in

Avec son satellite «100% tunisien», la Tunisie rêve d’espace

Avec son satellite «100% tunisien», la Tunisie rêve d'espace

Actuexpress Le 2021-03-19 11:42:31, Avec son satellite «100% tunisien», la Tunisie rêve d’espace

«L’espace, c’était un rêve», affirme, souriant, le PDG de Telnet, Mohamed Frikha. Le 20 mars, il assistera à la mise en orbite du premier satellite tunisien, Challenge One. Ce nanosatellite fabriqué entièrement avec des compétences tunisiennes, sans subventions, sera lancé depuis la base russe de Baïkonour, dans une fusée Soyouz-2. Spécialisé dans l’Internet des objets, le satellite sera envoyé sur une orbite basse à 550 km de la Terre, dont il fera le tour en 1 h 30 (8 km / s).

Installé dans des bureaux d’un quartier chic de Tunis, aux murs décorés d’une photographie de l’espace, Mohamed Frikha y voit «une reconnaissance envers la génération de l’indépendance qui a investi dans l’éducation pour arriver à ce niveau technologique, et un espoir pour la jeunesse ».

Rejoindre la dizaine de pays africains ayant des satellites.

Ses jeunes ingénieurs ont également innové en adaptant au satellite le protocole de télécommunication radio LoRa, permettant la communication terrestre à bas débit d’objets connectés. «Une première mondiale», selon le PDG. «L’aérospatial dédié à l’internet des objets est un nouveau domaine et nous avons pris le train dès le premier wagon», se félicite Anis Youssef, directeur des innovations à Telnet, précisant que le Tunisien Mohamed Abid, expert de la Nasa, a apporté son aide.

Fondée en 1994 et cotée en Bourse, Telnet est spécialisé dans le conseil en ingénierie et en nouvelles technologies, notamment dans les télécommunications, l’automobile, l’avionique, la sécurité et l’électronique. Ses ingénieurs travaillent depuis 2016 sur Challenge One pour permettre à la Tunisie de rejoindre la dizaine de pays africains ayant des satellites.

Mettre en orbite une constellation de 24 à 30 satellites d’ici 2023

Après avoir visé le ciel, sans grand succès, avec le lancement en 2011 de la compagnie aérienne Syphax Airlines est désormais en très grande difficulté, Mohamed Frikha vise les étoiles avec une ambition décuplée.

Il projette de mettre en orbite une constellation de 24 à 30 satellites d’ici 2023 dans le cadre d’une coopération avec des pays africains et arabes. «Nous voulons leur transmettre des savoir-faire pour qu’eux-mêmes fabriquent le satellite, précise l’homme d’affaires, par ailleurs polytechnicien. Dans l’espace, il n’y a pas de notion de pays ou de religion, on est tous des terriens ».

Endiguer la fuite des cerveaux

Celui qui fut député en 2014 du parti d’inspiration islamique Ennahdha dans sa région d’origine Sfax (centre-est) veut «dire aux jeunes qu’on est capable en Tunisie de choses extraordinaires». Telnet, qui a enregistré un chiffre d’affaires de 40 millions de dinars en 2020 (soit plus de 12 millions d’euros) veut inciter les jeunes ingénieurs à rester en Tunisie, qui accusent une importante fuite des cerveaux. Selon des chiffres de 2019, fournis par l’Ordre des ingénieurs tunisiens, plus de 3000 ingénieurs s’expatrient chaque année, pour des salaires plus avantageux.

Mohamed Frikha a rencontré lui en avant la jeunesse des 20 femmes et hommes ayant conçu Challenge One. «Ils ont entre 25 et 30 ans et sont pour la majorité diplômée des écoles d’ingénieurs tunisiennes», poursuit-il. Telnet leur a offert la possibilité d’innover comme à l’étranger, «même si du point de vue matériel, on ne peut pas suivre les salaires en Europe». Quelques jours auparavant, le président de la République, Kaïs Saïd avait rencontré l’équipe chargée du projet dans ces mêmes locaux. «Ces jeunes (ingénieurs) sont une fierté pour la Tunisie et sa véritable richesse», at-il souligné.

Si le projet reste celui d’une compagnie privée, il se fait en collaboration avec le centre de recherches numériques de Sfax et Telnet a signé des conventions avec le ministère de l’enseignement pour partager les connaissances avec les centres de recherches et universités. Mohamed Frikha rêve d’une agence spatiale tunisienne. Et pourquoi pas envoyer la première femme astronaute arabe dans l’espace, espère-t-il, voiture «les femmes tunisiennes ont toujours été pionnières».

What do you think?

25 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Abeer Moussa appelle à une enquête sur la Renaissance et appelle à une nouvelle constitution tunisienne

Abeer Moussa appelle à une enquête sur la Renaissance et appelle à une nouvelle constitution tunisienne

Fayemi: les suspects des meurtres électoraux d'Ekiti seront inculpés de meurtre

Fayemi: les suspects des meurtres électoraux d’Ekiti seront inculpés de meurtre