in

C’est ainsi que les femmes sont honorées le jour de l’Aïd … En savoir plus sur la coutume du «droit au sel» en Tunisie | Tunisie

C'est ainsi que les femmes sont honorées le jour de l'Aïd ... En savoir plus sur la coutume du «droit au sel» en Tunisie |  Tunisie

Actuexpress Le 2021-05-13 11:03:59, C’est ainsi que les femmes sont honorées le jour de l’Aïd … En savoir plus sur la coutume du «droit au sel» en Tunisie | Tunisie

Le nom du droit au sel est parfois dû à la femme lorsqu’elle prépare la nourriture pour sa famille pendant le mois de Ramadan pour goûter la nourriture sans l’avaler pour s’assurer que sa salinité est modérée.

Les coutumes des Tunisiens pendant l’Aïd al-Fitr ne se limitent pas à la confection de bonbons, à l’achat de vêtements pour enfants et aux visites uniquement, qui sont partagées par presque tous les pays arabes. Ils sont soucieux de préserver les coutumes anciennes spéciales dont ils ont hérité de génération en génération, le plus dont l’habitude du «droit au sel» est importante. Quelle est son histoire?

Les femmes sont misérables pendant le mois sacré du Ramadan et elles sont fatiguées afin de fournir ce qui est délicieux à leurs familles tout en passant les affaires du ménage malgré la fatigue du jeûne sans se plaindre. Un hommage à leurs épouses, une reconnaissance de leur beauté et une appréciation pour leur travail tout au long du mois de Ramadan.

La plupart du temps, le sel est une pièce d’or (l’île)

Le droit au sel est un cadeau offert aux femmes le jour de l’Aïd, une désignation symbolique qui fait parfois référence à la femme – lorsqu’elle prépare la nourriture pour sa famille – pour goûter la nourriture sans l’avaler pour assurer sa salinité modérée.

Rituel du sel correct

Les hommes sortent tôt pour célébrer la prière de l’Aïd, et les femmes restent à la maison pour s’occuper des vêtements des enfants, préparer la nourriture, organiser la maison, mettre de l’encens, s’habiller et porter de nouveaux vêtements, puis la femme au foyer apporte du café et des bonbons. en attendant le retour de son mari.

Le cadeau de « Salt Right » peut parfois être de nouveaux vêtements (Al Jazeera)

À son retour, l’homme sirote un café avec les membres de la famille, mais il ne rend pas la tasse vide, mais y met une bague ou une pièce d’or ou de l’argent, pour être un cadeau à sa femme en guise d’expression de sa gratitude et merci à elle pour l’effort qu’elle a fait pendant le mois béni du Ramadan.

Alia, 45 ans, du gouvernorat de la Manouba, déclare: «Mon mari tient à me donner le droit de sel chaque année, à l’exemple de son père – que Dieu lui fasse miséricorde – qui n’a pas renoncé à cette habitude tout au long de sa vie. .

«Dieu merci, mon beau-père tenait à cette belle habitude et mon mari en a hérité. Nous, les femmes, méritons le cadeau de l’Aïd même s’il est symbolique, mais ce n’est pas nécessaire car ce que nous faisons est une obligation envers notre familles, mais il n’y a rien de mal à un beau geste qui renforce la force des liens familiaux », dit-elle en riant.

Les femmes tunisiennes sont honorées à l’occasion de l’Aïd al-Fitr en reconnaissance de leurs efforts tout au long du mois de Ramadan (Al-Jazeera)

En guise de compliment

Le but principal de la coutume du «droit au sel» est de reconnaître la beauté d’une femme et non la qualité du cadeau en soi; Elle diffère d’une maison à l’autre selon les goûts et les circonstances matérielles du mari. Certaines offrent une bague en or et la dernière pièce d’argent, d’autres mettent de l’argent dans la coupe, et l’on se contente d’acheter de nouveaux vêtements pour son mari. épouse ou donnez-lui le prix d’une pièce d’or ou d’un vêtement.

Abdelkader, 55 ans, de Tunisie, déclare: « Je suis passionné par la coutume du droit du sel parce que je vois de mes propres yeux combien ma femme est fatiguée pour nous pendant le Ramadan, et nous, les hommes, quoi que nous fassions, ne l’honorerons pas. franchement, et le moindre devoir est de leur présenter le droit du sel pour que nous ne soyons pas ingrats. La femme sent la valeur de ce qu’elle a donné à sa maison. « 

Malgré le déclin de la pratique de certaines coutumes et traditions, dont beaucoup ont disparu, le droit au sel résiste encore à l’extinction, et de nombreux Tunisiens le pratiquent encore chaque année et souhaitent le transmettre à travers les générations.

Plus d’une femme

What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Algérie: Le bombardement brutal des Palestiniens est l'essence même de la politique odieuse d'occupation

Algérie: Le bombardement brutal des Palestiniens est l’essence même de la politique odieuse d’occupation

Tunisie: L’Espérance encore sacrée