?

La révolution du 14 janvier a ajouté la liberté. Nous avons pris notre place naturelle en tant que nouvelle génération et nous avons le droit d’exister. Nous sommes une génération qui a fait la révolution et nous faisons des films et le public a appris à connaître et à respecter qui nous sommes.

Qu’est-ce que la révolution a offert aux jeunes en Tunisie en général, de votre point de vue ?

Liberté d’expression, que vous puissiez dire ce que vous voulez, exprimer et critiquer n’importe quel chef de parti ou personnalité politique. Elle a également ajouté de l’espoir. Espérons que quelque chose de positif se produira dans le pays.

Le film « Atyaf »

STREAMS, un long métrage (122 minutes) coproduction entre la Tunisie, la France et le Luxembourg. Il a précédemment remporté le Prix du Meilleur Scénario de l’Institut Français et la Plateforme El Gouna Film pour la Post-Production. Au niveau national, il a reçu le soutien du Centre national du cinéma et de l’image de Tunisie, du Fonds de soutien luxembourgeois et du Centre français du cinéma et de l’image.

Le film met en vedette Afaf bin Mahmoud, Hakim Boumasoudi, Ihab bin Yahya, Hisham Al Yacoubi, « Zaza », Sarah El Hanashi et Salim Bakkar, et la bande originale est écrite par Amin Bouhafa.

L’œuvre cinématographique d’Hamili raconte l’histoire d’une ouvrière d’usine en Tunisie, nommée « Amal », qui vit avec son mari « Taher », un ancien footballeur devenu alcoolique, ainsi qu’avec son fils, « Moumen », un gardien de but talentueux.

« Amal » trahit ses collègues grévistes à l’usine, et va à la rencontre de son patron pour lui demander d’aider son fils à développer ses compétences, mais il profite de cette opportunité et commence à la harceler sexuellement dans sa voiture jusqu’à l’arrivée de la police, qui l’arrête eux et ensuite répandu le scandale d’accuser Amal d’adultère.

Après quelques mois, « Amal » sort de prison, pour entamer un voyage à la recherche de son fils disparu après sa disparition après son entrée en prison, puis commence également à confronter la société tunisienne, avec ses dispositions et son autorité.

Fin de l’insertion

Articles inclus dans ce contenu

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Vidéo : Les feux de forêt font rage en Algérie - The New York Times

Vidéo : Les feux de forêt font rage en Algérie – The New York Times

Tourisme et Covid-19 : la Tunisie allège les mesures préventives

Tourisme et Covid-19 : la Tunisie allège les mesures préventives