in

Barrage de la Renaissance : la Tunisie propose un projet de résolution au Conseil de sécurité sur le fonctionnement du barrage

Barrage de la Renaissance : la Tunisie propose un projet de résolution au Conseil de sécurité sur le fonctionnement du barrage

Rédaction Le 2021-07-08 15:07:30, Barrage de la Renaissance : la Tunisie propose un projet de résolution au Conseil de sécurité sur le fonctionnement du barrage

Il ya 1 heure

Barrage d'AlNahda

Image publiée, Getty Images

commenter la photo,

Le barrage produira plus de 5 000 mégawatts d’électricité, ce qui en fera le plus grand barrage hydroélectrique d’Afrique

La Tunisie a proposé au Conseil de sécurité de faire pression pour la conclusion d’un accord contraignant entre l’Éthiopie, l’Égypte et le Soudan sur le mécanisme d’exploitation du barrage géant Grand Ethiopian Renaissance pour la production d’hydroélectricité dans les six mois, selon un projet de résolution présenté lors de la réunion du conseil prévue. pour jeudi.

La Tunisie a distribué le projet de proposition aux 15 membres du Conseil de sécurité avant la réunion de jeudi, même s’il n’était pas encore clair quand il pourrait être mis aux voix.

L’agence de presse Reuters a cité un haut diplomate éthiopien à New York disant que le projet de résolution « gâcherait pratiquement » le processus de médiation mené par l’Union africaine entre les trois pays, et que l’Éthiopie s’efforce de faire en sorte qu’il ne soit pas adopté.

Le diplomate, qui a demandé à ne pas être identifié, a ajouté que « l’Afrique surveille et surveille de près car l’urgence dans une telle affaire est une tâche difficile à supporter et en même temps rompt l’unité africaine », ajoutant que « l’Éthiopie ne pense pas que la la question relève de la compétence du Conseil.

La mission tunisienne auprès des Nations Unies n’a pas répondu à une demande de commentaire sur la question.

Le projet de texte appelle « les trois pays à s’abstenir de faire des déclarations ou de prendre des mesures qui mettraient en péril le processus de négociation, et exhorte l’Éthiopie à s’abstenir de continuer à remplir unilatéralement le réservoir du barrage ».

Lundi, le ministre égyptien de l’Irrigation a déclaré qu’il avait reçu une notification officielle de l’Éthiopie selon laquelle, pour la deuxième année, elle avait commencé à remplir le réservoir derrière le barrage. L’Egypte a déclaré qu’elle rejetait la mesure comme une menace pour la stabilité régionale.

L’Éthiopie a commencé la première phase de remplissage du réservoir du barrage de 475 pieds (145 mètres) à la mi-2020.

Image publiée, Getty Images

commenter la photo,

Manifestations de la communauté éthiopienne à New York en faveur de ce que vous dites être le droit d’Addis-Abeba de remplir le barrage

L’Éthiopie affirme que le barrage, le plus grand barrage hydroélectrique d’Afrique d’un coût de 4,2 milliards de dollars, sur le Nil bleu est essentiel pour le développement de son économie et pour fournir de l’énergie.

Et il exige son droit de veto historique sur les projets de construction le long du fleuve conformément au traité de 1929 entre l’Égypte et le Soudan, qui attribue environ 66 % du débit d’eau du fleuve à l’Égypte et 22 % au Soudan.

L’Éthiopie considère le traité comme invalide parce qu’elle n’y était pas partie. En 2010, il a signé l’Accord-cadre de coopération pour les pays du bassin du Nil, à l’exception de l’Égypte et du Soudan, qui permet la mise en place de projets sur le fleuve sans l’approbation du Caire.

Le Soudan, le troisième pays en aval, s’est dit préoccupé par la sécurité du barrage et son impact sur d’autres barrages et stations d’eau.

Plusieurs négociations et médiations entre les trois pays concernant le barrage n’ont jusqu’à présent pas permis de parvenir à un accord.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
El-Rufai1

Les ravisseurs des élèves baptistes de Kaduna rejettent neuf sacs de riz offerts par l’école

En chiffres : l'hcatombe tunisienne

En chiffres : l’hcatombe tunisienne